Mise à jour mardi à 10h : l’expulsion de l’Amassada est en cours https://twitter.com/MathildePanot/status/1181478656650223616

Pourquoi défendre l’Amassada ?



Pour lutter contre le capitalisme vert

De l’Isthme de Tehuantepec au Mexique au sud de l’Aveyron, le développement de l’industrie éolienne se fait de manière coloniale : un pouvoir illégitime et étranger au territoire local s’impose par la force et la violence. Sur cette zone devrait être construit, par l’entreprise RTE, un mégatransformateur très haute Tension (THT) de plus de 5ha, qui aura pour fonction centrale la redistribution à longue distance de l’électricité produite dans la région par un parc éolien industriel gigantesque de 800 éoliennes (actuellement en construction). Dans le très bon documentaire réalisé par l’Amassada : Pas Res Nos Arresta, les acteur·rice·s de cette lutte nous montrent à quel point la production industrielle d’éolienne est tout sauf écologique. Et comment les plus gros pollueurs comme Total ou Enedis en profitent pour obtenir des droits à polluer. La « transition écologique » est une farce totale.

Pour défendre des campagnes vivantes

Au nom de l’intérêt public, c’est encore ce même processus dévastateur pour les campagnes qui se réalise. À l’heure où il faudrait revitaliser les campagnes, stopper la progression urbaine et retrouver des forces politiques citoyennes locales pour se préparer au basculement climatique désastreux en développant l’autonomie des territoires, l’État industrialise, détruit les résistances locales par la répression, détériore le tissu social citoyen local (en exacerbant les divisions), transforme les campagnes en périphéries productives pour les métropoles, bien intégrées au marché mondial, tout en ordre. Il est plus qu’indispensable de montrer que l’industrialisation des campagnes, qu’elle soit au nom de l’écologie, du développement durable ou de la transition, ne sont aucunement d’intérêt public, car elle reproduit exactement les mêmes mécanismes économiques qui nous ont amenés à cette situation écologiquement intenable aujourd’hui dans laquelle les citoyen·ne·s sont impuissant·e·s.

Pour lutter contre le gouvernement des algorithmes

Cette utopie du calcul total (la cybernétique) est née pendant la seconde guerre mondiale en Angleterre, lorsque les premiers ordinateurs ont été capables de calculer ou d’anticiper des mouvements d’avions (afin d’ajuster automatiquement des tirs antiaériens). Aujourd’hui, ce principe automatique de prédiction en temps réel des comportements des individus, basé sur des données (smartphones, objets connectés, internet, etc.), est au service de ceux·elles qui rêvent de pouvoir connaitre le moindre de nos faits et gestes, émotions et opinions, pour nous gouverner de manière optimale. Ce gouvernement des algorithmes (au cœur de la 4e Révolution industrielle) est déjà à l’œuvre dans plusieurs villes françaises, sous forme sécuritaire (voir : « La « ville sure » ou la gouvernance par les algorithmes »). Les fermes éoliennes (ou solaires) ont pour but de fournir de l’électricité à ces nouvelles technologies destinées à rendre « lisible » par le gouvernement et les entreprises, des détails de nos vies encore inaccessibles. Le développement des objets connectés, la domotique, les voitures électriques, les véhicules autonomes, les compteurs Linky, la 5G, les smartphones, etc. sont autant de capteurs produisant de « l’information » qui sera traitée par des IA afin de pouvoir prédire statistiquement l’avenir. La « transition énergétique » (qui n’est qu’une délocalisation de l’usage de l’énergie fossile) n’a pas pour but de réduire les quantités d’énergies astronomiques que notre mode de vie nécessite, mais d’adapter la production électrique à ce monde hyperconnecté et très énergivore qui vient. Les entreprises et les gouvernements savent très bien que le monde du futur sera très instable et pour maintenir leur pouvoir il leur est indispensable de créer ces nouvelles infrastructures souples, fluides, résilientes et surtout, automatisées (échappant ainsi à tout danger de grève par exemple).



Pour une écologie radicale, postcapitaliste et vivante !!

Vive la Libre Commune de l’Amassada !

Pas Res Nos Arresta !

Appel à rejoindre l’occupation relayé sur la page Facebook Cerveaux non disponible

Nous appelons à une convergence immédiate de tou·te·s dès maintenant pour venir défendre l’Amassada. C’est l’occasion ou jamais de montrer l’importance de ce lieu et le symbole qu’il représente dans la lutte contre la farce de la transition énergétique capitaliste.

Faites tourner l’info, ramenez vos potes et si vous ne pouvez pas venir, essayez de mener des actions de soutien !

Nous rappelons également aux personnes vivant dans les alentours, que toute information est bonne à prendre, notamment les mouvements policiers, n’hésitez jamais à nous appeler.

Pour nous joindre, le nouveau numéro de téléphone : 06 56 83 56 27, par mail : [email protected], ou Facebook : amassada12.

À tout de suite sur la Plaine ! Pas res nos arresta !

PS : Essayez d’être autonomes pour vos couchages (tentes, duvets, matelas). Attention : les nuits sont fraîches.

PS 2 : On est chaud·e·s que vous rameniez un peu de nourriture.


Article publié le 08 Oct 2019 sur Paris-luttes.info