Mai 19, 2021
Par Paris Luttes
283 visites


S, inculpĂ© dans l’affaire de Limoges et perquisitionnĂ© dĂ©jĂ  le 1er juillet 2020 dans l’affaire des voitures du SPIP d’Amiens a Ă©tĂ© embarquĂ© pour Lille oĂč il a Ă©tĂ© plaçé en garde Ă  vue pendant 30h avant d’ĂȘtre libĂ©rĂ© sans suite aprĂšs avoir gardĂ© le silence.

Un smartphone, un tĂ©lĂ©phone et un ordinateur portable saisi lors de la derniĂšre perquiz de la PJ d’Amiens et qui venait tout juste d’ĂȘtre restituĂ© par la juge d’instruction d’Amiens a Ă©tĂ© re-saisie Ă  l’appart par la DGSI de Lille.

Par ailleurs les barbouzes de la DGSI sont allĂ©s piocher des petits carnets saisis par la PJ et qui devaient ĂȘtre rendus Ă  S. directement au service des scellĂ©s d’Amiens.

Ce sont quelques noms d’agents de la DGSI prĂ©sents sur ces carnets qui auraient provoquĂ© toute cette mascarade.

La DGSI dans sa lĂ©gendaire compĂ©tence et son grand sens de la coopĂ©ration avec les autres services, semble ignorer la prĂ©sence malencontreuse d’une liste de noms de ces agents dans le dossier d’instruction de Limoges auquel S. a accĂšs pour prĂ©parer sa dĂ©fense.




Source: Paris-luttes.info