Pour marquer « l’anniversaire » des arrestations du 15 juin 2021, deux des mis.e.s en examen ont pris la parole pour dénoncer leur situation : un contrôle judiciaire qui, depuis un an, les empêche de vivre leur relation amoureuse.

Le 15 juin 2021, les forces de répression intervenaient « avec les moyens de l’antiterrorisme » dans six lieux différents de Haute-Vienne et Creuse pour une affaire qui ne relève ni de près ni de loin du terrorisme. Une quinzaine de personnes subissait braquage à main armée, perquisitions et/ou interrogatoires de la part de dizaines de flics suréquipés (parmi lesquels la SDAT, sous-direction de l’antiterrorisme, et le PSIG, peloton spécial d’intervention de la gendarmerie). Police et medias expliquaient cette intervention par une enquête sur des sabotages par incendie réalisés en 2020 et 2021, à Limoges contre le compteur Linky et aux Cars contre le déploiement de la 5G. Il s’avérait rapidement que des motivations bien plus politiques étaient en jeu, et notamment l’opportunité pour la police politique d’interroger et/ou de mettre sous pression à cette occasion plusieurs dizaines de personnes et de collectifs. Cette histoire en rappelle tellement d’autres !

Depuis un an, le comité de soutien aux inculpé·e·s du 15 juin a eu l’occasion de rencontrer de nombreuses personnes inquiétées dans des circonstances similaires.

Violence des arrestations, violence des intrusions dans la vie privée, violence de la détention, violence des stigmatisations publiques, violence de la machine judiciaire. Six personnes placées en garde à vue, interrogées sur leurs opinions et leurs amitiés bien plus que sur leur éventuelle participation aux sabotages. Trois mises en examen pour « association de malfaiteurs », dont deux également pour « destruction de bien en bande organisée ». Des effets personnels saisis, des vies bouleversées, des contrôles judiciaires qui durent encore aujourd’hui…

Depuis un an, ces trois personnes sont punies avant tout procès en étant soumises à des contrôles judiciaires stricts qui les empêchent de mener une vie normale, voire entrave leur relation amoureuse.

Lire la suite sur le site de La Bogue




Source: Iaata.info