Jeudi 17 mars, la manifestation a été massive et dynamique, la mobilisation s’est amplifiée en une semaine et cela ne peut que nous encourager pour le semaine prochaine, particulièrement mardi 22 et jeudi 24 ainsi que pour le 31 mars..
La police est intervenue violemment place de la mairie en repoussant les manifestants avec des gaz lacrymogènes et des coups de matraques, blessant des manifestant-e-s et en arrêtant un.


https://www.flickr.com/photos/charliervalentin/25860922675/in/album-72157666066513075/

Le NPA dénonce la répression et les provocations policières. Nous exigeons la libération immédiate du manifestant arrêté. Nous exigeons qu’il n’y ait aucune poursuite judiciaire.

Le gouvernement, dont le discrédit n’a d’égal que sa servilité à l’égard du patronat, multiplie les provocations et les interventions violentes de la police – comme à Metz, Strasbourg, Nantes, Tolbiac etc. – pour mettre en scène un problème d’ « ordre public » et criminaliser l’activité militante dans le cadre de l’état d’urgence. A Rennes, il l’avait déjà fait contre les manifestant-e-s et les trois carnavaliers anti—aéroport qui sont encore incarcérés.

Il y a dix ans, les jeunes et les travailleurs faisaient abandonner le contrat première embauche (CPE) au gouvernement Chirac-Villepin. Hollande et Valls ne méritent pas un autre sort. Aucune intimidation n’empêchera celles et ceux qui n’ont pas d’autre choix que de défendre leur avenir, leur condition de vie et de travail à agir.

Le NPA appelle les jeunes, les travailleuses et les travailleurs à participer massivement à la mobilisation de la semaine prochaine. Les manifestations et les grèves doivent se multiplier ! On vaut mieux que ça !