Novembre 20, 2020
Par ACTA
316 views


Ces derniers jours ont Ă©tĂ© le thĂ©Ăątre d’une reprise des hostilitĂ©s au Sahara Occidental entre le mouvement indĂ©pendantiste du Front Polisario et le royaume du Maroc, suite Ă  une intervention militaire de l’armĂ©e marocaine Ă  l’extrĂȘme sud du territoire en violation flagrante du cessez-le-feu en vigueur depuis 1991. L’article qui suit permet de cerner les enjeux de ce conflit, ainsi que ses implications gĂ©opolitiques. Notons Ă  ce propos, pour complĂ©ter l’article, que si l’AlgĂ©rie appuie les revendications du peuple sahraoui (dans l’espoir de mettre la main sur un territoire aux juteuses ressources miniĂšres tout en gagnant un accĂšs stratĂ©gique Ă  l’ocĂ©an), la France de son cĂŽtĂ© est un soutien sans faille du royaume marocain, lui fournissant assistance matĂ©rielle et protection diplomatique.

Le 13 novembre a commencĂ© une nouvelle phase du conflit entre le Maroc et la RĂ©publique arabe sahraouie dĂ©mocratique (RASD), 29 ans aprĂšs le cessez-le-feu conclu entre les deux parties. Le Front Polisario (Frente Popular de LiberaciĂłn de SaguĂ­a el Hamra y RĂ­o de Oro) a dĂ©clarĂ© la guerre au Maroc en rĂ©ponse Ă  une incursion de l’armĂ©e marocaine qui a attaquĂ© des manifestants civils sahraouis Ă  Guerguerat.

L’agence de presse marocaine MAP a Ă  son tour confirmĂ© que le Maroc avait lancĂ© une offensive militaire dans la rĂ©gion de Guerguerat pour mettre fin Ă  la manifestation des civils sahraouis qui bloquaient pacifiquement le passage de la frontiĂšre depuis le 21 octobre dernier. Le Front Polisario accuse au contraire le Maroc de violer « de maniĂšre flagrante Â» le cessez-le-feu en pĂ©nĂ©trant en territoire sahraoui et en attaquant des civils.

Suite Ă  ces Ă©vĂ©nements, le SecrĂ©tariat national du Front Polisario a tenu une rĂ©union d’urgence au cours de laquelle il a Ă©tĂ© affirmĂ© que « l’armĂ©e marocaine a rompu le cessez-le-feu Ă  Guerguerat Â», et a dĂ©clarĂ© la guerre au Maroc : « Le Front rĂ©pondra de maniĂšre appropriĂ©e et conformĂ©ment Ă  ce qui a Ă©tĂ© promis prĂ©cĂ©demment Â», peut-on lire dans le document officiel. Les dirigeants sahraouis ont alors annoncĂ© Ă  la population que « la grande bataille a commencĂ© et avec elle la Grande Guerre pour la libĂ©ration de tout le peuple Â». Le Front Polisario a appelĂ© « tout le peuple Ă  se prĂ©parer Ă  rĂ©pondre Ă  cette agression brutale et Ă  franchir une nouvelle Ă©tape dĂ©cisive dans la lutte pour la libertĂ©, la dignitĂ© et la souverainetĂ© Â».

Le prĂ©sident de la RĂ©publique sahraouie et secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral du Front Polisario, Brahim Ghali, a envoyĂ© le mĂȘme jour une lettre au secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral des Nations unies, le Portugais AntĂłnio Guterres, et Ă  la prĂ©sidente du Conseil de sĂ©curitĂ© de l’ONU, Inga Ronda King (reprĂ©sentante de Saint-Vincent-et-les-Grenadines), pour dĂ©noncer l’agression marocaine : « C’est avec une grande urgence et prĂ©occupation que je vous Ă©cris pour vous informer que les forces militaires marocaines ont lancĂ© une attaque brutale contre des civils sahraouis non armĂ©s qui manifestaient pacifiquement Ă  Guerguerat, dans le sud-ouest du Sahara occidental Â», peut-on lire dans la lettre.

Le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral du Front Polisario a ensuite dĂ©noncĂ© Â« l’opĂ©ration des forces marocaines contre les civils sahraouis qui est un acte d’agression et une violation flagrante du cessez-le-feu que les Nations unies et le Conseil de sĂ©curitĂ© doivent condamner Â». « Face Ă  cet acte d’agression, les forces militaires du Front Polisario ont Ă©tĂ© contraintes d’affronter les forces marocaines pour la lĂ©gitime dĂ©fense et la protection de la population civile. Nous tenons (
) l’État marocain occupant responsable des consĂ©quences de son opĂ©ration militaire Â», a-t-il ajoutĂ©. « En lançant cette opĂ©ration militaire (
) l’État marocain occupant a gravement compromis non seulement le cessez-le-feu et les accords militaires, mais aussi toute possibilitĂ© de parvenir Ă  une solution pacifique et durable Â», a conclu M. Ghali.

En effet, selon l’accord militaire n°1, signĂ© par l’ONU sĂ©parĂ©ment avec le Maroc et le Front Polisario, il ne peut y avoir d’hommes armĂ©s ni du Maroc ni du Polisario dans la bande de Guerguerat, Ă  la frontiĂšre entre les territoires contrĂŽlĂ©s par les deux parties. L’opĂ©ration lancĂ©e par les forces militaires marocaines constituerait donc une violation flagrante de cet accord. Le cessez-le-feu, signĂ© entre Marocains et Sahraouis sous les auspices des Nations Unies en 1991, « appartient au passĂ© Â», a dĂ©clarĂ© Ould Salek, ministre des Affaires Ă©trangĂšres sahraoui. Le Front Polisario estime que l’attaque lancĂ©e vendredi par le Maroc constitue une violation de cet accord.

En rĂ©ponse, le porte-parole du SecrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de l’ONU, le Français StĂ©phane Dujarric, a exprimĂ© la prĂ©occupation de l’ONU au sujet des rĂ©cents Ă©vĂ©nements dans le Sahara occidental, et a transmis aux parties impliquĂ©es dans le conflit l’appel du SecrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de l’ONU Ă  donner une pleine libertĂ© de mouvement Ă  la mission de l’ONU dans ce territoire pour remplir son mandat.

Le gouvernement algĂ©rien, qui soutient historiquement les revendications du peuple sahraoui contre le Maroc, est Ă©galement intervenu dans cette affaire. Par une dĂ©claration de son ministĂšre des affaires Ă©trangĂšres, le pays voisin a vivement regrettĂ© les « graves violations Â» perpĂ©trĂ©es par Rabat. Le gouvernement algĂ©rien a demandĂ© la cessation immĂ©diate de ces opĂ©rations militaires, « dont les consĂ©quences sont susceptibles d’affecter la stabilitĂ© de toute la rĂ©gion Â». Le gouvernement de Mauritanie a Ă©galement exprimĂ© ses prĂ©occupations.

Samedi 14 novembre, des sources du Front Polisario ont dĂ©clarĂ© que les affrontements se poursuivaient. Les forces armĂ©es du Front Polisario ont rĂ©vĂ©lĂ© que les attaques contre les positions de l’armĂ©e marocaine ont commencĂ© vendredi soir et se sont poursuivies jusqu’aux premiĂšres heures de ce samedi. Les Sahraouis ont affirmĂ© avoir effectuĂ© plusieurs raids contre le mur de dĂ©fense marocain et des bombardements d’artillerie dans les rĂ©gions occupĂ©es d’Aousserd et de Mahbes. Selon le ministĂšre de la dĂ©fense de la RASD, les forces sahraouies ont menĂ© des « attaques massives Â» le long du mur de dĂ©fense marocain dans les rĂ©gions de Mahbes, Hauza, Aousserd et Farsia, causant « des dommages humains et matĂ©riels Ă  l’ennemi Â».

Via World Politics Blog




Source: Acta.zone