Depuis l’été 2017 en fRance, on voit fleurir une série d’attaques contre plusieurs structures sensibles de la domination, et notamment contre les antennes relais de téléphonie, de radio et de télévision. Entre juin et août 2017, des mots ont accompagné la plupart de ces attaques enflammées et destructrices, qui ont paralysé ou perturbé pour plusieurs jours une partie des communications de la domination. Selon moi, il existe d’innombrables raisons de cramer ces monstres métalliques, que ce soit pour brouiller les communications des flics et autres forces de sécurité (pas uniquement de l’État) ; pour marquer un refus en actes de cette vie sous perfusion des ondes écocides et des écrans de l’abrutissement généralisé, de se faire dicter par d’autres (multinationales de la technologie informatique et numérique) notre façon de vivre et de se mettre en relation avec nos proches et les personnes extérieures, de se faire pister et contrôler à distance, que ce soit par le patron, le marchand, les services secrets de l’État, le mari, le grand frère ou le daron…

Ces incendies parlent à tou.te.s celles et ceux qui n’en peuvent plus de voir leurs relations brouillées voire anéanties par les portables et les smartphones, à tou.te.s celles et ceux qui ne supportent plus de voir leur libre-arbitre et leur faculté de penser entre les mains de ce monde numérisé…

La suite de ce texte ici : https://attaque.noblogs.org/files/2019/05/critiqueenruines.pdf


Article publié le 24 Mai 2019 sur Nantes.indymedia.org