Novembre 15, 2020
Par Paris Luttes
260 visites


Mardi 17 Novembre 2020, pour le 2e anniversaire du début des Gilets Jaunes, en plein 2e confinement, en plein dans cette séquence de consécration hypocrite de la liberté d’expression, alors que le film documentaire de David Dufresne « Un pays qui se tient sage » a fait un carton (quoiqu’on en pense), le gouvernement sarkozyste de Macron se prépare à passer un nouveau cap dans l’autoritarisme avec sa PPL Sécurité Globale et la LPR. Au programme, des peines de prison pour avoir filmé des policiers sadiques ou pour s’être organisé politiquement en occupant sa fac…

Le gouvernement ne se préoccupe même plus de faire semblant, de mettre les formes. Alors que nous sommes constamment surveillés et filmés par la police, humiliés et frappés lors de contrôles au faciès ou en garde à vue, et dans les cas les plus graves, pour certains, mutilés, violés, morts… le gouvernement et les députés inféodés prévoient dans l’article 24 de la PPL Sécurité Globale, entre un article sur la surveillance par les drones et un autre sur la reconnaissance faciale en direct :

Est puni d’un an d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende le fait de diffuser, par quelque moyen que ce soit et quel qu’en soit le support, dans le but qu’il soit porté atteinte à son intégrité physique ou psychique, l’image du visage ou tout autre élément d’identification d’un fonctionnaire de la police nationale ou d’un militaire de la gendarmerie nationale lorsqu’il agit dans le cadre d’une opération de police.

Les policiers sadiques et ultraviolents sont soutenus dans leurs méfaits. Les policiers lambda font corps. Les politiciens, journalistes, intellectuels, experts en tout genre, qui se taisent, estiment probablement que la liberté d’expression en démocratie, ne sert qu’à montrer à des gamins de 12 ans, des caricatures de Charlie Hebdo représentant des viols de personnages religieux (parce-que tu vois mon petit, c’est ça le summum du chic et de l’impertinence, la République est en danger).

Quant à la Loi Pour la Recherche (LPR), c’est bien connu, ce dont ont besoin les chercheurs et les chercheuses, c’est de peines de prison pour les étudiants qui s’organisent politiquement en occupant leurs universités via l’article 20bis AA :

Le fait de pénétrer ou de se maintenir dans l’enceinte d’un établissement d’enseignement scolaire sans y être habilité en vertu de dispositions législatives ou réglementaires ou y avoir été autorisé par les autorités compétentes, dans le but de troubler la tranquillité ou le bon ordre de l’établissement, est puni d’un an d’emprisonnement et de 7 500 € d’amende.

Lorsque le délit prévu à l’article 431-22 est commis en réunion, les peines sont portées à trois ans d’emprisonnement et 45 000 € d’amende.

Quelques liens :

Playlist d’interviews sur la chaine Youtube de David Dufresne

Nombreux articles chez la Quadrature du Net

Amnesty International France

Ligue des Droits de l’Homme

The Guardian

Die Zeit (dont on a repris le titre Autoritäres Absurdistan)

Tribune de la Société des Réalisateurs de Films (SRF) dans Libération

Bastamag

Cerveaux Non Disponibles

Une analyse de la loi dans un thread twitter d’Olivier Tesquet :

Greenpeace France

Syndicat national des journalistes – CGT

Un exemple parmi des dizaines d’autres sur la chaine twitter Gilets Jaunes Paris :

Rappelons simplement que cette semaine encore, comme toutes les autres, des interventions policières ont fini dans un déchainement sordide d’ultraviolence et des flaques de sang… avec des tirs de LBD dans la tête de lycéens et des coups de tonfa directement dans le visage jusqu’à envoyer les victimes aux urgences.

Ne nous laissons pas sombrer dans la résignation. Attaquons ! Contre-attaquons !

Pour le 2e anniversaire du début des Gilets Jaunes, Mardi 17 Novembre 2020, retrouvons nous à 15h devant la Sorbonne contre la LPR et à 18h devant l’Assemblée Nationale contre la PPL Sécurité Globale.

https://www.facebook.com/StopSecuriteGlobale/

https://www.facebook.com/PayeTesFrais/

et éventuellement pour celles/ceux que ça rassurerait : l’attestation dérogatoire pour le rassemblement de 15h




Source: Paris-luttes.info