Les mauvaises langues disaient de Pierre Besnard qu’il avait de la société révolutionnaire une vision de chef de gare. C’était sans doute là une allusion perfide au fait qu’il était cheminot. Cependant, ce n’est pas entièrement faux si, du chef de gare, on a l’image d’un homme qui tient à ce que les trains arrivent et partent à l’heure et que tout soit bien organisé. Besnard pensait qu’il ne fallait pas attendre que la révolution ait lieu pour commencer à envisager comment les choses seraient organisées. La (…)


LE PROJET LIBERTAIRE