Lucio_che-medium

Lucio-medium

Lucio Urtubia nous a quittĂ©s cette nuit, le 18 juillet 2020, laissant une trace rĂ©volutionnaire qui accompagnera tous nos combats.

Lucio se dĂ©finissait comme « anarchiste et maçon Â».

Lucio est nĂ© en Navarre en 1931. Il a Ă©tĂ© marquĂ© trĂšs jeune par la pauvretĂ© et la rĂ©pression du rĂ©gime franquiste. Antifasciste de la premiĂšre heure, il s’exile en France en 1954 et s’engage auprĂšs des jeunesses libertaires. Sa rencontre avec Quico Sabate, maquisard rĂ©sistant Ă  Franco, a donnĂ© un tournant Ă  sa vie militante. CrĂ©ant des imprimeries Ă  Paris, Lucio organise la lutte en s’attaquant aux puissances financiĂšres.
La redistribution des richesses, Lucio en a fait une réalité trÚs concrÚte mettant par exemple à genou la First National City Bank.

« Quel plaisir d’exproprier, pas pour soi mais pour subventionner une grĂšve, pour des imprimeries, pour faire des faux papiers… Â». « Quel plaisir, quel orgueil de donner des papiers Ă  quelqu’un qui pourra fuir la dictature et retrouver la libertĂ©. Â»

Sur les traces de Louise Michel, Lucio rĂ©pĂ©tait sans relĂąche que le pouvoir corrompt, qu’il ne faut rien attendre de l’État et du gouvernement.
Lucio luttait contre le capitalisme et son monde qui enferme, il s’est toujours battu contre les prisons, il aimait souvent dire « la prison mĂȘme pas pour mon pire ennemi ! Â».

Jusqu’à son dernier souffle il a dĂ©ployĂ© toute son Ă©nergie pour la libĂ©ration des prisonniĂšres et des prisonniers politiques.

En 1997, Lucio crĂ©e l’Espace Louise Michel – Sustraiak (racines en basque) rue des Cascades dans le 20e arrondissement de Paris. Il en fait un lieu d’accueil pour les luttes anti-impĂ©rialistes, sociales, syndicales, anti-carcĂ©rales qui hĂ©bergera nombre de rĂ©unions, d’expositions et d’activitĂ©s. Un lieu aussi ouvert aux artistes engagĂ©s.

Nous saluons avec beaucoup d’émotion la mĂ©moire d’un camarade, d’un compagnon de lutte qui vivra longtemps dans nos mĂ©moires.

Secrétariat international de la CNT-f


Article publié le 22 Juil 2020 sur Nantes.indymedia.org