Ils nous ont promis des « hôpitaux de proximité d’excellence », de ne pas fermer d’hôpitaux, des réponses aux déserts médicaux. Ils nous ont promis que tout irait bien… Et pourtant :

  • Près de 100 services d’urgences sont en grève, dont celles de Tours, Chinon et Amboise, la psychiatrie est sinistrée,… Creil, Die, Le Blanc, Bernay, Saint Claude… partout des services ferment laissant des hôpitaux vidés de l’essentiel.
  • La loi santé 2022 poursuit cette logique de restructurations déconnectées des besoins de santé de la population…
  • La pénurie de personnels à l’hôpital atteint un niveau insupportable et, cet été, elle conduira à la fermeture de services et de centaines de lits…

C’est une véritable politique d’austérité qui s’applique à l’hôpital avec pour objectifs la réduction des dépenses publiques de santé et une réponse libérale de privatisation. À Tours, elle se manifeste par la fermeture de 3 sites sur 5, dont l’hôpital Clocheville.

Parallèlement 8,6 % des Français n’ont pas de médecin traitant, les déserts médicaux s’étendent, les dépassements d’honoraires, la multiplication des frais annexes (parking, chambre seule…) font que la santé coûte de plus en plus cher et que le reste à charge augmente (55 % des soins courants), des médicaments manquent… Notre santé est aujourd’hui en danger !

Nous ne sommes pas fatalistes devant cette situation… Imposons une politique de santé pour tous et toutes et partout, non basée sur des critères d’argent ou de situation territoriale.

  • Des soignants en nombre suffisant dans les services et des équipes stables.
  • La fin des fermetures de services et de lits et la réouverture de ceux qui manquent.
  • La réouverture des maternités et de l’ensemble des services nécessaires à un véritable hôpital de proximité.
  • La création d’un service public de santé de premier recours et de prévention.
  • L’ouverture de centres de santé publics dans les déserts médicaux.
  • Des budgets à la hauteur des enjeux.
  • L’argent public pour le public.
  • Une Sécurité Sociale démocratique garantissant une prise en charge à 100 %.

Défendons le droit à la santé et soutenons la lutte des personnels des urgences ! Refusons la privatisation de la santé !

Journée nationale d’action décentralisée le samedi 15 juin

Le samedi 15 juin, le collectif Notre Santé en Danger tiendra un stand sur le marché devant la mairie de Saint-Pierre-des Corps à partir de 10h avec du personnel du CHU en lutte pour échanger sur la situation à l’hôpital. Le 15 juin est une journée nationale de défense des hôpitaux et de la santé à l’appel de la Coordination des Hôpitaux et Maternités de Proximité qui a été décidé lors des rencontres du Blanc. La défense des hôpitaux ne peut être efficace qu’en ajoutant la mobilisation des usager-ères à celle du personnel en lutte.


Article publié le 14 Juin 2019 sur Larotative.info