Avril 27, 2016
Par Indymedia Bruxsel
72 visites


ALERTA 25/04/2016

Read this post in English, Nederlands

http://www.gettingthevoiceout.org/alerta-25042016/

Si vous êtes sans-papiers et que vous apprenez que la police vous

cherche pour vous parler, évitez de prendre contact avec elle.

Disparaissez un moment de votre adresse officielle et cherchez de l’aide

auprès de votre avocat, d’amis , d’associations spécialisées ou de

collectifs de sans-papiers.

La police n’a jamais de bonnes intentions , vous devez le savoir ! Il ne

faut jamais se fier aux discours de la police.

Nous recevons actuellement beaucoup d’appels de personnes arrêtées par

la police qui utilise des stratégies bien précises pour tendre des

pièges aux personnes sans-papiers.

La police vient à votre adresse pour vous parler. Si vous êtes

présent-e, les flics vous racontent n’importe quoi, gentiment. Puis,

ayant constaté que vous êtes chez vous, ils envoient une patrouille pour

vous arrêter. Si vous n’êtes pas présent-e, ils expliquent à vos

cohabitants ou vos voisins qu’il est important de les recontacter le

plus vite possible. En confiance, vous retéléphonez et la personne en

ligne vous demande où vous vous trouvez. Quelques minutes plus tard,

une patrouille superarmée débarque au lieu de rendez-vous et vous arrête .

Tous les arguments sont bons à prendre pour les forces de l’ordre : une

cohabitante d’un sans-papiers reçoit la visite de la police qui lui dit

qu’ils doivent poser quelques questions à son co-habitant au sujet des

attentats à Bruxelles. Dès que le sans papiers rentre chez lui, en

panique, il retéléphone à la police. Quelques minutes plus tard, une

patrouille débarque et l’arrête parce qu’il n’a pas de papiers ! Rien à

voir avec les attentats !

Et un dernier avertissement aux ressortissants de Guinée : les appels

que nous recevons actuellement viennent souvent de personnes de Guinée.

Ceci est peut-être un hasard et il n’est pas du tout sûr que ces

arrestations ne concernent que des Guinéen-ne-s, mais prévenez tout de

même vos amis guinéens.





Source: