Elle nous a dit les viols par son mari pendant des années. Mais ce n’était pas ca qu’elle voulait dire. Elle nous a dit – avec un ton si plein de fierté – que lors de la confrontation pour le divorce ; elle lui avait dit : « tu m’as violée ». Elle savait déjà qu’elle avait bien fait. Mais, il y avait cette voix, il y avait toujours cette petite voix, qui fait demander l’approbation ; ai-je bien fait de lui dire. Elle l’a répété plusieurs fois ; « je lui ai dit vous savez ». Et puis elle s’en est allée. Et moi j’avais envie de brûler ce monde où une femme doit se convaincre qu’elle a été violée car tout l’a poussée à penser que tout ceci est normal.

Cette dame-là ne passera jamais à la radio, ou à la télé. Parce qu’elle n’a pas les codes pour le faire. Codes qu’a Adele Haenel. Ho je ne la critique pas un instant. En revanche je m’interroge sur tous ces gens qui mettent en avant sa force, son courage parce qu’elle correspond à peu près à leur stéréotype de leur « bonne victime ». Elle est jolie, elle s’exprime bien, elle est calme, elle n’a pas envie de cramer les couilles de son agresseur au fer à souder. Alors je me méfie. Je pense beaucoup à elle. J’attire l’attention sur le fait de ne pas en faire une icône qu’on finit toujours par brûler au moindre mot de travers. Icone à qui on va bien vite demander de signer toutes les pétitions, d’assister à toutes les manifs et de s’exprimer sur tous les viols dans le cinéma. Elle ne le fera pas, elle aura raison et il y aura bien quelqu’un pour lui reprocher.

Je m’étonne de voir Plenel – relayeur d’une pétition soutenant Pierre Joxe accusé d’agresseur sexuel – expliquer à plusieurs reprises que tout cela fera du bien aux hommes et que c’est bien qu’elle fasse ca pour nous, pour eux.

Mais Monsieur, non. Je ne vois pas comment on peut vous le dire et le répéter mais la libération de la parole des victimes de violences sexuelles n’est pas là pour libérer les hommes (sinon les hommes violés mais ils ne vous intéressent pas ceux-là). Je me contrefous que vous vous sentiez mieux. Le fait est qu’un nombre incalculable de mecs tremble dans leur culotte que certaines parlent, que d’autres balancent que certes non le viol ne commence pas à la première phrase sexiste, mais quand même un monde où tu peux parler d’une femme comme d’un balai à chiottes ou rire de gamines violées par un cinéaste, ca n’incite pas les violeurs à croire que l’opinion des hommes, la seule qui compte, ne nous y trompons pas, à leur égard, est si négative. Plein d’hommes ont des comportements détestables avec les femmes (comportements pas forcément délictuels mais si on n’en est à raisonner qu’avec la loi c’est qu’on s’achemine vers une société que je ne souhaite pas voir), les mouvements de libération des femmes ne leur feront aucun bien et je ne souhaite pas que cela leur en fasse d’ailleurs. Je veux, simplement, basiquement, qu’il n’y ait plus de viol sans savoir à caresser ni l’égo ni la bite des hommes pour se faire.

J’ai beaucoup lu que Haenel était un deuxième #MeToo. A part le fait qu’il est beaucoup trop tôt pour parler d’éventuelles conséquences post #MeToo, il y a néanmoins une étude qui a dressé quelques conclusions. L’une d’entre elles est que désormais les femmes vont être moins embauchées qu’auparavant par peur qu’elles portent plainte pour harcèlement sexuel.

Une autre chose que j’ai remarquée. C’est que beaucoup semblent penser que l’impunité des violeurs existe parce que ces derniers auraient par ailleurs d’autres qualités qui les empêchent de correspondre au stéréotype qui nous ferait les haïr tout à fait. Je crois plutôt – parce que, en tant que modératrice de réseaux sociaux, je l’ai lu toute la semaine – c’est que le viol ou l’agression sexuelles, lorsqu’ils prennent corps, c’est-à-dire qu’il y a une victime et un agresseur nommés ne sont pas si graves. Je l’ai beaucoup lu pour Haenel ; « mais enfin il n’y a pas viol ; est ce que tout ce bordel vaut le coup pour si peu ». Et c’est bien sur cela qu’il faut travailler. Ce sexisme (qui n’est pas que sexisme, puisque le corps des hommes et des petits garçons violés est aussi peu considéré) qui fait qu’au fond violer, tant qu’on n’est pas Marc Dutroux, ca va. Ca passe.
Nous sommes là face à un cinéaste qui a violé une dizaine d’adolescentes et d’enfants. Et c’est presque rigolo d’en voir enfin certains (bien peu) réagir comme s’il fallait un certain nombre de femmes pour que ca compte. « Ecoutez Monsieur un ou deux viols passe encore mais une dizaine ca n’est pas possible quand même, mettez- y un peu du vôtre quand même ! » La simple lecture des réseaux sociaux nous montre qu’à moins qu’elles cultivent un certain masochisme elles n’ont rien à y gagner. La simple logique nous dit aussi qu’elles n’ont rien à y gagner financièrement. Alors quoi ? C’est parce que c’est Polanski ? non. C’est une erreur de penser que les violeurs sont impunis parce qu’ils sont des hommes. Ils sont impunis parce que leurs victimes sont des femmes (ou ont été pris « comme des femmes » en ce qui concernent les garçons, ados, et hommes violés selon nos glorieux réflexes homophobes) et qu’une femme ca ne compte pas. Ca compte (un peu) quand ca ferme sa gueule, ca sourit, ca se fait belle, ca subit mais sinon ca ne compte pas.

Voilà pourquoi le féministes auront beau s’égosiller, les choses ne changeront que peu, parce que seule l’opinion d’un autre homme (blanc et hétérosexuel en général ca va de soi) compte pour un homme. Comment voulez-vous que des hommes, qui passent a minima leurs journées à la fermer devant des blagues sexistes, l’ouvrent trente secondes pour dire que tiens non en fait fréquenter des violeurs, donner du fric à des violeurs, applaudir des violeurs, ca n’est pas possible. Se faisant, ils nous disent une seule chose ; vous ne comptez pas. Vous ne valez rien.


Article publié le 15 Nov 2019 sur Nantes.indymedia.org