Jeudi 16 janvier, le Midi Libre nous apprend que :

À peine une semaine après avoir “redécoré” (en fait, tapissé d’affichettes à l’effigie de leur ministre de tutelle, Jean-Michel Blanquer) le rez-de-chaussée des locaux de l’inspection académique, rue Pasteur, à Alès, cette fois, [les enseignant.es en lutte] en ont muré la porte, dans la nuit.

[…]

Dans une missive, envoyée à la rectrice d’académie, avec copies au dasen (directeur académique des services de l’Éducation nationale) et aux deux inspectrices en Cévennes, signée «  Les enseignant-es mobilisé-es  », ils regrettent de ne pas avoir été reçus et écoutés.

Et ils concluent : «  Nous nous trouvons donc devant un mur que nous rendons visible.  »


Article publié le 21 Jan 2020 sur Mars-infos.org