Et maintenant comment fait-on pour faire surgir nos réalités quotidiennes et celles des publics accompagnés ?

Le premier temps proposé par l’intersyndicale le 21 janvier a réuni jusqu’à 400 personnes. Notre objectif était en premier lieu de permettre aux travailleurs·euses du social et du médico-social de se rencontrer et de confronter leur réalité de travail. Suite à cette première journée de mobilisation, nous avons demandé à ce que des élus du Département et de l’Agglomération de Rennes reçoivent le 12 mars une délégation représentative afin de faire entendre nos revendications. Au-delà de nos étiquettes syndicales nous souhaitons trouver ensemble, les moyens de porter haut et fort la parole des salarié·e·s et de ceux et celles que nous accompagnons au jour le jour.

De plus en plus de personnes ont besoin des services sociaux et médico-sociaux. Pourtant les dispositifs d’aide et d’accompagnement (de la protection de l’enfance, des personnes fragiles et vulnérables, du handicap, du logement et de l’urgence sociale…) ne sont plus à la hauteur aujourd’hui pour y répondre.

Les moyens humains et financiers dédiés à l’exercice de ces missions ne cessent de baisser alors que les besoins d’accompagnement sociaux explosent. Les conséquences sont lourdes pour les usager·es en termes de qualité du service rendu comme pour les salarié·es qui ne peuvent plus faire face et perdent le sens de leur travail.

Plutôt que de protéger, d’aider, de soutenir, d’accompagner, les professionnel·les ne peuvent plus

rencontrer les personnes, être présent·e·s pour les écouter, ou même simplement répondre au téléphone faute de temps.

Depuis des années les conditions de travail se dégradent, les arrêts maladie se multiplient, la charge de

travail et la pression managériale insupportables entraînent des personnels.

Toujours plus avec toujours moins ! L’austérité imposée au secteur social et médico-social par les financeurs publics, les réorganisations permanentes des employeurs et la mise en concurrence par les appels à projets ont conduit à généraliser la rentabilité de l’activité et à casser les conventions collectives.

Nous constatons depuis une déqualification grandissante de nos métiers et des difficultés à recruter les salarié·e·s faute de revalorisation salariale et d’amélioration de nos conditions de travail.

Nous sommes aussi très préoccupé·es par une déshumanisation du secteur social et médico-social au profit d’une logique gestionnaire guidée par le coût immédiat de nos accompagnements sans tenir compte de l’indispensable solidarité et cohésion sociale que représentent nos secteurs pour la société.

Le 12 mars nous vous proposons de vous exprimer. Pour interpeller le plus de monde possible, nous proposons un Dress Code : tous·tes habillé·es en noir. Au-delà de la plateforme revendicative que nous ferons parvenir aux élus et financeurs, il faut que le réel surgisse.

Porteurs de paroles, Micro trottoirs, Crieur de Rue, Assemblée Générale

Travailleur·euses du secteur Social & Médico-social MOBILISONS NOUS !

Jeudi 12 mars 2020 à Rennes

11h30 Dalle du Colombier Assemblée Générale 12h30

Intersyndicale départementale médico-social et collectivité territoriale,

Sud, Cgt, FO, CNT


Article publié le 25 Fév 2020 sur Rennes-info.org