Avril 18, 2021
Par Paris Luttes
264 visites


Vincennes sous le 3e confinement.

En ce moment dans la prison pour étrangers de Vincennes, aucun retenu ne peut recevoir de visites.

Il y a trois bâtiments, un qui sert de sas d’entrée covid où les retenus sont en quarantaine à leur arrivée, un qui sert pour les cas positifs, et le bâtiment 1 qui regroupe la plupart d’entre eux et qui est donc surchargé. Les retenus une fois au bâtiment 1 avaient droit aux visites jusqu’ici.

Sauf que depuis une semaine que des cas de covid ont été découverts au Bâtiment 1, plus personne ne peut être en contact avec l’extérieur. Les flics en profitent pour restreindre un peu plus leurs « libertés » : les gens n’ont plus accès à leurs propres affaires au coffre.

Voici un témoignage de retenus du CRA 1 dans ce contexte .

« Je suis un retenu administratif au CRA de Vincennes 1. On est confinés on a plus de visite, mais les vols continuent toujours, les JLD aussi continuent à prolonger les gens.

Comme on a plus de visites y a des cas de vols entre nous. Quand tu vas à l’accueil, ils te disent « ouais tu remplis une fiche tu fais une plainte on va superviser les caméras » … mais ils donneront jamais suite à la plainte qu’ils t’ ont demandé de faire, que t’as remplie, jamais ils vont t’appeler.

Tu vas voir l’ASSFAM aussi pareil… Ils font pas de démarches, ils disent ouais que les arrivants ils sont prioritaires. Quand ça fait un bout de temps que t’es là, ceux qui viennent d’arriver ils ont priorité parce qu’ils doivent passer devant le JLD.

On sait plus où donner de la tête. Ils nous incitent à s’entretuer entre nous, pour qu’ils puissent rajouter sur notre dossier, pour nous envoyer en prison, ça leur facilite la tâche, comme ça ils vont rajouter refus de test PCR, refus de reconduite à la frontière, plus coups et blessures ou trucs de ce genre…Mais heureusement ya du soutien et ya un peu d’expérience parmi nous donc on essaie de se soutenir, de se serrer les coudes, mais yen a ils pètent les plombs facilement, c’est pas tout le monde qui peut tenir, ce genre de trucs là. »

« On est confinés, là je viens de passer au JLD il m’a donné 15 jours. Franchement on est dans la merde ici. Ya le covid partout, ya des gens malades, l’ASSFAM il fait rien, ils sont là juste pour… je sais même pas. Franchement on est dans la merde, la galere ici… Le juge tout le temps il te donne quinze jours, quinze jours, il va te dire « tu as refusé de faire le test » et te renouveler tout le temps tout le temps. »

Parloir sauvage au Mesnil : « la prochaine fois on sort tous ! »

Aujourd’hui, plusieurs personnes se sont retrouvées devant le CRA du Mesnil Amelot pour exprimer leur solidarité avec les prisonniers-es, particulièrement en ce moment où les cas de Covid se multiplient, les bâtiments sont partiellement confinés (visites interdites) et les flics profitent du Ramadan pour mettre encore plus la pression que d’habitude aux prisonnier-es. Il y a quelques jours, une grève de la faim avait eu lieu et faire un parloir sauvage servait aussi à exprimer notre soutien à cette lutte.

Une personne enfermée dans le CRA raconte : « Là il y a au moins 20 personnes qui ont le covid et ils font rien, les gens ils sont toujours là tous ensemble, on va tous manger ensemble et il y a des bâtiments où les visites sont interdites et d’autres non. »

Visiblement les gens à l’intérieur ont bien entendu, ils ont répondu en criant « Liberté », ont frappé contre les grilles et la manif à l’intérieur a continué même alors qu’on partait :

« Il y a eu beaucoup de bruit de l’autre côté du bâtiment, on a entendu des gens qui criaient « Libérez les », « Liberté », on a crié aussi il y a eu du bordel »

« La prochaine fois il faut que vous veniez à 100 ! » « la prochaine fois on sort tous ! »

Pour une fois, pas de problème particulier avec les keufs qui n’ont visiblement pas été assez réactifs : on a seulement croisé 3 flics en civil qui faisaient semblant de faire leur lacet pour prendre des photos des plaques des voitures et des gens à l’intérieur.

En ce moment encore plus que d’habitude et alors que nos possibilités de s’organiser et d’être ensemble dans la rue sont toujours plus réduite, c’est important qu’on continue nos actions !

Soyons solidaires avec les prisonniers-ères, liberté pour toustes !

A bas les cra !




Source: Paris-luttes.info