Janvier 3, 2020
Par Marseille Infos Autonomes
395 visites


Le 12 décembre 2019, le pouvoir de fait en Algérie a désigné, par une mascarade électorale, sa façade dite civile. Abdelmadjid Tebboune, devient ainsi un “président” non légitime de la République. Le 23 décembre, la mort a emporté le général Ahmed Gaïd Salah, chef d’État Major de l’Armée Nationale Populaire (ANP) et homme qui décide de tout depuis 10 mois dans le pays. Un nouveau chef d’État Major est désigné dans la foulée. Le peuple attendait de ces changements des signes tangibles d’apaisement. ils ne sont malheureusement pas au rendez vous. Bien au contraire, nous assistons à une recrudescence des attaques multiformes contre le mouvement populaire : le vendredi 13 décembre une répression sans précédent depuis le soulèvement populaire du 22 février a touché la population des villes de l’ouest algérien. Une utilisation scandaleuse des “baltagias” (espèces d’hommes de main de la police politique, recrutés dans les milieux de la pègre, spécialisés dans les coups tordus) pour agresser physiquement les manifestants du vendredi 27 décembre à Annaba, Constantine, Batna, Bordj Bouararidj, Oran et Sidi Bel Abbès. L’apparition soudaine et massive d’une campagne de haine dans les réseaux sociaux contre une région du pays présenté comme étant la responsable de la déstabilisation de l’Algérie en lien avec les ennemis traditionnels.    

 Face à ce refus absolu du pouvoir d’entendre les revendications des millions d’algériens qui sortent dans la rue depuis plus de dix mois, le mouvement populaire n’ a pas d’a pas d’autres que de persister dans la mobilisation.     

De ce fait le Collectif pour une Alternative Démocratique et Sociale en Algérie (CADSA-Marseille) qui organise les mobilisations à Marseille depuis février 2019 appelle à un rassemblement le dimanche 5 janvier 2020 à 14h à la porte d’Aix




Source: Mars-infos.org