Juillet 2, 2022
Par Dijoncter
280 visites

Lettre du Quartier Libre des Lentillères pour dénoncer les cas d’agressions par piqûres pendant la fête de printemps.

Triger Warning – Avertissement : Agression par piqûre, ce texte peut redéclencher un traumatisme

On est triste et en colère d’avoir appris que des personnes avaient été piquées à la seringue et droguées sans leur consentement, pendant la Fête de printemps des 10+2 ans du Quartier Libre des Lentillères à Dijon.

Ces derniers mois, cette pratique prédatrice se multiplie un peu partout, dans les milieux festifs notamment. De ce qu’on a compris, il s’agit de personnes qui piquent les gens à leur insu, en leur injectant – ou non – des produits.

Si on vous écrit aujourd’hui c’est parce qu’on souhaite affirmer notre solidarité et notre soutien aux personnes agressées, et continuer de lutter contre toutes les formes d’oppressions qui traversent notre

société et nos milieux d’organisation.

On se sent totalement démuni.e.s et dégout.é.e.s face à ce phénomène que nous n’avons pas pu empêcher durant la fête de printemps.

Pourtant une team anti-relou était présente à chaque soirée. Il y a eu des maraudes, de l’affichage de sensibilisation, des discours entre les concerts, un numéro de téléphone joignable et des personnes visibles en cas de problème. Il nous parait essentiel que nos moments collectifs et festifs puissent être des moments inclusifs et agréables pour tous.te.s.

Ce sujet fera malheureusement maintenant parti des prochaines organisations de nos soirées.

Pour l’instant, deux personnes ayant été piquées lors de la soirée du samedi 28 mai sont revenues vers nous en décrivant les symptômes suivant :

  • vomissements
  • difficulté à tenir debout, à marcher droit
  • perte ou non de lucidité. Une personne se sentait très lucide mais son corps ne répondait plus du tout. (La deuxième personne était aussi pleinement lucide mais ne savait pas bouger ses membres inférieurs).
  • black out (perte de mémoire)
  • trace de piqûre

Une des personnes en question à écrit un texte que vous pouvez consulter ici :

Témoignage d’une injection de drogue(s) en milieu festif

Ce texte est un récit à la première personne d’une expérience d’injection de drogue(s) non consentie à la fête des Lentillères le 28 mai 2022. Il vise à participer à la diffusion d’informations sur ce phénomène et à partager des perceptions

On souhaite dénoncer cette pratique dégueulasse et permettre aux personnes présentes à la fête de revenir vers nous, de pouvoir avoir des soins ou de rentrer en contact avec des personnes ayant vécu la même chose si elles en ressentent le besoin. On est à l’écoute par le biais du numéro de la team anti-relou (0758148272) ou via le mail fetelentilleres2022 [at] riseup.net

On tient aussi à préciser que ce texte n’a pas pour but d’incriminer la drogue, les personnes en possession de drogue, les personnes qui prennent de(s) la drogue(s), les personnes qui utilisent des seringues, mais qu’il a pour vocation d’informer, de partager face aux intentions malveillantes derrière les injections et distributions de drogues non consenties.

Pour info, certains CHU ont mis en place des protocoles pour ces situations spécifiques. Il est conseillé de se rendre rapidement à l’hôpital qui pourra prescrire si besoin un traitement post-exposition au VIH (dit TPE, à faire dans les 48h), et de faire un dépistage d’IST (VIH, Hépatites B et C) dans les délais recommandés.

A Dijon, il y a aussi Conscience Nocturne, un collectif de prévention et de réduction des risques en milieu festif. On peut les contacter en dehors des fêtes pour avoir des conseils et de l’écoute attentive.

Les fêtes ce sont des moments sociaux riches et intenses, on y vient pour s’amuser, boire des coups, écouter de la musique, retrouver ses ami.e.s, rencontrer des gens et milles choses encore ! Nous continuerons toujours d’avoir une vigilance particulière lors de ces moments et au delà, mais nous voulons rappeler que venir faire la fête c’est aussi prendre soin de ses ami.es, des autres, et que le bien-être de tous.tes est une responsabilité collective.

Face à tout cela, on a envie de se sentir ensemble, de se donner de la force, de rester soudé.e.s et de pouvoir se laisser emporter sans peur par la foule. C’est dans ce mode là qu’on espère vous recroiser bientôt sur une piste de danse ou au milieu d’une flopée de gens, car aujourd’hui et pour toujours on emmerde très très fort ces piqueu.r.se.s agresseu.r.se.s qui ne seront jamais les bienvenu.e.s dans nos fêtes et dans nos vies.

A bientôt dans la foule ou pas,

Le Quartier Libre des Lentillères




Source: Dijoncter.info