Juin 9, 2016
Par La Rotative (Tours)
46 visites


À Lyon, les cheminot-e-s ont franchi une nouvelle étape dans leur mouvement, avec un durcissement de la grève et la multiplication d’actions, comme à Paris en début de semaine. À Tours, la mobilisation continue, et les cheminot-e-s n’hésitent pas à mener des actions pour perturber l’activité.

À Tours comme à Saint-Pierre-des-Corps, SUD Rail et FO Cheminots sont en grève reconductible depuis le 18 mai ; ils ont été rejoints par la CGT Cheminots le 1er juin.

Dans la nuit du jeudi 2 juin au vendredi 3 juin, la Feuille de Saint-Pierre-des-Corps, c’est-à-dire l’espace d’embauche des conducteurs de trains, a été occupée durant une partie de la nuit par une trentaine de cheminot-e-s grévistes. À cette occasion, des tractages et des points d’informations ont été effectués auprès du personnel non-gréviste. Ces mêmes démarches avaient été effectuées plus tôt au Triage.

Au matin du vendredi 3 juin, le responsable de l’Atelier de maintenance est intervenu auprès de l’ensemble des cheminot-e-s : il avait à déplorer de nombreuses « exactions » commises ces dernières 24 heures.

En effet, un certain nombre de clefs de boîtes à leviers (ces clefs servent très concrètement à permettre la mise en route des locomotives), tout comme un nombre important de fiches roses [1] (documents qui se trouvent être obligatoires à bord des locomotives) et de torches ont disparu. A ces pertes, se rajoute la présence d’au moins un pétard sur les voies (entraînant, par voir de procédure, l’arrêt du train roulant sur cette même voie) [2]. L’ensemble de ces éléments a poussé la direction à alerter la Surveillance générale (SUGE) [3] et à déposer une plainte. Il va sans dire que ces manœuvres, non dangereuses, avaient pour seul objectif de ralentir l’activité ferroviaire.

A Tours, dans la foulée de l’Assemblée Générale de 10h de ce même vendredi, un cortège, emmené par les syndicats, s’est organisé et est allé jusque dans la gare afin d’organiser de nouveaux tractages auprès des usagers. A cette occasion, l’accueil réservé par ceux-ci a été plutôt bon, la plupart reconnaissant la nécessité du mouvement en cours ou tout au moins la justesse de leurs revendications.

Plus tard dans la journée, la CGT était reçu par la direction. Loin de flancher, la centrale syndicale a témoigné de l’extrême détermination du personnel gréviste — de plus en plus nombreux. Sud-Rail devrait lui-aussi être reçu prochainement.

Depuis, tous les matins, des chicanes sont organisées à l’aide de pneus et de barrières afin d’obliger le personnel non-gréviste à passer devant les copains grévistes. Tractage intensif, discussions quotidiennes : tout est fait pour freiner la prise d’embauche et massifier la mobilisation. Après ces interventions, une AG est organisée chaque jour à 10h (on y compte en moyenne plus de 70 cheminot-e-s à Saint-Pierre-des-Corps et une grosse soixantaine à Tours) afin de décider de la poursuite ou non de la grève. Ensuite, le midi, c’est barbecue ouvert à toutes et tous. Le soir, c’est rendez-vous au dépôt pour l’arrivée de celles et ceux qui viennent bosser : piquet collectif et pneus brûlés sont de la partie pour rappeler à tout le monde qu’il y a une lutte en ce moment. Après, on reste entre cheminot-e-s grévistes pour un piquet nocturne ; quitte à faire un tour auprès des salariés non-grévistes durant la nuit. Du coup, ça force les chefs à venir surveiller — et depuis quelque temps il y a même un huissier qui se déplace chaque soir pour constater… que sa paye augmente de soir en soir !

Les copains cheminot-e-s sont toujours et plus que jamais de la partie, alors soutenons-les !

Prochain rendez-vous

Jeudi 8 juin, 20h30

Barbecue participatif (amenez de quoi manger, la bonne ambiance est garantie !) au Chaudron, 269 avenue Stalingrad à Saint-Pierre-des-Corps dès 20h30.

À la tombée de la nuit, projection du film de Mermet : Howard Zinn, une histoire populaire américaine




Source: