Septembre 11, 2021
Par Manif Est
206 visites


Le procès pour prise illégale d’intérêt dans l’affaire de Vittel aura lieu mercredi 15 septembre à 13h30 au Tribunal judiciaire de Nancy. Le Collectif Eau 88 appelle à manifester devant le tribunal, contre la mainmise de la multinationale sur l’eau, pour la défense de ce bien commun vital.

Deux personnalités vont être jugées

Les deux « prévenues » sont l’Association La Vigie de l’Eau de Vittel, ainsi que Claudie Pruvost qui, au moment des faits, était Conseillère départementale Présidente de la CLE (Commission Locale de l’Eau) et Adjointe au maire de Vittel Jean-Jacques Gaultier.

L’association Anticor, Anti-corruption et pour l’éthique en politique, s’est constituée partie civile dans ce dossier qu’elle porte depuis 2016.

Ce procès, on l’attend depuis cinq ans !

Annoncé par les médias fin 2019, programmé par le tribunal en décembre 2020, le procès a été reporté à septembre 2021 (après les élections), au motif de l’absence de Claudie Pruvost et de son avocat retenu à St Martin.

JPEG - 1.4 Mo

Manifestation du Collectif lors du procès reporté

De conflits d’intérêt en prise illégale d’intérêt

A Vittel, les habitants commencent à manquer d’eau. La nappe profonde, d’où est extraite l’eau du robinet, est menacée d’épuisement, principalement suite à sa surexploitation par Nestlé qui exporte ses bouteilles d’eau sous la marque VITTEL Bonne source. Compte-tenu de la gravité de la situation, un dispositif a été mis en place en 2010 afin de trouver des solutions à ce grave problème. Ce dispositif, toujours en cours, est composé d’une Commission Locale de l’Eau (CLE) chargée d’élaborer un Schéma d’aménagement et de gestion de l’eau (SAGE).

De 2010 à 2013, la CLE était présidée par Jean-Jacques Gaultier, actuel député des Vosges. C’est sous son impulsion que La Vigie de l’Eau est entrée à la CLE pour aider au portage des solutions. C’est lui qui a proposé et fait voter l’entrée de Nestlé à la CLE. C’est lui qui a poussé son adjointe à lui succéder à la présidence de la CLE.

De 2013 à fin 2016, la CLE a préparé des décisions importantes, en faveur de Nestlé et au détriment des populations locales. Durant cette période, sa nouvelle présidente, Claudie Pruvost a travaillé main dans la main avec La Vigie de l’Eau dont le Président n’était autre que son mari, Bernard Pruvost, alors cadre dirigeant chez Nestlé.

En 2016, le Collectif Eau a découvert le conflit d’intérêt, en a informé Anticor qui a déposé un signalement auprès du Procureur de la république.

L’enquête préliminaire , suivie d’une enquête judiciaire a conduit à l’annonce d’un procès puis, un an plus tard, à son report. Je vous renvoie à l’article de Mediapart sur les périples de cette enquête.

Ce temps long judiciaire semble bien avoir été mis à profit par certains pour changer sensiblement le paysage…

Des protagonistes éliminés, gommés ou protégés…

Que sont devenus les protagonistes épinglés ?

Claudie Pruvost a démissionné de la CLE en 2018 et ne s’est pas représentée aux élections. Elle a été éliminée progressivement du paysage politique par ses anciens mentors.

La Vigie de l’Eau, elle, est toujours bien présente et active. Depuis son départ de la CLE en 2017, elle continue inlassablement son travail d’influence auprès des enfants des écoles, collèges, lycées…

Son ex-président Bernard Pruvost, aujourd’hui cadre dirigeant de Nestlé à la retraite, a su se faire discret. Après son remplacement à la tête de la Vigie par Marc Benoit, un chercheur INRA partenaire historique de la filiale Agrivair-Nestlé, il a quasiment disparu des médias locaux. Cela ne l’empêche pas de rester très influent dans le secteur économique via son association Eco-Plaine, une autre officine de Nestlé particulièrement liée à la Communauté de communes Terre d’eau.

La Vigie a quitté la CLE mais sa marque est gravée dans le SAGE

La Vigie ne siège plus à la CLE mais les “solutions de substitutions” qu’elle a portées à bout de bras pendant six ans sont plus que jamais d’actualité.

Les “solutions” préparées par la Vigie

Ces “solutions” consistaient à alimenter les habitants de Vittel avec de l’eau provenant d’autres villages et transportée par canalisations sur des dizaines de kilomètres. Cela afin de permettre à Nestlé de continuer ses pompages dans la nappe.

Le Collectif Eau s’est toujours opposé au principe même des transferts d’eau.

Le projet de transfert depuis Lerrain fut le premier validé par la CLE (pipeline de Valfroicourt voté, comme toujours, à l’unanimité moins les quatre voix du Collectif Eau). En octobre 2019, l’État ordonna son abandon suite aux inlassables mobilisations des activistes de l’eau.

Monuments de paille érigés par Jean Marie contre le projet de pipeline de Valfroicourt

Le projet de transfert en provenance d’Attignéville a récemment été retenu comme solution de remplacement au pipeline de Valfroicourt. En parallèle, Nestlé s’est autorisé à pomper moins dans la nappe notoirement en danger, en sachant pertinemment qu’il possédait déjà l’autorisation de pomper d’avantage dans les nappes supérieures, exploitées pour ses marques Vittel Grande source, Hépar, Contrex.

Cette x-ième arnaque constitue la base du nouveau projet de SAGE, validé une première fois par la CLE en avril dernier et qui donnera lieu, fin 2021, à une enquête publique (bidon, comme toujours).

Que penser du projet de transfert en provenance de Bazoilles-sur-Meuse après la récente incursion de la Vigie dans une école de Gondrecourt-le-Château ? Va-t-il resurgir lui aussi ?

Compte-tenu que la Vigie avait projeté un transfert des eaux de Vincey, les habitantEs du secteur de Charmes feraient bien de rester sur leurs gardes.

La Vigie de l’Eau agit en synchronisation avec Nestlé. La Vigie de l’Eau, c’est Nestlé !

Enfin le procès de Nestlé ?

Ce procès se limitera-t-il au jugement de Claudie Pruvost et de la Vigie de l’Eau ?

Ou permettra-t-il de mettre en lumière le rôle de la multinationale et de ses alliés administratifs et politiques ?

Retrouvons-nous en masse à la manifestation devant le Tribunal, pour affirmer haut et fort que l’eau est un bien commun inaliénable, qu’il est urgent d’en finir avec la mainmise des minéraliers sur l’eau, la mainmise des multinationales sur nos ressources.

L’eau pour la vie, pas le profit !

Précision sur la manifestation du 15 septembre devant le tribunal

Rendez-vous à partir de 13h devant le tribunal, Cité judiciaire, rue du Général Fabvier à Nancy (début des audiences à 13h30).

La manifestation est déclarée en préfecture, dans le respect de mesures sanitaires en vigueur à Nancy (prévoir masque).

Contact organisation de la manifestation : [email protected].

Plein d’infos sur Nestlé à Vittel et dans le monde sur leauquimord.




Source: Manif-est.info