Février 22, 2021
Par Cerveaux Non Disponibles
236 visites


Il y a partout en Europe, une montée en puissance des états fascistes et autoritaires. Nous l’observons et le vivons chaque jour. De Salvini à Orban, de Macron à Sanchez. Les états européens sont tous soumis depuis de nombreuses années à la dictature de l’urgence et de l’exception. De la menace des attentats à la menace du Covid.

Ces états d’urgence permanents légitiment des mesures coercitives de plus en plus étouffantes, une justice de plus en plus sévère. Nous sommes assignés à résidence et réduits au silence sous menace de croupir en prison. Ce constat est commun, il est partagé par l’ensemble des populations occidentales. Le libéralisme, par obstination et frénésie, se rigidifie et s’autoritarise. En France, une banderole “Macronavirus” déployé sur un balcon engendre une arrestation. En Espagne, les propos d’un rappeur contre le roi, une peine de prison. Le racisme, le sexisme, le fascisme, l’accumulation des richesse par une poignée de personne s’accentuent partout. S’opposer à ce scénario catastrophe est vital.

Depuis une semaine, les populations catalanes et plus largement de l’ensemble de l’Espagne se révoltent suite à l’arrestation de Pablo Hasel. De là où nous sommes à quelques centaines de kilomètres de Barcelone, Valence, Bilbao, Gérone, Vic, Reus ou encore Lleida, nous voulons vous dire, amis insurgés, émeutiers, pilleurs, premières lignes, ô combien cette révolte est inspirante pour nous qui nous sentons immobiles, statiques, dans l’attente, bâillonnés.

Combien la spontanéité et la détermination qui vous caractérise nous fait respirer, nous donne de l’espoir, nous donne de la force. Depuis le soir même de l’arrestation du rappeur, jusqu’à aujourd’hui, chaque soir sans en manquer un, vous avez envahi les rues et affronté les uniformes de l’état et la royauté. Chaque soir, alors qu’une pandémie nous emprisonne et atténue les luttes, vous avez bougé, vous avez lutté.

Nous voulons apporter notre solidarité, à toutes celles et ceux qui, actuellement, de l’autre côté des Pyrénées, affrontent la police et rendent coup pour coup à sa brutalité mutilante et assassine. (qu’ici nous ne connaissons que trop bien. Traumatisant nos révoltes, recouvrant de sang les pavés de nos rues).
A celles et ceux qui attaquent les institutions, pillent les magasins de luxe et les grandes enseignes, appliquent les gestes barricades, font face et tiennent bon. Ainsi qu’à celles et ceux qui trouvent simplement la force de descendre dans la rue après un an de pandémie et de restrictions sanitaires. A vous tous et toutes, merci de nous donner de la force chaque soir. De nous montrer que se révolter est encore possible. Merci de nous donner envie de vous rejoindre.

Comme depuis toujours, les luttes d’ailleurs font écho aux luttes d’ici. Elles se nourrissent les unes entres elles. Vous nous nourrissez. C’est ainsi que réside aujourd’hui notre solidarité internationale. Et celle-ci se traduit déjà par la traversée des Pyrénées par bon nombre de français pour soutenir, documenter, participer aux révoltes en cours. D’autres rejoindront encore l’Espagne et la Catalogne dans les prochains jours.

Nous sommes avec vous.




Source: Cerveauxnondisponibles.net