Juillet 19, 2021
Par Lundi matin
328 visites


L’expérience d’Acapatzingo vient de loin, des premières occupations massives de terrain au milieu des années 1980 dans l’Est de Mexico, menée par le Movimiento Urbano Popular, d’où sortit quelques années plus tard le Frente Popular Francisco Villa. L’Organización Popular Francisco Villa de Izquierda Independiente, est sortie du MUR par la suite, influencée par l’exemple du MST brésilien et de l’EZLN, dont elle s’est rapprochée à partir de la Sexta Declaración de la Selva Lancandona. Alors qu’une frange du MUR s’intégrait aux institutions politiques en adhérant au PRD et reprenant toutes ces pratiques de collusion clientéliste, ces camarades refusent eux tout contact avec les partis politiques et revendiquent tout le pouvoir aux assemblées communautaires. L’exemple d’Acapatzingo est sans doute le plus abouti de ces pratiques résolument horizontales.

Les actuels habitants d’Acapatzingo, travailleurs précaires et chômeurs, s’approprièrent ces terrains à la fin des années 1990, résistèrent aux tentatives d’expulsion policières et vingt ans après ce sont cinq cent familles qui vivent dans ce quartier auto-construit et participent à la Coopérative Acapatzingo, chacune disposant d’un appartement de deux étages, édifié autour d’espaces communs.

A contre-courant de l’accumulation de rente foncière et de la spéculation immobilière encouragées par les diverses municipalités de centre-gauche de Mexico, ici tout est le produit d’un effort collectif et gratuit, sur le modèle du tequio des communautés indigènes. Il ne s’agit pas seulement de se loger, mais de construire une forme de vie communautaire. Et il s’agit aussi, en ces temps de pandémie, de se protéger tous ensemble dans une construction commune du soin.

L’article ci-dessous a été publié la semaine dernière sur l’excellent site Desinformémonos, periodismo desde abajo, dont nous ne saurions trop recommander la lecture de façon plus générale.

Traduction & présentation : Alèssi Dell’Umbria.

Acapatzingo : un autre monde au beau milieu de l’agglomération de México

Texte : Camila Pizaña et Erika Lozano. Photos : Erika Lozano

Ici, la police n’entre pas ; ni le coronavirus ni le narco ne sont autorisés à pénétrer dans la coopérative de logements Acapatzingo où, au pied de la colline de Yuhualixqui, deux immenses murs de métal noir délimitent l’accès à un petit monde dans lequel il n’y a pas de place pour les taux élevés de criminalité et d’infections à Covid-19 que les chiffres officiels indiquent dans la municipalité d’Iztapalapa, où se trouve ce quartier dont les habitants construisent quotidiennement la réalité dans laquelle ils veulent vivre.

À Acapatzingo, ils ont affronté la pandémie grâce à l’organisation communautaire ; ainsi, parmi les quelque quatre mille habitants, seuls 34 cas de Covid-19 ont été signalés. Les voisins ont soutenu ceux qui sont tombés malades, leur ont apporté de la nourriture et ont organisé des tombolas afin de récolter des fonds pour acheter des bouteilles d’oxygène et des outils pour équiper leur Maison de santé. Ils ont également ouvert une cuisine communautaire pour ceux qui en avaient besoin, car de nombreuses personnes se sont retrouvées sans travail. « Nous nous soutenons tous les uns les autres », déclare David Lopez, un jeune homme souriant aux lunettes épaisses.




« Personne ne prend mieux soin de la communauté que nous », déclare Elia Silva depuis l’un des quatre fauteuils de la salle de réunion. Ses tatouages et sa plate-forme zMapualtitmoesddiae contrastent avec le style plus conservateur de l’actuelle gardienne, Josefina Popoca, qui, avec un visage sérieux et quelques rides sur le visage, porte son sifflet pour alerter la communauté en cas d’urgence et fait partie de la commission de sécurité depuis 25 ans. La diversité des tailles, des âges et des personnalités des habitants se reflète dans les maisons qui, bien que partageant la même structure et la même conception architecturale, se distinguent par la couleur rose, lilas, verte, mandarine, bleue ou jaune de leur peinture extérieure, ainsi que par la diversité des plantes en pot et des fleurs dans les jardins de devant.

La coopérative a été créée le 16 mai 1996 par des familles qui cherchaient une alternative et un changement de vie, explique Popoca. Pendant des années, la communauté s’est organisée pour obtenir des crédits pour la construction de leurs maisons, a fait pression sur l’Institut du logement de Mexico et a organisé des marches et des sit-in jusqu’en 2003, date à laquelle elle a réussi. Par la suite, elle s’est organisée en différentes commissions qui répondent aux besoins des habitants de ce que le journaliste, éducateur populaire et accompagnateur des luttes populaires, Raúl Zibechi, appelle « la meilleure expérience urbaine d’Amérique latine ».

La sécurité dans l’espace exproprié par l’Organisation populaire de la gauche indépendante Francisco Villa (OPFVII) est assurée par une prise en charge collective, tant pour les huit hectares de logements et d’espaces communs que pour les 596 familles résidentes. Les habitants sont organisés en des commissions et des brigades qui régulent le fonctionnement de la communauté sans avoir besoin des autorités et sous trois axes qui englobent toutes leurs tâches : la science, la culture et la formation politique.

Construire une autre forme de justice

La première chose qu’ils ont faite en tant que communauté a été d’installer les égouts, l’eau et l’électricité. Les travaux d’excavation pour le système d’égouts ont été effectués par des résidents et résidentes qui ont creusé des tranchées et transporté des tuyaux. Entre habitants, ils ont construit des trottoirs et des bordures avec des matériaux qu’ils ont exigés de la délégation. C’est ainsi qu’est née la Commission d’entretien.

Acapatzingo possède son propre système de collecte des eaux de pluie, en plus de deux stations de purification de l’eau, avec lesquelles les membres de la communauté espèrent approvisionner l’unité pendant quatre jours au maximum, dans l’une des municipalités où la pénurie d’eau est la plus importante à Mexico. La coopérative résiste aux tarifs élevés de l’électricité et dispose de son propre raccordement à l’électricité qu’elle a produite avec l’aide des membres du syndicat mexicain des électriciens (SME).

De son côté, la commission de vigilance effectue des rondes et des gardes 24 heures sur 24, tous les jours de l’année, car, explique-t-il, « c’est à nous de nous occuper de la communauté ». Hiena, une figure « historique » de Acapatzingo, avait l’habitude de participer aux activités quand elle était jeune, maintenant elle se contente d’observer. Parmi ses taches, celle d’approfondir les stratégies de résolution des conflits, réfléchir sur la justice qu’ils veulent créer et générer des espaces pour prendre les bonnes décisions.




L’équipe affirme qu’en période de pandémie et de violence dans le pays, Acapatzingo a été menacé « par un groupe criminel » qui a provoqué une « terreur psychologique » et que la communauté a été en état d’alerte pendant près de trois mois. Elle a donc renforcé son protocole de sécurité et ses stratégies de défense communautaire. L’organisation a dénoncé publiquement ces menaces et a tenu le gouvernement pour responsable de toute attaque.

Une partie de leur position politique est que la police n’est pas autorisée à entrer dans l’unité de logement, car « nous ne faisons pas confiance aux autorités, nous le faisons nous-mêmes ». Pour cette raison, c’est la commission de vigilance qui est chargée de la médiation des problèmes et des incidents internes qui surviennent. Une fois les personnes impliquées calmées, ils les invitent au dialogue et mettent en œuvre les mesures de justice de l’organisation, qui consistent en des sanctions de travail pour rendre à la communauté et réparer les dommages, ainsi qu’en un processus de rééducation. « Nous voulons créer un autre type de justice, une justice équitable », résument les membres de la commission.

Retrouver la relation avec la terre

Un groupe de femmes remplit un plateau de terre locale composée d’agrolite, de perlite et de tézontle, et placez les graines qui germeront et seront transplantées dans la serre de la communauté. Ils savent que cette terre protégera la racine de l’humidité et ne la laissera pas pourrir, comme ils l’ont appris lors d’ateliers avec d’autres organisations.

Les membres de la commission de l’agriculture n’ont pas arrêté leur travail pendant la pandémie, car ils savaient que les plantes ne les attendraient pas et qu’ils devaient s’en occuper tous les jours. Les 28 personnes qui composent la commission fréquentent la serre par groupes de quatre, se relayant pour arroser et soigner quotidiennement les plantes, les arbres fruitiers et le lombricompost.




Avant d’entrer dans la serre, un grand espace préparé par la communauté avec des caisses de plantation, les femmes de différents âges piétinent un peu de boue avec de l’eau et du vinaigre qu’elles ont à l’entrée, évitant ainsi de contaminer le jardin où il y a des blettes, des oignons, des tomates, du céleri, du romarin, de la lavande et des choux-fleurs. Ils plantent également des plantes médicinales comme la Santa Maria, qu’ils utilisent pour faire des teintures et soigner les maux de tête. Comme le reste des commissions, elles cherchent à travailler de manière intégrale et développent certains projets ensemble, dans celui-ci elles collaborent avec la Commission Santé. Pour eux, c’est une façon de retrouver la santé et la capacité de se soigner par les plantes, ainsi que de se tourner vers la nature pour soigner différents maux et d’avoir leurs propres remèdes à portée de main.

L’un des objectifs est que chaque maison d’Acapatzingo ait un toit vert. de cette commission. Il y a des voisins qui ont déjà planté des oignons, du céleri et de l’épazote chez eux. Les femmes qui s’occupent de ce jardin urbain affirment que leur intention est de partager les techniques et les connaissances acquises avec le reste des membres des brigades. Un autre de leurs objectifs est que la communauté apprenne à valoriser la terre et à prendre soin de l’environnement.

Le sol où ils plantent est fait de compost, ce qui a fait pousser des plantes inconnues aux couleurs vives. La pulvérisation est également faite par eux, ils n’utilisent pas de pesticides et tout est naturel. Afin de récupérer une partie de leurs dépenses et de faire circuler ce revenu au sein de la communauté, ils vendent leurs plantes à des prix accessibles à leurs voisins.

Se réapproprier les médias

Dans le cadre d’une campagne visant à « embellir » le quartier grâce à des peintures murales, le gouvernement « a réprimé notre façon de nous exprimer », déclare l’équipe de pochoirs de la commission de la communication, qui réalise des banderoles, des affiches et des graffitis. En réponse, la communauté « s’approprie » les lieux en investissant les murs pour peindre et intervenir sur les fresques pour « dire ce qu’elles ne disent pas, car de jolis espaces ne signifient pas un quartier sûr ».

Cinq programmes composent la radio La Voz de Villa, appelée « pirate » car elle est « libre et communautaire, faite par le peuple et pour le peuple ». Depuis le stand couvert de cartons d’œufs peints en rouge et noir, la musique diffusée est choisie en fonction des goûts de la communauté et les chansons sont accompagnées de réflexions « pour critiquer et analyser la musique, et pas seulement l’écouter ».

La radio, dont le logo en forme d’escargot spiralé représente « que l’information se propage », met en évidence l’axe scientifique de l’organisation à travers la recherche et la diffusion d’informations sur la maladie de Covid-19 ; l’axe politique s’ajoute avec des réflexions, des analyses et des critiques sur la façon dont « le gouvernement trompe la population et instille la panique » ; et elle culmine avec l’axe culturel en promouvant des actions de soins et des mesures de prévention sanitaire « pour faire partie de la culture quotidienne de la communauté ».




Face à la pandémie, l’équipe a maintenu son travail « jour après jour », car « maintenant plus que jamais il est important d’incorporer les trois axes de l’organisation dans le travail de communication », assurent-ils. Pour cette raison, ils informent quotidiennement des mises à jour et des mesures de soins concernant Covid-19 au moyen de haut-parleurs dans toute l’unité qui incorporent les slogans de l’organisation.

Une économie solidaire

La communauté s’organise également pour sauvegarder ses finances et a récemment mis en place un projet qui fonctionne comme une banque d’épargne appelée La Talega. Pour générer le projet, la commission des finances a enquêté sur la manière dont les taux d’intérêt sont gérés dans les banques et sur le fonctionnement du contrôle que les prêts exercent sur la population.

Dans l’intention de répondre aux besoins qui existent dans les communautés, où, soulignent-ils, la culture de l’épargne fait défaut et ils considèrent que le système a créé une culture de la consommation, en outre, pour ne pas avoir à demander des crédits, ni risquer d’emprunter ou de vendre des choses qu’ils n’ont pas, ils ont formé ce projet économique où environ 200 personnes épargnent actuellement. Ils ont décidé de l’appeler ainsi, comme un sac où l’argent est gardé, ont expliqué les membres de la commission dans une interview collective. Avec ce projet, ils ont l’intention de rompre avec le contrôle monétaire des banques et du système, et de donner aux gens de la communauté la possibilité d’accéder au crédit sans tant de problèmes, dit Jorge Esparza.

Pendant la pandémie, La Talega, qui fonctionne depuis quatre ans, est devenue une option pour de nombreux habitants d’Acapatzingo qui se sont retrouvés sans travail et ont dû emprunter de l’argent pour payer des factures d’hôpital, des bouteilles d’oxygène ou des médicaments pour faire face au Covid-19. Pour la commission des finances, l’un des aspects les plus précieux de ce projet est de pouvoir constater la joie et la tranquillité d’esprit de tant de personnes de la communauté, en particulier à cette période de l’année, qui n’ont pas à s’endetter auprès de la banque. Ils expliquent qu’à terme, ils aimeraient fonder une banque pour l’organisation et disposer ainsi des ressources financières nécessaires pour ne pas dépendre d’une seule institution.

Réseaux de santé pour les soins collectifs

Aux portes de la Casa Nuestra de Salud « Doctor Comandante Ernesto Guevara de la Sierra », on trouve des peintures murales informatives sur le Covid-19 et les mesures de prévention et de soins, ainsi que sur d’autres maladies comme le cancer du sein ou le diabète. Ils sont le résultat des ateliers que, face à la pandémie, la commission de la santé a organisés pour l’ensemble de la communauté.

Les commissaires ne sont pas des médecins mais des « promoteurs de la santé » et se consacrent à la surveillance des signes vitaux des habitants de la communauté. Ils se sont formés entre eux et dans le cadre d’ateliers proposés par des organisations et des collectifs de professionnels de la solidarité, tels que Tejiendo Organización Revolucionaria (TOR), un collectif anticapitaliste qui lutte contre la dépossession, et la brigade de rue Elisa Martínez, composée de travailleuses du sexe, de survivantes de la traite des êtres humains et de femmes migrantes spécialisées dans la défense des droits de l’homme.

La commission travaille selon différents axes : pour la médecine alternative, ils organisent des ateliers de phytothérapie et encouragent les espaces verts de la communauté à « devenir des espaces de guérison » ; pour la médecine préventive, ils programment des campagnes d’information où « nous collaborons tous » ; pour la santé mentale, surtout pendant la période de « peur et de stress » due à la pandémie, ils réalisent des accompagnements et des premiers soins psychologiques, en plus de collaborer avec la commission des sports et avec des groupes de psychologues ; c’est avec ce type d’organisations et de coopératives de médecins, de vétérinaires ou de centres de santé qu’ils tissent des réseaux et pour collaborer et canaliser les personnes en cas de besoin.

À La Casa Nuestra, ils essaient de démonter l’idée que « seule une personne diplômée peut être en charge de la santé » et renforcent au contraire une vision communautaire de celle-ci, puisque « la santé appartient à tout le monde, nous en bénéficions tous et nous devrions tous nous en préoccuper, nous devrions aborder les problèmes collectivement. » L’objectif, conclut l’équipe, est de « construire un projet de santé autonome qui permette une collaboration permanente. »

En réponse aux besoins de la communauté en matière de santé physique pour traiter des problèmes tels que le diabète ou le surpoids, ainsi que de santé mentale, la commission des sports a été créée il y a trois ans. Ils considèrent ces activités comme des outils de bien-être et considèrent le sport comme un droit et veulent le rendre accessible à la communauté.

Le comité organise des promenades et des matchs de football, ainsi que des cours de boxe et de zumba. Elles sont fréquentées le matin par des femmes de différents âges, filles et garçons, qui portent des masques et gardent leurs distances tout en dansant sur des chansons d’exercice. Le cours est dispensé par une voisine qui a appris toute seule en regardant des vidéos sur Youtube.

Les responsables des sports à Acapatzingo travaillent main dans la main avec les autres commissions. Il y a quelques années, ils ont organisé un marathon auquel ont participé des personnes des autres communautés ; des membres des équipes de surveillance et de santé ont participé à la planification pour suivre le parcours de la course et pour accompagner au cas où quelqu’un manifesterait un quelconque malaise pendant la course.

Ils disent qu’avec la pandémie, il était difficile de mener des activités, car beaucoup de gens avaient peur et préféraient ne pas les faire, de ne pas sortir de chez eux ni de faire de l’exercice, bien que peu à peu ils reprennent les cours avec les mesures sanitaires correspondantes. L’intention de la communauté est de générer des activités qui renforceront la convivialité et la santé et n’encouragent pas la concurrence.

Une Casa de Cultura différente, avec une vision critique

Parmi les activités menées par la commission de la culture et de l’éducation, citons le carnaval du Jour des Morts « pour rendre justice à ceux qui sont morts en défendant la vie » et la commémoration de la journée de l’enfance « d’une manière différente’, avec des jeux et des activités informatives, critiques et proactives. Ils veulent ’sauver la tradition et l’identité et les reconstruire » et former des personnes critiques qui « pensent, analysent et font partie du changement ». Ils proposent également des ateliers d’artisanat, de cuisine et de broderie, entre autres, pour tous les âges. Ils collaborent avec la commission des sports pour réaliser des activités de danse, de chant, de poésie et de théâtre et gèrent le projet de rééducation pour « apprendre et réfléchir à nos actions » en matière de genre, de dépossession, d’exploitation, de dépendance et d’inégalité. Leur objectif est de rompre avec la culture individualiste, ancrée dans le capitalisme, et de créer une culture communautaire.

L’équipe raconte qu’au début de la pandémie, « nous sommes tombés dans la panique, comme le voulait le gouvernement » et avons cessé d’analyser la réalité. Mais ils n’ont pas laissé la crise rompre avec la formation politique qui « doit être construite en permanence ». La commission a donc cherché des activités alternatives qui pourraient être réalisées à l’extérieur – comme le ciné-club – ou virtuellement – comme des vidéos ou des ateliers via Whatsapp – car « nous avons des tâches que nous ne pouvons pas abandonner ». Leur objectif était de « sortir de la routine de la peur » et de « sensibiliser les gens, même si c’est dans l’enfermement ». Ils ont également été confrontés au problème des cours en ligne, face auquel ils ont transformé la Casa Nuestra de Cultura y Educación, avec tous ses extérieurs multicolores, en un espace avec Internet pour suivre les cours, faire et imprimer les devoirs et résoudre les doutes ainsi que les ateliers de soutien. « Nous ne pouvons pas interrompre notre travail, même s’il y a une pandémie, nous devons continuer à nous battre », réitèrent-ils. Sections

Ils affirment que la commission est née de la nécessité de créer une éducation analytique et critique, car « celle imposée par le système est robotique ». Ils ne réalisent aucune activité culturelle sans incorporer une recherche scientifique historique et contextuelle – puisqu’il est nécessaire « d’apprendre autrement de ce qui se passe à l’extérieur pour le changer » – et ils sont toujours attentifs à faire une analyse critique et à des réflexions politiques qui contribuent à la transformation et à la resignification de la réalité imposée.

« Nous sommes nombreux à vouloir changer la réalité »

Les enfants constituent un élément central du projet de l’organisation, car ce sont eux qui « continueront la lutte ». C’est pourquoi ils organisent des réunions avec les enfants pour partager l’histoire et l’organisation de la communauté et transmettre leurs expériences de génération en génération. La prise en charge des enfants est également collective, car « ils appartiennent à tout le monde et ils sont la priorité ici ». « Je peux aller travailler et laisser ma fille seule sans m’inquiéter car je sais qu’elle est en sécurité », confirme Aurelia Reyes, une mère célibataire d’une quarantaine d’années qui travaille à l’intérieur et à l’extérieur de l’organisation.

Les membres de la coopérative soulignent que la maltraitance des enfants est l’un des principaux problèmes de la communauté et admettent qu’elle a augmenté pendant la pandémie. C’est pourquoi la bonne éducation des enfants – « respectueuse et saine » – est l’un des thèmes abordés dans le processus de rééducation. Des commissions d’enfants et des assemblées d’enfants organisés ont également été formées pour mener des campagnes de sensibilisation avec des expositions, des dynamiques et des jeux. C’est par accord de l’assemblée que « les enfants sont nos compagnons », précisent les adultes.

Comme sept autres communautés d’Iztapalapa, Tláhuac et Iztacalco, Acapatzingo fait partie de l’OPFVII, également connu sous le nom de ’Los Panchos’. Elles ont toutes les mêmes bases, la même structure et la même ligne politique, sont organisées par zones et brigades, ont un règlement et leur plus haute autorité est l’assemblée générale, où il y a un représentant par famille.

Selon David López, tous les projets représentent les rêves et les efforts de milliers de personnes qui font partie de l’organisation, car ils ont été construits collectivement. Chaque jour, expliquent les membres de la coopérative de logement, ils matérialisent ce en quoi ils croient, car dès le début, ils ont compris qu’il fallait travailler constamment pour changer la réalité.




Source: Lundi.am