Qu’est-ce qu’une marche blanche?

Le plus souvent, les marches blanches sont organisées par les forces réactionnaires et religieuses locales, par les forces catholiques intégristes. On parle ici de “forces” mais le mot est abusif, ces entités ne possèdent quasiment plus aucune “force” dans un pays qui s’est très majoritairement débarrassé de l’idée de Dieu. Ceux qui croient en une religion monothéiste du type Catholicisme, Islam, etc, sont minoritaires en France. Chaque année qui passe, la France compte 1% en plus d’athées.

Les forces religieuses catholiques ont ainsi beaucoup de mal à mobiliser. Voilà pourquoi elles utilisent les “marches blanches”.

Les “marches blanches” sont souvent organisées après un crime sordide, un infanticide. Depuis des décennies, le nombre d’homicides est en baisse régulière en France. Mais il s’en produit malgré tout un faible nombre chaque année.

Quand un infanticide sordide se produit, les forces réactionnaires utilisent l’effroi produit chez la population la plus religieuse, au but de faire une “marche blanche”. Cela consiste à défiler dans la rue, exactement comme une manifestation.

Mais en l’occurrence, il ne s’agit pas d’une manifestation. Car la “marche blanche” ne possède strictement aucune revendication. Il s’agit juste de défiler en silence le plus souvent, dans les rues d’une ville. A quoi servent ces “marches blanches”? Dans l’absolu à rien. Car qui serait pour un infanticide? Personne ou en tout cas, aucun humain doté de cœur et de Raison.  Est-ce qu’une “marche blanche” permet de réduire le nombre d’infanticides?

Non en aucun cas.

Il s’agit là de pure idéologie religieuse, d’une illusion religieuse collective qui jamais n’a pu ou ne pourra empêcher les infanticides.

Pour tenter de vouloir les réduire, il faudrait une société sans misère, sans société marchande, avec un habitat neuf ou refait à neuf pour tous, il faudrait des sociétés beaucoup plus prévenantes, beaucoup plus solidaires, beaucoup plus instruites, beaucoup plus égalitaires et libres. Mais ça, la Réaction ne le veut pas. C’est précisément parce qu’elle ne le veut pas que sont organisées ces “marches blanches”, le blanc étant la couleur de la pureté, de la candeur mais aussi du Roi.

La “marche blanche” possède la forme d’une manifestation mais il ne s’agit pas d’une manifestation, il s’agit de pure récupération, par les cercles catholiques locaux, d’une émotion collective.

Il s’agit en réalité, pour la Réaction, d’aller chercher des individus très peu politisés au but de les ramener vers Dieu, vers des entités philosophiques et politiques fondamentalement liberticides. En effet, à l’occasion de certaines de ces “marches blanches”, on entend certains parler de la nécessité du retour de la peine de mort. Il s’agit pour l’extrême droite catholique d’enrôler des individus non politisés pour les emmener à penser à l’extrême droite. Car l’abolition de la peine de mort concerne absolument tous les crimes, sans exception, y compris les plus sordides. L’extrême droite catholique veut ainsi, en organisant pareille marche, tenter de mettre dans la tête d’une part de la ville, qu’il pourrait y avoir des exceptions à cette abolition. Or si l’on fait une seule exception à l’abolition de la peine de mort, il n’y a plus abolition de la peine de mort.

Ces “marches blanches” servent souvent de catharsis à des populations à la vision simplifiée du monde que l’on trimbale dans la rue au but de dépolitiser au maximum l’événement et en faire la simple réception communautaire d’un fait attribué à la providence ou à quelque mauvais sort divin.

Ce gigotement processionnaire catholique va ainsi trimbaler ses bigots partout dans la ville pour enfin se dissoudre une heure plus tard.

La Presse Quotidienne Régionale, détenue par des groupes patronaux régionaux ou la presse nationale, détenue par des groupes patronaux nationaux, accorde souvent une large place à ces “marches blanches”. Cela permet de faire de l’argent avec une émotion collective happée par la Réaction et cela permet de dépolitiser au plus large. Cela permet en réalité de donner une messe sans dire qu’il en s’agit d’une .

Voilà pourquoi il ne faut jamais participer à une “marche blanche”.

Quand on manifeste dans la rue, c’est que l’on a des revendications concrètes. On ne participe pas à une manifestation obscurantiste, on ne participe jamais à toute folie religieuse collective. On utilise sa tête, sa soif de Justice et d’Egalité pour des choses concrètes, pas au but d’alimenter l’illusion religieuse qui joue dans le camp du maintien d’une société la plus inégalitaire possible, en récupérant l’émotion à la suite de la mort d’enfants innocents.

C’est comme si la Réaction assassinait ces enfants une seconde fois.


Article publié le 17 Oct 2020 sur Lesenrages-antifa.fr