Janvier 25, 2021
Par Le Monde Libertaire
308 visites


dessin Denis Demouge
Agatha se composa une figure christique
HĂ©sita entre une pĂšlerine et un pĂšlerin
Avant d’opter pour une seyante tunique
De nature Ă  Ă©chauffer les sens du sacristain.

Connue sous le nom d’emprunt Marie
Agatha fidélisait de trÚs catholiques clients
Qui s’exaltaient en grands pervertis
De forniquer au cri de « Marie-Maman ».

Reconvertis en lieux de rencontres ƓcumĂ©niques
La crypte de l’abbaye de Cluny et ses souterrains
Regorgeaient de foutre et d’huiles balsamiques
De multiples sécrétions puisées au creux des reins.

Aucun enfant de cƓur parmi tous ces maris
Qui se déguisaient en premiers communiants
Pour jouir religieusement du cadre béni
Dans lequel ils touchaient au firmament.

Les annonces d’Agatha publiĂ©es dans La Croix
Avaient rencontrĂ© un succĂšs d’estime
Parmi la frange des orthodoxes-ayatollahs
Les plus tourmentés par leurs passions intimes.

L’amour du prochain Ă©tait un concept-plaie
Pour ces dévots de la mise à mort par lapidation
Qui catéchisaient à longueur de journée
Contre son remplacement par la pendaison.

Ce sont ceux-là qui usaient d’Agatha
Les plus détraqués de la Grande Firme
Les mieux-pensants de la Grande Foi
Les plus cyniques de l’histoire du cynisme.

Nombreux se qualifiaient de simples portefaix
Implorant miséricorde, suppliant fellation
Promis à une triste existence en apnée
Sans masque, palmes académiques ni tuba à piston.

***

Spécialiste de la contorsion et du mime
Agatha simulait ainsi en toute mauvaise foi
Des transports amoureux sublimes
Sans que jamais sa situation ne se gĂąta.

ApprĂȘtant sa langue Ă  la succion
Elle récitait les articles de la loi Le Chapelier
S’entraünant à la masturbation
Elle égrenait son chapelet avec dextérité.

Agatha-Marie ne voyait ni malice ni crime
À faire cracher au bassinet les bourgeois
À essorer les bourses de consentantes victimes
Et Ă  extraire le trop-plein de fiel qui se logeait ici-bas.

Les hommes réclamaient la scÚne de la crucifixion
Telle que SƓur Emmanuelle l’avait immortalisĂ©e
En la basilique de l’ImmaculĂ©e conception
Sur une musique du regretté Pierre Bachelet.

Calices, ciboires, colifichets, menottes et palans
Agatha officiait donc au milieu de la bimbeloterie
Du beurre de Missel pour atténuer les frottements
En somme, tout l’arsenal nĂ©cessaire Ă  la liturgie.

Revenons pour finir au sacré crétin
– nommĂ© sacristain de maniĂšre synonymique –
Qui avait pour Agatha un tarifé béguin
Et trouvait la situation hautement romantique.

Ôtant pùlerine, corsage et touche-pas-garnement
Agatha transfigurée en couche-toi-là Marie
Ne prit pas le parti du miracle et du ravissement
Et laissa l’impĂ©trant Ă©jaculer d’une simple bondieuserie.

Les professionnelles ne sont pas des serins
Elles ont acquis avec le temps une solide pratique
Le minimum syndical est requis c’est certain
Mais le meilleur ne s’obtient pas avec du fric.

CĂ©d.




Source: Monde-libertaire.fr