Les surgissements populaires des 22 février et du 1er mars ont inauguré une situation nouvelle en Algérie non seulement en raison de leur ampleur mais surtout parce qu’ils ont déjà fait reculer un gouvernement dont l’arrogance antidémocratique n’a d’égale que la rigueur antisociale.


Webditos 2019

/
international,
MettreEnUne