DĂ©cembre 10, 2021
Par Union Syndicale Solidaires
169 visites



Il ne se passe plus un jour sans que se produisent de nouvelles menaces ou de nouvelles agressions perpĂ©trĂ©es par l’extrĂȘme droite contre des locaux syndicaux et associatifs, des librairies, des lieux culturels, des mosquĂ©es, des militant.es, des universitaires, des journalistes, des migrant-es… Il y a 5 jours, lors du meeting de Villepinte de l’un des trop nombreux candidats d’extrĂȘme droite aux Ă©lections prĂ©sidentielles, plusieurs militant-es de SOS Racisme ont Ă©tĂ© violemment agressĂ©-es par des nervis fascistes, dont certains Ă©taient issus d’organisations d’extrĂȘme droite rĂ©cemment dissoutes. De leur cĂŽtĂ©, des journalistes de Quotidien et de MĂ©diapart ont Ă©tĂ© pris-es Ă  partie et molestĂ©-es, sous les huĂ©es du public. A l’extĂ©rieur, pendant ce temps lĂ , les forces de police nassaient, brutalisaient et interpellaient les manifestant-es venu-es dĂ©noncer cette provocation raciste en pleine Seine-saint-Denis et des journalistes ont Ă©tĂ© entravĂ©-es dans l’exercice de leur mission d’informer. Ces agressions vont venir rejoindre celles que le site Rapports de force a dĂ©jĂ  recensĂ©es et cartographiĂ©es.

Le procĂšs en appel en mai-juin 2021 des assassins de notre camarade ClĂ©ment MĂ©ric est venu nous rappeler que l’extrĂȘme droite tue. ​​L’Union syndicale Solidaires exprime sa solidaritĂ© avec toutes les victimes de menaces et de violences fascistes. 

Le climat politique est lourd de menaces, car l’extrĂȘme droite et une bonne partie de la droite se dĂ©chaĂźnent dans les meetings, les mĂ©dias et les rĂ©seaux sociaux. Les vannes de leurs discours haineux, racistes et complotistes sont largement ouvertes.

Face aux offensives idĂ©ologiques mortifĂšres de l’extrĂȘme droite, les digues cĂšdent une Ă  une. Sa rhĂ©torique haineuse pollue les mĂ©dias et les rĂ©seaux sociaux. Le fait que ses fantasmes racistes, masculinistes, homophobes…, se propagent librement avec la complaisance des magnats des mĂ©dias n’est pas sans consĂ©quence dans la vie rĂ©elle. Cette libĂ©ration de la haine vient s’incarner dans les violences commises par des sbires d’extrĂȘme droite qui se sentent maintenant lĂ©gitimĂ©s par des candidat-es Ă  la prĂ©sidence de la RĂ©publique qui partagent et diffusent leurs dĂ©testations de toutes celles et ceux qui leur sont diffĂ©rent-es.

Car c’est bien au nom du pseudo « grand remplacement Â» et du suprĂ©macisme blanc qu’ont Ă©tĂ© commis plusieurs attentats meurtriers : attentats d’Oslo et d’UtĂžya en 2011 en NorvĂšge, attentats islamophobes de Christchurch en Nouvelle ZĂ©lande en 2019, attentats racistes de Hesse en 2020 en Allemagne..

Ces derniĂšres semaines, plusieurs projets d’attentats d’extrĂȘme droite en France ont Ă©tĂ© dĂ©jouĂ©s avant que leurs initiateurs ne passent Ă  l’acte. Ce ne fut malheureusement pas le cas Ă  la mosquĂ©e de Bayonne en octobre 2019. De fait le risque existe et prend de l’ampleur. MĂ©diapart, aprĂšs avoir enquĂȘtĂ© sur les filiĂšres nĂ©onazies dans l’armĂ©e, enquĂȘte actualisĂ©e ces derniers jours, rien n’ayant Ă©tĂ© rĂ©glĂ©, Ă©voquait fin novembre cette menace terroriste d’extrĂȘme droite en France avec neuf enquĂȘtes judiciaires en cours “sous une qualification « terrorisme Â» et 53 militants mis en examen”. Le mercredi 8 dĂ©cembre a Ă©tĂ© annoncĂ©e la dĂ©couverte Ă  Niort d’un “musĂ©e privĂ© Ă  la gloire du IIIe Reich”, avec de nombreuses armes et engins explosifs, appartenant Ă  un ancien militaire retraitĂ©.

Le silence du gouvernement est assourdissant et sa responsabilité est indéniable.

Pire, plusieurs ministres prĂ©fĂšrent stigmatiser les soit-disant « islamo-gauchistes Â» (tout en continuant de vendre des armes Ă  l’Arabie Saoudite), le soit-disant « wokisme Â», reprenant ainsi le lexique forgĂ© par des idĂ©ologues d’extrĂȘme droite.

Les Ă©quipes militantes de Solidaires combattent concrĂštement au quotidien le fascisme et le racisme dans les luttes, que ce soit dans les entreprises, dans les administrations et dans la rue.



Face Ă  l’extrĂȘme droite, ses discours de haine, ses violences, face aux politiques sĂ©curitaires et autoritaires, face au racisme systĂ©mique, l’Union syndicale Solidaires travaille, avec d’autres forces syndicales, associatives, politiques, Ă  construire et renforcer les mobilisations unitaires antifascistes et antiracistes.

Ainsi le 18 dĂ©cembre, l’union syndicale Solidaires appellera aux manifestations unitaires qui auront lieu partout en France, dans un cadre unitaire de la campagne “Antiracisme et solidaritĂ©”.




Source: Solidaires.org