Juillet 18, 2022
Par Rennes Info
206 visites

La fédération CFDT PSTE (Protection Sociale Travail Emploi) alerte sur la situation difficile des caisses de retraite (Carsat et CNAV) qui se dégrade de mois en mois.

Comme pour les CAF, et les CPAM plusieurs facteurs expliquent cette “surchauffe” dans les caisses de retraite partout en France :

Une hausse constante du nombre de dossiers reçus ;

Des effectifs insuffisants du fait des départs non remplacés ;

Des outils informatiques qui ne répondent pas aux besoins ou qui ne sont pas à la hauteur des enjeux ;

Une règlementation et/ou des situations de plus en plus complexes qui ne permettent pas le traitement automatisé des dossiers retraites.

Les caisses de retraites réceptionnent 3% de dossier en plus tous les ans du fait du « Papy-Boom » avec de moins en moins de personnel pour traiter les dossiers. La modernisation du Système d’Information (SI) était annoncée comme un palliatif à la baisse des effectifs !

Les dysfonctionnements informatiques ont eu raison de cette annonce.

En 2017, les caisses de retraite de la sécurité sociale avec celles des indépendants comptaient 14800 salariés pour gérer 16,1 millions de retraités. En 2021, c’est 13700 salariés pour gérer 16,9 millions retraités.

En 2021, 30 000 dossiers retraites sont restés en souffrance.

En 2022, la situation se dégrade encore.

Ce sont les retraités et les futurs retraités qui en subissent directement les conséquences.

En effet, joindre un conseiller au 3960 devient de plus en compliqué. Les délais pour obtenir un rendez-vous s’allongent (dans certaines caisses : pas de rendez-vous possible avant plusieurs mois).

Les dossiers des personnes ayant eu au cours de leur carrière, une activité indépendante sont « bloqués », certains depuis le mois de janvier 2022.

Les difficultés pour assurer le paiement dans les délais de l’ASPA (Allocation Solidarité aux Personnes Agées) augmentent. Ce sont les retraités ayant de faibles ressources qui en sont les victimes. Pour un tiers des dossiers réceptionnés et traités, c’est plus de 3 mois de retard !

Les délais de traitement des pensions de réversion s’allongent dans certaines régions. A titre d’exemple, en région Normandie, ces derniers sont de 4 à 5 mois, ce qui met là aussi, en grande difficulté les bénéficiaires.

Ainsi, aujourd’hui, les salariés font face à une dégradation forte des conditions de travail avec des missions supplémentaires sans les moyens en face. Les salariés veulent rendre un service public de qualité mais il faut leur en donner les moyens.

Le rapport d’activité de la défenseure des droits, récemment publié et concernant l’année 2021 fait ressortir comme principal thème de réclamation, la protection sociale avec 22% des saisines. Parmi celles-ci arrivent en tête l’assurance vieillesse avec 22% des réclamations.

Ce rapport met d’ailleurs en exergue la problématique suivante :’les conventions d’objectifs et de gestion (COG) qui se succèdent imposent aux organismes de protection sociale des objectifs de productivité qui pèsent sur la disponibilité des agents pour les allocataires ou les assurés’.

C’est pour cela que la fédération CFDT PSTE exhorte l’Etat à prendre ses responsabilités sur la COG 2023-2027. Il faut donner des moyens humains supplémentaires pérennes qui permettent d’instruire les dossiers et rendre le service attendu aux millions de retraités et futurs retraités.

Les salariés des CARSAT et de la CNAV doivent être entendus par les Pouvoirs Publics !

Les retraités et les futurs retraités ont besoin des caisses de retraites !




Source: Rennes-info.org