Au moment où j’écris ces lignes, des villes aux États-Unis d’Amérique sont sujettes à un mouvement de protestation sans précédent depuis le mouvement des Droits Civiques des années 1960 – un mouvement qui se traduit localement par des émeutes, de Los Angeles à New York.
L’incident qui a mis le feu aux poudres est la mort de George Floyd, un Afro-Américain, suite à son arrestation brutale par un policier le 25 mai 2020. Que le policier en question, contre lequel dix-huit plaintes avaient déjà été déposées [1]

[1] « The Minneapolis police officer who knelt on George…

, ait été arrêté n’a en rien interrompu ce mouvement. C’est en effet une situation singulière qui est en jeu, que rien ne semble sur le point d’apaiser – au point que le spectre de la guerre civile soit présent dans les conversations les plus quotidiennes. Est-ce pourtant le bon spectre ? Sort social total

Comprendre la situation est d’abord identifier ce qu’il est convenu d’appeler un « racisme structurel », qui se traduit par un sort social, économique, éducatif – un sort social total pourrait-on dire [2]

[2] En référence au sociologue Marcel Mauss qui lui parlait…

– qui écrase la population noire, black et brown, l’exposant à un plus grand taux relatif d’incarcération que les blancs, un plus grand risque d’être abattu par un policier. Ce sort social – cette malédiction états-unienne – est la continuation de la ségrégation par d’autres moyens, celle-ci étant déjà la suite d’un « esclavage racial » qui, comme l’a écrit Saidiya V. Hartman, a été plus « transformé qu’annulé » [3]

[3] Saidiya V. Hartman, Scenes of Subjection, Oxford…

.

Ce racisme structurel exprime le caractère parataxique de la réalité états-unienne, c’est-à-dire : sans médiation entre ces diverses composantes sociales, économiques, et culturelles. Les rapports de classe et de race sont incomparablement plus violents aux U.S.A. qu’en France, puisqu’il m’est possible de comparer les deux. Non que la violence raciale soit absente de France, ce que le Comité Adama, parmi d’autres, nous rappelle à chaque instant, et non que la France ne soit pas aussi violemment un pays divisé en classes. Mais il existe en France entre ces classes et ces races des médiations, aussi minimales soient-elles, qui permettent que s’établisse ne serait-ce qu’un semblant de communication. C’est ce semblant que je ne vois pas aux U.S.A., pays dans lequel manque cruellement une sphère publique effective. Le réel du non-rapport de classe et de race n’est affublé d’aucune tentative de camouflage ; à sa place même, on construit des murs.

Cette structure de race et de classe est aujourd’hui manifeste dans une extrême « polarisation » (pour employer le terme aux U.S.A. usité) de la vie sociale et politique, c’est-à-dire non pas seulement l’institution sociale au long cours des inégalités, mais l’expression manifeste d’opinions irréductiblement divergentes. Opinions au sens d’un parti-pris sans négociation possible sur la politique à tenir, que ce soit pour ou contre Trump, pour ou contre le port d’un masque, pour ou contre le confinement (shelter-in-place et stay-at-home orders), pour ou contre l’avortement, etc. C’est l’un des effets les plus désastreux de la politique de Trump, que d’entretenir par tous les moyens possibles l’expression de la haine, sous toutes ses formes, raciale entre autres, mais concernant aussi la haine de genre, et de l’environnement. Supporté par des réseaux sociaux rompus à la formation de contre-vérités, et non pas de « conspirations » comme on le dit trop vite, le suprématisme blanc a trouvé dans Trump le leader qui pourrait enfin rétablir un monde fantasmé – bien qu’appuyé sur des réelles pratiques, de l’esclavage à la « mort sociale » contemporaine des populations noires – où aucune limite n’encombrerait le pouvoir blanc, patriarcal, et impérial. Que la vie sociale et politique se polarise signifie que la structure raciale est promue comme instrument d’une politique à (r)établir, d’un côté, mais à renverser de l’autre.

Ségrégation, confinement, respiration

Structure et polarisation ne devraient cependant pas faire oublier l’un des éléments contingents et récents qui explique le mode actuel de protestation. Là où en 2013 les mouvements de protestation qui avaient suivi l’acquittement de George Zimmerman dans le procès où il était accusé d’avoir tué l’adolescent Trayvon Martin (d’où a émergé le mouvement Black Lives Matter) avaient principalement consisté en face-à-face plus ou moins tendus avec la police, le mouvement actuel n’est pas exempt, loin s’en faut, de pillages de magasins. Or il est probable que la situation qui mène à ces pillages soit aussi l’effet du confinement lié au Covid-19 : plus de 14 % de la population américaine est désormais sans emploi, soit plus de 40 millions d’états-uniens, sachant que le chômage parmi les noirs est typiquement le double de celui des blancs (et le chômage chez les hispaniques est juste derrière celui des noirs) [4]

[4] « Jobless America : the coronavirus unemployment crisis…

. Ajoutons que les Afro-Américains courent un risque plus élevé d’exposition au virus, du fait de leur concentration dans les zones urbaines et de leur travail dans des industries dites « essentielles », liées à l’industrie de la viande par exemple, au transport de la nourriture, à l’acheminement des marchandises en général. Seuls 20 % des travailleurs noirs ont déclaré pouvoir travailler à domicile, contre environ 30 % de leurs homologues blancs [5]

[5] « ‘It’s a racial justice issue’ : Black Americans are…

.

Ce que le coronavirus a mis à ciel ouvert dans la faille qui sépare et les races et les classes, c’est pour les populations Noires tout ce qui leur manque : une sécurité sociale, des salaires décents, une stabilité de logement pour ceux qui sont condamnés à des déplacements (par exemple suite à des fermetures d’école). C’est comme si le confinement avait aggravé la ségrégation spatiale, comme si l’espace déjà restreint d’une astreinte à habiter dans des quartiers relégués s’était trouvé encore plus réduit, encore plus générateur d’une claustrophobie autant sociale qu’existentielle (certains diraient : ontologique [6]

[6] Je renvoie ici à l’afro-pessimisme (cf. l’introduction…

). L’on se rappellera la fameuse phrase de Martin Luther King – « une émeute est le langage de ceux qui ne sont pas entendus » – et l’on mesurera dès lors toute la distance entre ces populations noires et les populations blanches, Républicaines, pro-Trump, qui s’opposent au confinement et parfois gagnent en justice au point de pouvoir l’empêcher (comme dans le Wisconsin, où la Cour Suprême de l’État, dirigée par des Républicains, a cassé l’ordre de confinement du gouverneur Démocrate Tony Evers) : pour les secondes, il faut sortir du confinement pour relancer l’économie, pour raison fiscale ; pour les premières, il s’agit de sortir du confinement pour respirer, pour raison vitale. « I can’t breathe », disait George Floyd avant de mourir. Qu’elle soit cloisonnée, en prison ou dans la rue, la population noire est soumise à l’interdiction de respirer. Suicide national dans un pays « incroyablement sûr »

Où cette situation peut conduire les U.S.A. ? Sans même considérer le mouvement de protestation de ces derniers jours, la politique actuelle des U.S.A. est suicidaire avant même d’être capitaliste – ou développant la pulsion de mort capitaliste au point de ne plus même chercher la survie du profit plus qu’à très court terme. Ce n’est pas seulement des organisations internationales dont ce pays se coupe (comme avec l’O.M.S.), pas seulement des traités internationaux dont il se retire (de non-prolifération des armes nucléaires, des accords sur le climat, etc.), mais de tout avenir. Appuyée sur les énergies fossiles et la liquidation des lois nationales sur la protection de l’environnement, la politique suprématiste que Trump, soutenu par un parti Républicain avili et par des grandes compagnies complices comme Facebook, impulse entre son golf en Floride et le bunker où il s’est réfugié dimanche soir dernier (le 30 mai), conduit les U.S.A. à un effondrement de son territoire. Et la question est de savoir si cet effondrement est évitable.

Les jours qui viennent vont être cruciaux. Le but de l’extrême-droite est d’intensifier le chaos, que ce soit celui issu du Covid-19 ou du mouvement de protestation actuel [7]

[7] « US far right seeks ways to exploit coronavirus and…

. Cette tactique du pire est cependant limitée, et doit nous permettre de relativiser l’hypothèse d’une guerre civile. Les milices blanches qui, armées jusqu’aux dents, se sont récemment manifestées pour demander l’abrogation des lois de confinement sont cependant infiniment moins nombreuses et puissantes que les forces en présence dans le mouvement de protestation – s’il leur prenait la fantaisie, à ces blancs, d’appeler à la guerre civile, celle-ci se changerait pour eux en défaite rapide. Le mouvement en cours est étonnement vivace, jeune, multi-racial et divers sur le plan des classes. Et c’est bien de ce mouvement que s’exprime la possibilité d’un dépassement de la forme sociale-étanche qui caractérise les U.S.A., la possibilité de conjurer le sort social total qui affecte les populations black et brown.

Trump et ses alliés, comme ils le font déjà, vont certes jouer la carte de « la loi et l’ordre » (law and order). Mais il n’est pas certain que cette carte puisse être jouée comme lors de l’élection présidentielle de 2016 (et même avant), dans la mesure où Trump est désormais un insider, au pouvoir [8]

[8] Clare Malone, « Trump Has Returned To His 2016…

. Il paraît certes démentiel que des individus puissent encore continuer à croire un seul instant qu’il représente l’ordre et la loi, au vu du chaos permanent qu’urbi et orbi sa politique – car il s’agit d’une politique – provoque, au vu de l’incapacité totale qu’a le gouvernement en place de proposer une ligne fédérale à la mesure du pays entier, au vu du mépris des travailleurs astreints à maintenir en respiration artificielle l’industrie de la viande, etc. Que l’économie soit érigée au mépris de la vie des populations, on en aura eu la preuve visible le jour où le speaker Républicain de l’Assemblée du Wisconsin déclara, protégé derrière un masque, des gants et d’autres équipements de protection massive contre le coronavirus, qu’il était « incroyablement sûr (incredibly safe) » de voter en personne pour l’élection des primaires américaines [9]

[9] « Republican Wisconsin assembly speaker wears…

 :

Le suicide national prend place dans un espace de plus en plus irrespirable, où des Noirs sont tués tandis que des blancs arborent les signes cyniques de la surprotection.

L’alliage des réformistes et des révolutionnaires

Des réseaux comme Fox news, que Trump regarde en continu, diffusent une information qui oblitère consciemment la réalité, et alimente la croyance de type fasciste que le gouvernement façonne année après année, en licenciant toutes les personnes en poste dans les administrations fédérales qui ne sont pas en accord absolu avec la ligne Trump et en élisant à tous les échelons de l’appareil judiciaire des blancs intégristes. Cette croyance cimentée risque de recouvrir l’effondrement en cours des États-Unis, et il est pour cette raison nécessaire de croire à l’inverse, avec autant de force, plus de force encore, à l’impossible rupture d’avec sa structure et son histoire. En prenant pour cible (dans le Mississipi, dans les deux Caroline, en Virginie) des statues érigées à la gloire de la Confédération (sudiste, esclavagiste) [10]

, ce mouvement pour les droits vitaux montre qu’une réelle politique du présent est toujours en prise avec l’histoire qui s’est changée en structure, en sort maléfique. La rupture devra se faire avec ce que le philosophe et activiste Cornell West appelle le « pillage officiel » perpétré par Wall Street, avec tout à la fois le fascisme et le néo-libéralisme [11]

[11] « ‘America’s Moment of Reckoning’ : Cornel West Says…

. Deux ennemis à la fois, comme d’habitude.

 Mais symétriquement aussi peut-être l’alliage, même transitoire, entre deux nouveaux amis, les révolutionnaires et les réformistes. L’un des facteurs clef de la situation est la manière dont les liberals blancs, les classes intermédiaires, vont réagir. L’une des raisons pour lesquelles ces derniers pourraient ne pas être effrayés par un soutien ferme au mouvement en cours, contre un simple retour à la normale néo-libéral post-Trump, est qu’ils savent que Trump aussi bien que le néo-libéralisme conduisent tous deux à la dévastation écologique, locale et planétaire. Or c’est maintenant que les luttes contre le racisme structurel et les changements climatiques pourraient se coaliser. Le « white silence = white consent » concerne désormais aussi bien la question raciale que la question écologique – qui est la même question. Le Green deal (tel que soutenu par la frange socialiste incarnée par Alexandria Ocasio-Cortez et Bernie Sanders, le candidat radical malheureux aux primaires Démocrates) devra être aussi un Black and brown deal, une recomposition intégrale de la société américaine.

Si cet alliage n’est pas porté et soutenu par les Démocrates jusqu’au pouvoir en novembre 2020, l’été qui s’annonce caniculaire et sous la frappe du Covid-19 risque d’être l’occasion d’un carnage social, écologique et politique ininterrompu. Soyons clair, le candidat Centre-Droit des Démocrates, Joe Biden, est l’un des plus mauvais possibles dans la situation (Sanders ou Warren, avec leur projet de sécurité sociale pour tous, auraient été beaucoup plus à propos du fait de la pandémie). Mais peut-être que la situation imposera à Biden l’impossible et pourtant nécessaire changement radical de la société nord-américaine, nécessaire désormais à la fois pour éviter son implosion et pour rendre justice à George Floyd comme à ceux qui l’ont précédé dans l’asphyxie. Comme le dit Cornel West dans un article publié ce 1er juin dans The Guardian :

« Si la démocratie radicale meurt en Amérique, qu’il soit dit de nous que nous avons tout donné alors que les bottes du fascisme américain tentaient de nous écraser le cou » [12]

[12] Cornel West, « A boot is crushing the neck of American…

.

Madison, le 1er juin 2020.

[1] « The Minneapolis police officer who knelt on George Floyd’s neck had 18 previous complaints against him, police department says », CNN, 29 mai 2020.

[2] En référence au sociologue Marcel Mauss qui lui parlait de « fait social total ».

[3] Saidiya V. Hartman, Scenes of Subjection, Oxford University Press, 1997.

[4] « Jobless America : the coronavirus unemployment crisis in figures », The Guardian, 28 mai 2020.

[5] « ‘It’s a racial justice issue’ : Black Americans are dying in greater numbers from Covid-19 », The Guardian, 8 avril 2020.

[6] Je renvoie ici à l’afro-pessimisme (cf. l’introduction de Red, White and Black : Cinema and the Structure of U.S. Antagonisms par Frank B. Wilderson III).

[7] « US far right seeks ways to exploit coronavirus and cause social collapse », The Guardian, 5 avril 2020.

[8] Clare Malone, « Trump Has Returned To His 2016 Law-And-Order Rhetoric, But It Might Not Sit So Well In 2020 », FiveThirtyEight, 29 m
ai 2020 (https://fivethirtyeight.com/features/after-minneapolis-can-trumps-law-and-order-strategy-work/).

[9] « Republican Wisconsin assembly speaker wears protective gear while telling voters they are ‘incredibly safe to go out’ », CNN, 7 avril 2020.

[10

[11] « ‘America’s Moment of Reckoning’ : Cornel West Says Nationwide Uprising Is Sign of ‘Empire Imploding’ », Democracy Now, 1er juin 2020.

[12] Cornel West, « A boot is crushing the neck of American democracy » in The Guardian, 1er juin 2020.


Article publié le 04 Juin 2020 sur Nantes.indymedia.org