Amnesty International a averti le 13 septembre que le fait de ne pas accorder la priorité à la lutte contre le changement climatique pourrait constituer la plus grave violation intergénérationnelle des droits humains de toute l’histoire, tout en saluant la toute première grève climatique organisée par la société civile au Pakistan le 20 septembre 2019.

« Amnesty International soutient les étudiants, militants, défenseurs de l’environnement, défenseurs des droits des femmes et représentants de la société civile pakistanais qui s’associent et participent à la grève mondiale pour le climat. La crise climatique nous concerne tous ; aussi, tous ceux qui sont en position de le faire doivent se mobiliser et demander pacifiquement aux gouvernements d’agir immédiatement pour y remédier », a déclaré Rimmel Mohydin, chargée de campagne pour l’Asie du Sud à Amnesty International.

[…]

>> Amnesty International soutient les manifestants pour le climat au Pakistan

Article publié le 16 septembre 2019


Article publié le 16 Sep 2019 sur Solidaires.org