Mars 7, 2019
Par Contretemps
164 visites


La crise politique qui secoue l’Algérie aujourd’hui n’est pas tombée du ciel. Elle s’inscrit dans la continuité d’une crise antérieure, celle du régime, qu’elle approfondit et qu’elle est venue couronner. Tout indique que le régime politique actuel est finissant. La promesse de Bouteflika d’une Conférence nationale inclusive ouverte à toutes les forces, une fois réélu à un nouveau mandat de cinq ans, prouve que le pouvoir lui-même a pris conscience que son régime ne correspond plus aux intérêts des forces sociales dominantes, qu’il ne peut plus être maintenu en l’état et qu’il doit changer. Mais il tente une dernière manœuvre dans l’espoir de conserver la main sur l’inéluctable processus de changement. Comme ce fut déjà le cas par le passé, en particulier après octobre 1988.




Source: