Janvier 30, 2021
Par Contrepoints (QC)
271 visites


Objet : Courriel aux employé.e.s : Abolition des services de 1ère ligne et démantèlement des valeurs et de la mission de l’Accueil Bonneau

Bonjour à tous.te.s,

Nous avons eu une idée innovante aujourd’hui. Celle d’abolir complètement les services d’intervention du Centre de jour de l’Accueil Bonneau et de la Halte-répit du Grand Quai ! Cette décision fait suite à une très longue réflexion impliquant l’ensemble des personnes crédibles, c’est-à-dire la direction. Nous ne nous sommes surtout pas donné la peine de consulter les personnes concernées, c’est-à-dire les travailleurs et travailleuses de terrain et les usagers et usagères.

En effet, depuis un certain temps, nous constatons que répondre aux besoins des personnes itinérantes, c’est vraiment un casse-tête. Certaines cherchent un logement, d’autres une job, certaines doivent faire leur demande à la RAMQ, d’autres être référées à des ressources adaptées à leur situation, certaines même demandent simplement à ce qu’on les écoute. En 2020, nous avons entamé une analyse quantitative approfondie (avec un large échantillon de 100 personnes) des besoins de notre clientèle au moyen d’un outil statistique sous forme de sondage pensé par nous, les gestionnaires, et imposé aux intervenant.e.s de première ligne. Pour s’assurer d’obtenir les résultats escomptés, nous avons formulé un sondage directif en prenant soin d’exclure certains choix de réponse, essentiellement les besoins dont nous souhaitons nous déresponsabiliser.

En 2021, nous sommes convaincu.e.s que les besoins immédiats des personnes en situation d’itinérance sont une perte de temps, d’argent et un obstacle à la réalisation de nos principaux objectifs qui visent la réinsertion sociale et la stabilité résidentielle (il semblerait que ce soit un service bien lucratif). Nous allons tout de même maintenir l’offre de services essentiels (pour nos statistiques mesurables de rendement : repas, vestiaires, services de santé, etc.) et comptons donc sur le travail gratuit (mais qui n’a pas de prix!) de nos bénévoles ainsi que sur le dévouement de nos employé.e.s de seconde ligne qui avaient beaucoup trop de temps à perdre !

Les drames humains amplifiés par la pandémie (éviction massive de locataires, licenciement économique, santé mentale précarisée, sur-sur-judiciarisation des personnes sans domicile avec le couvre-feu, saturation des ressources d’urgence, etc.) nous ont placé devant l’impuissance de notre modèle d’intervention. Ne sachant plus où donner de la tête, l’Accueil Bonneau a préféré quitter le navire.

Bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla STRATÉGIQUE bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla. PLUS PRÉCISÉMENT, bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla NOUVEAU MODÈLE auquel nous réfléchirons au moment voulu, l’urgence étant d’abord de couper tout service d’intervention de 1ère ligne.

Pour faire simple, cela signifie le licenciement immédiat, sans préavis et abusif de 11 personnes qui seront privées de leur gagne-pain en pleine pandémie. Loin de se sentir insultées ou humiliées, toutes les personnes touchées seront invitées à se remettre au service de l’Accueil Bonneau, comme le prévoit la convention collective dont nous repoussons les négociations depuis son échéance le 31 janvier 2020.

Nous pouvons vous assurer que ces décisions sont appuyées sur des pratiques innovantes et des données probantes, et qu’elles nous permettront d’accompagner davantage de personnes en situation d’itinérance selon leurs besoins, mais pas toutes ! En effet, cette stratégie privilégiera les personnes qui remplissent un certain nombre de critères : elles devront se montrer aptes à endosser les responsabilités d’un.e bon.ne locataire, se montrer coopératives en tout temps et renoncer à toute pratique que nous considérons comme malsaine (usage de drogues, animaux de compagnie, alcoolisme, dénonciation de l’injustice vécue, défense et revendication de droits, etc.) Cette nouvelle mouture nous permettra aussi de marcher main dans la main avec la gestion politique municipale et gouvernementale en itinérance : ça paraîtra bien quelques itinérant.e.s de moins dans le portrait statistique !

D’ailleurs, l’offre de service de la Halte-Répit au Grand Quai continuera telle quelle à l’exception des services d’intervention qui seront revus à la baisse (comprendre supprimés), alors que les services de surveillance et de répression seront revus à la hausse. En effet, les intervenant.e.s nous ont signalé le manque d’employé.e.s disponibles pour compiler les précieuses statistiques essentielles à la poursuite de leur mandat qui est d’assurer un service d’intervention convenable. Étant incapable de recruter du nouveau personnel, nous avons décidé de nous en remettre aux gardas dont notre collègue nous avait vanté les mérites. Et en plus Bruno Bernier sera là !

Nous sommes conscient.e.s qu’une telle annonce mettra dans la merde plusieurs d’entre vous, mais nous sommes confiant.e.s que par l’engagement et la passion de tous.te.s, nous serons en mesure d’être encore plus fort.e.s à l’avenir.

Maintenant que nous avons signifié clairement notre mépris le plus total pour votre convention, votre syndicat et ses membres, nous espérons que vous voudrez bien mettre votre amour propre de côté et nous aider à faire vivre ce nouveau modèle de non-intervention et de répression à l’Accueil Bonneau.

N’hésitez pas à communiquer avec les membres de la direction et les ressources humaines pour toutes questions ou inquiétudes, mais pas sur Facebook, ça nous fait de la mauvaise pub.

Veuillez agréer l’expression de notre mépris le plus distingué,

Votre direction responsable du démantèlement sauvage de la mission et des valeurs de l’Accueil Bonneau




Source: Contrepoints.media