Le TGI de Montpellier ne laisse rentrer en audiences et dans le tribunal que les prĂ©venus et leurs avocats, impossible pour les proches de rentrer, impossible au public de rentrer. La justice n’est donc plus rendue publiquement. Pourtant mĂȘme sur les sites officiels de notre pays on peut lire :

“La publicitĂ© est un principe fondamental du fonctionnement de la justice. Il est consacrĂ© par l’article 6-1 de la Convention europĂ©enne des droits de l’homme, et inscrit dans les codes de procĂ©dure. Il se justifie par le fait que, la justice Ă©tant rendue « au nom du peuple Â», les citoyens doivent pouvoir en contrĂŽler l’exercice quotidien.”

La justice déjà peu équitable envers les sdf, les étrangers, les pauvres et les précaires, les militants, les manifestants, etc, peut désormais se faire à huis clos sous prétexte sanitaire.

Le TGI est habituĂ© Ă  rĂ©guliĂšrement fermer ses portes dĂšs lors que de la solidaritĂ© se met en place, sous prĂ©texte cette fois de potentiel troubles Ă  l’ordre public, on a vu les grilles fermĂ©es lors de procĂšs de Gilets Jaunes.

Pour demander la réouverture des audiences aux proches et au publics, rdv vendredi 2 octobre à 14h devant le TGI, place Pierre Flotte. Ramenez vos banderoles et pancartes.


Article publié le 02 Oct 2020 sur Lepressoir-info.org