Août 23, 2021
Par Le Monde Libertaire
213 visites


Au cours d’une discussion, j’ai fait part Ă  une amie du sentiment de rage que j’éprouvais face Ă  des personnes dĂ©fendant le colonialisme. Elle m’a demandĂ© s’il s’agissait d’un rejet affectif ou de principe. J’ai rĂ©pondu les deux. Qui peut sciemment supporter l’humiliation, l’asservissement et la soumission ? Les descendants des esclaves n’ont pas oubliĂ© la flĂ©trissure subie par leurs ancĂȘtres. Les enfants de peuples colonisĂ©s ne peuvent faire abstraction de l’histoire coloniale. Nous ne nous en rendons toujours pas compte mais les drames, les tragĂ©dies des aĂŻeux nous poursuivent.

Je me suis souvent rendue Ă  l’évidence qu’il n’était pas possible de discuter avec une personne tenant des propos racistes. Et puis j’ai souvent pensĂ© « Nous ne sommes pas sur la mĂȘme longueur d’onde ». Cela n’empĂȘche pas de communiquer sur d’autres sujets, aprĂšs tout. Chacun reste sur sa position et la vie continue


N’importe comment je suis amenĂ©e Ă  me demander si l’humain n’est pas dominĂ© par ses affects. Je veux bien le croire car ceux-ci sont les parents pauvres de la conscience. Ils seraient qu’on le veuille ou non les marqueurs de notre identitĂ© individuelle par rapport Ă  la conscience collective ou tout simplement par rapport Ă  tout interlocuteur « qui ne peut pas comprendre parce qu’il n’est pas Ă  notre place ». L’indignation, la colĂšre, la rĂ©volte, le sentiment d’injustice, le mĂ©pris, toute une gamme de sentiments allant de la haine Ă  l’amour recouvrent une bonne partie de ces affects, Ils parasitent les voies de communication, notre capacitĂ© de raisonnement s’y heurte toujours mais cela ne les empĂȘche pas de s’engouffrer dans les discours politiques ou religieux ou mĂȘme philosophiques, et lĂ  ils prennent le pouvoir !

Comment s’étonner alors que le monde, notre monde soit Ă  feu et Ă  sang. D’un autre cĂŽtĂ© si nous n’avions pas d’affects, nous ne serions pas humains. Souvenons du grand ordinateur, « l’ordonnateur » dans 2001 ou l’odyssĂ©e de l’espace qui exprime sa terrible angoisse d’ĂȘtre dĂ©branchĂ©. Il avait Ă©tĂ© programmĂ© pour prendre le pouvoir, mais sa faille c’est d’avoir Ă©tĂ© inventĂ© par l’homme …

Dans la nouvelle Amour Maupassant livre l’émotion d’un chasseur face Ă  un couple de sarcelles. Venant d’abattre la femelle, il observe le manĂšge du mĂąle qui en dĂ©pit du danger s’en approche pour la chercher, se faisant tuer Ă  son tour. Maupassant fait cette amĂšre constatation « Je suis nĂ© avec tous les instincts et les sens de l’homme primitif tempĂ©rĂ©s par des raisonnements et des Ă©motions de civilisĂ©. ».

Nous ne pouvons pas nous mettre Ă  la place des autres. Un professeur me disait « Vous ne pouvez pas porter tous les malheurs du monde sur les Ă©paules, il faut relativiser car nous sommes 7 milliards d’habitants ». Il me disait aussi « A chacun sa croix ». Mais aurais-je dĂ» lui rĂ©torquer « Nous faisons partie du mĂȘme monde, nous avons peu ou prou les mĂȘmes besoins, les mĂȘmes rĂ©fĂ©rents, le soleil, la lune, le jour, la nuit, l’amour et la haine ».

Pour ma part, j’aurai voulu comprendre l’origine du racisme, de l’homophobie, des guerres dĂ©vastatrices, de l’oppression des femmes etc. Je me dis que des humains ont cultivĂ© et cultivent toujours les ferments de racisme, de guerre, d’homophobie, du mĂ©pris de la femme etc.

Alors oui enfonçons les portes ouvertes, il appartient à ceux qui ont choisi les valeurs de tolérance, liberté, égalité, fraternité de les éprouver au jour le jour pour les défendre vaille que vaille.
Sans mesure, il n’y aura pas possibilitĂ© de dĂ©bat, il y aura toujours cet Ă©cueil de l’affect pour le pire et le meilleur mais cela nous concerne tous.

Eze, le 23 Août 2021
Evelyne TrĂąn




Source: Monde-libertaire.fr