Réseau STOP PRECARITE. Stopprecarite@gmail.com

1. Plans de licenciement et explosion du chômage

Près d’un million de chômeurs supplémentaires sont attendus d’ici le printemps 2021. Les plans de licenciements collectifs se multiplient, y compris de la part de grandes entreprises soutenues financièrement par l’Etat (prêts et chômage partiel) : 7580 postes supprimés à Air France, 5000 à Airbus, 4600 chez Renault en France, 1233 chez Nokia, un millier chez Sanofi qui vient de verser 4 milliards de dividendes à ses actionnaires. 16000 emplois menacés dans l’habillement.. Des centaines de milliers d’intérimaires, d’intermittents de l’emploi et contractuels en CDDU, notamment dans l’hôtellerie et l’événementiel, ont vu leurs missions non renouvelées sans avoir toujours droit au chômage, faute d’obtenir une prolongation d’un an de leurs droits comme les intermittents du spectacle.

2. Réforme et droits à l’assurance-chômage

Le décret du 29 juillet 2020 relatif à l’assurance-chômage reporte au 1er janvier 2021 – au lieu du 1er septembre 2020 – l’entrée en vigueur du nouveau mode de calcul du salaire journalier de référence servant de base de calcul de l’allocation d’aide au retour à l’emploi

( mode de calcul conduisant à une baisse drastique des allocations) ; il reporte à la même date la dégressivité de l’allocation pour les hauts revenus. Enfin, il fixe à 4 mois, jusqu’au 31 décembre 2020, la durée minimale d’affiliation requise pour ouvrir ou recharger ses droits à l’ARE (allocation de retour à l’emploi), mais uniquement pour les fins de contrat intervenant à compter du 1er août 2020. Pour les fins de contrat antérieures au 1er août, le 1er volet du décret du 26 juillet 2019 reste appliqué et exige 6 mois d’activité sur les derniers 24 mois pour ouvrir ou recharger des droits. Ce Décret du 29 juillet 2020 est consultable sur www.legifrance.gouv.fr, ainsi que le Décret initial de réforme de l’assurance chômage du 26 juillet 2019.

3. Répression de syndicalistes ayant défendu nos droits

Anthony SMITH, inspecteur du travail dans la Marne, était suspendu depuis le 15 avril pour avoir exigé dans le cadre de ses fonctions la mise à disposition d’équipements de protection contre le covid-19 pour des salarié-e-s d’une association d’aide à domicile de Reims, soit pour avoir défendu la santé de salariés. Il vient de faire l’objet de la part de la Ministre du Travail d’une nouvelle sanction, un déplacement d’office. Ceci constitue un interdit professionnel qui viole l’indépendance de l’inspection du travail. Une vaste mobilisation syndicale, politique et citoyenne a répondu à sa suspension et poursuit la lutte pour le retrait de toute sanction. Caisse de solidarité : https://www.cotizup.com/soutienanthonysmith Site : https://soutienanthonysmith.fr/ f :SoutienAnthonySmith

Alexandre EL GAMAL, syndicaliste CGT de la RATP Bus de Vitry, est menacé de révocation suite au conseil de discipline du 22 juillet pour sa participation à la grève de cet hiver contre la réforme des retraites. Pétition à signer sur le site cgt-ratp.fr pour demander l’arrêt de la procédure disciplinaire ! Quant à Ahmed BERRAHAL, également syndicaliste CGT à la RATP, il a en juin écopé de deux mois de mise à pied sans salaire pour faits de grève.

Yann GAUDIN, conseiller depuis 2006 à Pôle emploi de Rennes et lanceur d’alerte, a été licencié le 3 juillet pour faute grave et insubordination pour avoir informé de leurs droits des centaines de demandeurs d’emploi. Il a déposé un référé aux prudhommes. Cf. l’article de Mathilde Goanec, Médiapart, le 16/7/2020..

4. Luttes de sans papiers dont les livreurs de Frichti

Depuis le début du mois de juin, quelque 200 livreurs à vélo ou à scooter de la start-up française de préparation et de livraison de repas Frichti réclamaient leur régularisation. Après un mois et demi de grève, des protocoles de fin de conflit ont été signés entre les livreurs grévistes et Frichti le 20 juillet, selon Maryline Poulain, de la CGT, qui a soutenu le mouvement. A l’issue du conflit, environ la moitié des travailleurs mobilisés ont pu entreprendre une démarche de régularisation. Il s’agit de ceux qui présentaient le plus d’ancienneté en France ou de ceux qui avaient un volume d’activité comparable à un temps plein. Les livreurs qui vont déposer une demande de titre de séjour pourront de nouveau travailler. Mais ils devront à terme trouver un emploi salarié pour que leur régularisation soit pérenne. – Le 8 août, une manifestation a réuni au Marché de Rungis , à l’appel des syndicats Sud et Solidaires 94 et du collectif des travailleurs sans-papiers de Vitry (CTSPV), 130 travailleurs sans papiers ayant accompagné dans leur combat les 27 intérimaires de l’agence Chronopost à Alfortville, régularisés cet hiver après sept mois de grève et de mobilisation. En effet, seuls 45 de ces 130 soutiens ont vu leur dossier validé en préfecture.

5. Contre les licenciements et pour l’internalisation dans l’hôtellerie

Après le groupe ACCOR qui a annoncé la suppression de 1000 postes, puis l’UES Constellation celle de 247 dans ses 3 hôtels (191 au HYATT REGENCY PARIS ETOILE, 27 et 29 au MARTINEZ et au HYATT LOUVRE), c’est aujourd’hui le W OPERA, un hôtel parisien de 5 étoiles géré par le groupe Marriott qui annonce sa fermeture et une cessation d’activité ! Or ces multinationales qui font chaque année des centaines de millions d’euros de bénéfices et qui versent des dividendes importants aux actionnaires bénéficient des mesures de soutien du gouvernement avec la prise en charge à 100% de l’indemnité d’activité partielle pour les heures non travaillées jusqu’au 31 décembre 2020 ! Le secteur parle même d’une prolongation des aides jusqu’au 31 mars 2021. A l’Hôtel IBIS Batignolles, qui rouvre le 1er septembre, les femmes de chambre et équipier du sous-traitant STN sont en grève depuis 14 mois pour demander leur Internalisation et la fin de leur surexploitation. Rassemblement de soutien mardi 1er septembre à 12H au 10 rue Bernard Buffet ( M° Porte de Clichy).

6. Des CDD au lieu d’emplois publics stables dans le plan de relance

Mardi 25 août sera présenté par le gouvernement un plan de relance de 100 milliards sur deux ans pour la reprise et la transformation de notre économie.. parmi lesquels seraient annoncés des baisses d’impôts sur les entreprises. 6,5 milliards seraient consacrés au soutien à l’emploi des jeunes, fortement touchés par la crise, dont 4000 euros de prime pour toute embauche de jeune de moins de 25 ans pour trois mois minimum.. L’Etat pourra recruter en CDD ou contrat de projet d’une durée de un à six ans, mais pas en emploi pérenne..

7. Une rentrée sociale menacée sous couvert de covid-19

Le port du masque devient obligatoire en entreprise, sauf dans les bureaux individuels, et de nouvelles règles sanitaires seront précisées d’ici fin août. Les rassemblements et manifestations de plus de 10 personnes sont interdits à Paris depuis le 15 août s’ils ne garantissent pas le respect des mesures barrière. Les syndicats, notamment CGT et Solidaires, appellent à une journée nationale de grève et manifestations le 17 septembre pour faire entendre notre colère légitime contre les milliards sans contrepartie accordés aux entreprises qui licencient, et nos revendications pour l’accès de tou-te-s et la prolongation des droits à l’assurance-chômage d’une durée équivalente à celle de la crise, le retrait de la réforme de l’assurance-chômage, et pour développer l’emploi, la réduction du temps de travail à une semaine de 4 jours, actuellement réclamée par IG Metall, 1er syndicat allemand. .


Article publié le 24 Août 2020 sur Monde-libertaire.fr