Juillet 5, 2022
Par Lundi matin
276 visites

Le 13 juin dernier, l‚Äôun de nos r√©dacteurs publiait une recension tr√®s enthousiaste de Boum Boum le premier film de Laurie Lassalle qui nous replonge dans le mouvement des Gilets Jaunes. Des amies sont donc all√©es voir le film. Au d√©tour d‚Äôun micro-trottoir, elles ont aper√ßu et entendu un certain Vittorio B. parler d‚Äôamour. Cela leur a √©t√© tellement insupportable qu‚Äôelles nous ont demand√© de relayer cet avertissement adress√© √† celles qui pourraient √† l‚Äôavenir le croiser.

Nous avons vu le film documentaire ¬ę Boum Boum ¬Ľ de Laurie Lassalle. Il y est question des gilets jaunes √† Paris, mais aussi de r√©volution, d‚Äôamour, de d√©sir.

Après la première heure, une personne s’exprime dans le film. Il s’appelle Vittorio Biancardi.

Si nous √©crivons, c‚Äôest parce qu‚Äôil a viol√© une de nos camarades et amies. C‚Äôest √† ses c√īt√©s que nous parlons aujourd‚Äôhui.

Ce viol, elle l’a dénoncé pour la première fois avec colère dans une lettre de mars 2021 adressé à Vittorio, ainsi qu’aux amis et camarades proches. Cette lettre a circulé de la main à la main, pas publiquement.

Nous souhaitons préciser ici que la réalisatrice du film n’en avait pas connaissance avant la sortie en salles de son film. Ce viol a eu lieu l’été 2018, soit quelques mois avant l’enregistrement de ces images tournées entre l’automne 2018 et le printemps 2019.

Dans le film, il marche dans la rue pendant une manifestation. Il compare le mouvement √† ¬ę une histoire d‚Äôamour ¬Ľ. Voil√† ce qu‚Äôil dit :

¬ę […] Je pense que pour recommencer au m√™me niveau, avec la m√™me intensit√©, il faut qu‚Äôun cycle se ferme et que se rouvre un autre, tu vois, c‚Äôest comme les histoires d‚Äôamour en fait, il y a des zones de vide et de plein, c‚Äôest super int√©ressant √† analyser, m√™me pour les mouvements politiques en fait, quand il y a eu une grosse explosion orgasmique, du 1er et du 8 [d√©cembre 2018], en fait c‚Äôest pas facile d‚Äôen avoir tout de suite une autre de la m√™me intensit√©… donc √† chaque fois on est l√† comme aujourd‚Äôhui √† essayer de retrouver cette intensit√©, il n‚Äôy en a pas. […] Apr√®s √ßa d√©pend, comme les amants, il y a des gens qui ont des tactiques et des strat√©gies envers l‚Äôamour, et c‚Äôest la m√™me chose : il y a des gens qui baisent avec beaucoup de gens, qui sont pour l‚Äôamour libre, et d‚Äôautres qui veulent le couple. √áa, c‚Äôest la diff√©rence entre les marxistes orthodoxes et les autonomes. Les autonomes, au moins les anarchistes autonomes, je pense que √ßa devrait √™tre cette fa√ßon de rechercher toujours la puissance, de baiser avec beaucoup de gens. Alors que pour les staliniens, il n‚Äôy a toujours qu‚Äôun amour, c‚Äôest le parti, et donc… […] ¬Ľ

Derri√®re ses fantasmes confus, il y a un comportement de pr√©dation sexuelle avec des blessures r√©elles. ¬ę L‚Äôamour libre ¬Ľ n‚Äôest pas la libert√© de consommer les corps sans consentement. Toute forme d‚Äôid√©alisation de la politique anarchiste ou autonome par un discours sur le d√©sir ou par quoi que ce soit qui recouvre de telles r√©alit√©s nous donne envie de vomir.

Ce propos, son apparition, tout √ßa nous √† d√©cid√© √† √©crire : avec elle, pour elle, mais aussi pour avertir les personnes qui ont pu ou pourraient √™tre confront√©es √† lui.

À ce jour, Vittorio s’est contenté de nier et s’est soustrait à toute forme de dialogue sur la question. Aucune plainte n’a été déposée contre lui.

Les violences sexuelles ne devraient pas exister. Mais, malheureusement, les violences sexuelles existent dans tous les milieux, c’est-à-dire chez les révolutionnaires aussi. Lorsqu’elles ont lieu, la libération de la parole doit se faire. Pour cela, c’est aussi d’une révolution de l’écoute et de l’attention dont nous avons besoin.

Une victime de Vittorio, ses ami-es et ses camarades.




Source: Lundi.am