DĂ©cembre 2, 2022
Par Paris Luttes
242 visites

Nous Ă©tudiantes et Ă©tudiants, chĂŽmeuses et chĂŽmeurs, travailleuses et travailleurs, et individus en lutte contre la prĂ©caritĂ©, occupons en ce moment le siĂšge de l’AFEP, Association Française des Entreprises PrivĂ©es – club trĂšs sĂ©lect et surtout trĂšs confidentiel du grand patronat français. Nous pensions y trouver Alexandre Bompard, PDG de Carrefour, que nous cherchons dĂ©sespĂ©rĂ©ment depuis des mois. Encore loupĂ©. Nous nĂ©gocions actuellement avec le personnel pour Ă©tablir un contact avec lui, mais ce contact nous est pour l’instant refusĂ©.

Pourquoi nous sommes nous lancé·e·s dans cette pĂ©rilleuse entreprise ? Le 14 octobre 2021, son groupe a obtenu la condamnation de deux de nos camarades pour « vol en rĂ©union Â». Pour ces faits, il et elle doivent dĂ©sormais verser 38.000 euros de dommages et intĂ©rĂȘts au Groupe Carrefour.

Nous ne laisserons pas nos camarades verser un centime Ă  cette multinationale, Carrefour doit renoncer Ă  cette somme et retirer sa plainte.

« Vol en rĂ©union Â», voilĂ  leur version et celle de la justice. Voici la nĂŽtre.

Le 30 janvier 2021, aprĂšs plusieurs mois de confinements, couvre-feux et autres restrictions, nous Ă©tions une soixantaine Ă  avoir menĂ© une autorĂ©duction au Carrefour Market de la rue Nationale Ă  Paris. Riz, pĂątes, huile, lait bio, couches de qualitĂ© pour bĂ©bĂ©, serviettes hygiĂ©niques
 Des chariots ont Ă©tĂ© remplis pour fournir des cantines et des distributions solidaires. Avec ces caddies pleins de victuailles, bien meilleures que des boĂźtes de conserve premier prix, nous avons bloquĂ© les caisses du magasin et demandĂ© Ă  rencontrer le patron pour obtenir son accord de partir avec tout ou partie de la marchandise. Des reprĂ©sentants du groupe sont venus et ont acceptĂ© de nous cĂ©der les biens considĂ©rĂ©s comme « de premiĂšre nĂ©cessitĂ© Â». La police a contrĂŽlĂ© deux des soixante participant·e·s Ă  cette autorĂ©duction et les a retrouvé·e·s. MalgrĂ© son engagement Ă  donner ces produits, le groupe Carrefour a dĂ©cidĂ© de porter plainte. Eux y voient un vol, nous y voyons une juste rĂ©appropriation en contrepartie des bĂ©nĂ©fices accumulĂ©s jalousement par la grande distribution.

Nous avons presque tout tentĂ© pour retrouver Alexandre Bompard. Nous avons tractĂ© dans de nombreux Carrefour de France Ă  maintes reprises, occupĂ© le siĂšge du groupe Ă  Massy en mars dernier, nous nous sommes mĂȘme incrusté·e·s Ă  un gala oĂč il Ă©tait invitĂ©. Jamais nous n’avons Ă©tĂ© entendu·e·s. Si nous ne pouvons pas le rencontrer chez lui, nous avons dĂ©cidĂ© d’aller chez ses amis de l’AFEP, dans les quartiers bourgeois de l’Ouest parisien, oĂč lui et les patrons du CAC40 s’organisent des petits-dĂ©jeuners. Mais Ă  l’AFEP, on ne boit pas seulement du jus d’orange pressĂ© avec BollorĂ© ou le patron de Total. Entre deux macarons, on rĂ©flĂ©chit Ă  comment agir en coulisse pour dĂ©fendre les intĂ©rĂȘts de ceux qui ont dĂ©jĂ  tout : la fin de l’ISF, le maintien du crĂ©dit d’impĂŽt recherche, la non-taxation des jets privĂ©s ou des superprofits.

Et Carrefour a pleinement profitĂ© de ces manigances. Nous ne pouvons pas laisser ce monstre de la grande distribution rĂ©clamer 38.000 euros Ă  nos camarades, alors qu’il fait un milliard de bĂ©nĂ©fices en 2021. Le modĂšle de Carrefour bĂąti par Bompard consume la forĂȘt amazonienne, selon le rapport d’une ONG. Carrefour, « partenaire premium Â» des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, partenaire de toujours plus de gentrification, bĂ©tonisation et techno-surveillance de notre monde. Leurs profits creusent notre tombe. Quand nous subissons l’inflation, c’est la rĂ©munĂ©ration des patrons du CAC 40 qui explose : elle a bondi de 52% en 2021 (un « record historique Â», selon le rapport annuel de Proxinvest publiĂ© le 22 novembre).

Il est temps de perturber ces espaces oĂč les puissants se sentent depuis bien trop longtemps Ă  l’aise.

Nous ne paierons pas. Carrefour, retire ta plainte.

Paris, le 2 dĂ©cembre 2022




Source: Paris-luttes.info