Juillet 25, 2016
Par Indymedia Bruxsel
241 visites


Me voilà

Censuré sur Indymedia Bruxelles

Qui à ma censure était pucelle

Mais voilà

Suis pas politiquement correct

Car toute conformité me débecte

Mais voilà

Suis pas conforme

Car tout doit avoir une forme

Et même à la poésie

Je suis de l’anarchie

En dehors des idéologies

Cela dérange les acquis

En dehors des religions

Contre moi, toutes les traditions

Contre moi, toutes les censures, toutes les modérations

Qui dénonce toutes les panoplies

Aura le monde entier contre lui

Le dogmatisme religieux

Le dogmatisme idéologique

Le dogmatisme philosophique

Le dogmatisme scientifique

Le dogmatisme politique

Qui ont tous des dieux

C’est moi, toi, ils, elles, eux

Ainsi, rien ne change jamais

Aucun dogmatisme ne mérite le respect !

Il faut pourtant

Déranger nos certitudes

Il faut pourtant

Déranger nos certitudes

Douter de tout

Car tout est devenu fou

Comme aussi bien souvent

Du militaire bien plus que militant

Militant militaire

Militaire militant

Ou alors c’est un révolutionnaire

Qui veut balayer toute cette poussière

Pas de censure, rien est à taire

C’est pourtant évident

C’est le non-dit qui fait le conflit

La censure veut castrer toutes les envies

Avec des rubriques arbitraires, des cela, des ceci

La séparation n’est pas l’anarchie

Pourtant

Où l’on devrait pouvoir s’exprimer

La domination a bien su tout confisquer

La domination gauchiste

La domination fasciste

La domination stalinienne

La domination de toutes les bureaucraties

C’est beaucoup moindre sur les sites de poésie

Les visages de la domination capitaliste

Comme pour un mariage, une liste !

La contre-révolution

Est présente aussi dans les manifestations

Avec des bureaucrates militantes et militants

Des hiérarchies et des organisations

Le plus souvent

Mais l’ennemi commun, le gommant

Des gens

Qui ne peuvent pas se voir en peinture

Fausses alliances pour que cela dure

Oui, je me me répète

Oui, je me végète

Le capital

C’est l’extrême gauche

C’est la gauche

C’est la droite

C’est l’extrême droite

Je comprends que cela nous dérange

Je comprends que cela vous dérange

Et sans hypocrisie

Le massacre serait général

Tout le monde croyant avoir raison, c’est fatal

Le capital est une détestation globale

Du copinage superficiel, mais pas d’amitié, mais pas d’amour

L’aliénation généralisée, c’est du lourd

Et trop de chefs, de leaders, de mandarins

Dont nous sommes finalement les crétines et les crétins

De tout, je suis le petit canard, ô vilain !

Et le sentiment d’inappartenance

Où que j’aille

En rien, il ne faut être ouaille

Sinon, ouille, ouille, aïe, aïe

Et l’on me censure, et l’on me rature

Elle déplaît tant mon anti-écriture

Mais cela m’amuse

Je le dis sans aucune ruse

Cela n’est pas une tragédie

Car partout, la vérité on la vomit

Je ne cherche pas à plaire

Je ne cherche pas à déplaire

Mais le fascisme, mais le libéralisme, mais le gauchisme

Mais le stalinisme, mais le militantisme, mais le syndicalisme

Voilà bien divers aspects de la contre-révolution

Du capital ce sont des incarnations

Il y aurait donc une guerre civile

Dans la guerre civile

Les gens de la rue ne sont pas si imbéciles

Et toujours des pions du capital

Infiltrés dans toutes les organisations

Pour ainsi, sans cesse, préparer sa résurrection

Pions staliniens, pions libéraux, pions nazis, pions fascistes

Pions démocrates, pions gauchistes, pions faussement anarchistes

Pour la fabrique capitaliste

Et donc, à bas les partis, à bas les syndicats, à bas les organisations

Où l’on ne recherche que la domination

Pour enfin que vienne et vive la révolution !

Patrice Faubert ( 2016 ) puète, pouète, peuète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l’invité sur ” hiway.fr “





Source: