Avril 27, 2016
Par La Rotative (Tours)
89 visites


Le site Marseille Infos Autonomes a publié une analyse des conséquences de la loi Travail sur les femmes. Vu la place particulièrement précaire qu’occupent les femmes sur le marché du travail, la loi Travail aurait un impact d’autant plus grave sur leurs conditions de travail.

LOI TRAVAIL, UN GRAND COUP SUR LE DOS DES FEMMES !

Depuis quelques semaines, lycéen.es, étudiant.es et salarié.es se mobilisent contre le projet de loi travail dont les principales mesures visent à rallonger le temps de travail et à précariser les travailleurs et travailleuses. Cette loi n’est pas spécifiquement une attaque contre les femmes, comme la loi Rebsamen de juin 2015, qui supprimait les négociations collectives dans l’entreprise consacrées à l’égalité hommes-femmes au travail. Cependant, étant donné la place particulièrement précaire qu’occupent les femmes sur le marché du travail (elles représentent la majorité des travailleurs pauvres), la loi Travail aurait un impact d’autant plus grave sur leurs conditions de travail.

LA PLACE DES FEMMES SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL EST LE PRODUIT D’INÉGALITÉS STRUCTURELLES

Les inégalités de genre structurent le marché du travail.

Les femmes continuent de gagner en moyenne un quart de moins que les hommes. À des conditions identiques (poste occupé, niveau d’études, qualification), les écarts de salaires persistent entre hommes et femmes. 80 % des temps partiels sont occupés par des femmes. Une femme sur trois travaille à temps partiel. Les contrats courts et les CDD touchent plus fortement les femmes : 3 CDD sur 5 sont occupés par des femmes. Ces inégalités persistent, malgré un niveau d’études égal désormais.

(…)

LA LOI EL KHOMRI VA DAVANTAGE PRÉCARISER LES FEMMES

Cette nouvelle loi Travail continue dans la logique des lois précédentes (l’ANI sur la mobilité des travailleurs, la loi Macron) qui sont toutes des attaques contre les travailleur-se-s, et qui ont des conséquences particulièrement néfastes et dangereuses pour les femmes. La loi Macron donnait la possibilité de travailler jusqu’à 12 dimanches par an (au lieu de 5), mesure qui touchait plus les femmes que les hommes car les emplois concernés (vendeurs, vendeuses) sont majoritairement féminins.

Voici un aperçu de quelques mesures contenues dans la loi et de la manière dont elles vont frapper les femmes.

(…)

L’intégralité de l’article est à lire sur Marseille Infos Autonomes.




Source: