Au delĂ  de l’annonce du passage en “zone verte” pour l’ensemble de la France mĂ©tropolitaine, l’allocution de Macron ce 14 juin a Ă©tĂ© un exercice d’autosatisfaction impressionnant quand Ă  la gestion de la crise sanitaire. OubliĂ©s les stocks de masques inexistants, oubliĂ©-es les travailleuses et travailleurs en premiĂšre ligne sans matĂ©riels et sans tests


Et pour la suite ? Beaucoup de grands mots et de discours creux sur la mobilisation de la population face Ă  la crise, la relocalisation et l’écologie. Le prĂ©sident de la RĂ©publique se prend pour un gĂ©nĂ©ral mobilisant la population, pourtant il n’est que le bras armĂ© des politiques nĂ©olibĂ©rales. Rien de concret.

La dette ? Il va falloir travailler et produire plus. On est loin de l’écologie et du partage du travail
 En prenant bien soin de prĂ©ciser qu’il n’y aura pas d’ impĂŽt supplĂ©mentaire et donc rassurer les plus riches qui continueront d’accumuler pendant qu’on trime.

L’emploi, les licenciements ? Que des mots creux, rien de concret. Comme le conditionnement des aides Ă©conomiques au maintien de l’emploi et Ă  la transition Ă©cologique…

Le racisme ? DĂ©noncĂ© du bout des lĂšvres pour tout de suite poser une interprĂ©tation figĂ©e et rĂ©actionnaire de l’Histoire qui ne peut ĂȘtre revisitĂ©e. Pire : il relaye le fantasme d’un “antiracisme sĂ©paratiste” portĂ© par l’extrĂȘme droite. C’est extrĂȘmement grave !

Les violences policiĂšres ? Elles n’existent pas. Il y a l’ordre rĂ©publicain. Comme une sorte de “law and order” façon Trump. Pour le reste, fermez le ban.

AprĂšs avoir fait l’article sur l’Etat providence le 12 mars dernier, le pouvoir macroniste revient Ă  ses fondamentaux ultralibĂ©raux et nous prĂ©pare le retour au monde d’avant. En pire pour nos droits, nos libertĂ©s, pour la justice sociale et environnementale.

L’Union syndicale Solidaires continuera dans les semaines Ă  venir de construire les mobilisations sociales, antiracistes, Ă©cologistes et fĂ©ministes indispensables pour sortir de la crise actuelle et qu’enfin d’autres choix nous Ă©vitent celles Ă  venir.

DĂšs le mardi 16 juin nous serons partout dans la rue pour soutenir la mobilisation des personnels hospitaliers dont les revendications sont mĂ©prisĂ©es depuis plus d’un an par ce gouvernement, avec le rĂ©sultat qu’on a connu ces derniers mois. Pour le service public, pour nos libertĂ©s, pour la justice sociale et environnementale, nous ne lĂącherons rien.

Macron retour a l anormal 1

Article publié le 14 Juin 2020 sur Solidaires.org