Novembre 24, 2020
Par Le Poing
349 visites




Crédit photo : ​​​​​​​Adrienne Baladus

​​​​​​Laetitia, Maylis, Salma, Helena, Gisele, Valérie, Camille, Joelle, Olivia et tant d’autres. Assassinées. N’oubliez pas leurs noms. Nous réclamons justice et que s’effondre le féminicide.

À l’instar des paroles de Canción sin miedo (Vivir Quintana ft. El Palomar), chantée ce samedi 21 novembre sur la place de la Comédie par la chorale « Le Cri du Chœur », « ce sont en tout 108 militantes qui ont brandi au-dessus de leurs têtes des pierres tombales représentant les 99 femmes assassinées par leur conjoint ou ex-conjoint et les 9 travailleur·ses du sexe assassiné·es dans l’exercice de leur profession » depuis le 25 novembre 2019. L’objectif du rassemblement étant de prendre une photo depuis l’Opera et visibiliser physiquement l’étendue des féminicides.

Pourquoi cette date ?

Le 25 novembre, journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes et personnes perçues comme telles, trouve son origine en République Dominicaine suite à l’assassinat en 1960 par le dictateur Trujillo des sœurs Mirabal, militantes politiques dominicaines. Puis la date fut institutionnalisée dans les années 1990 par l’ONU, et a trouvé toute sa puissance en France seulement depuis 2018. Largement grâce à l’arrivée dans le paysage militant du collectif « Nous Toutes ».

Retour sur la mobilisation du 21 novembre

Il y a un an, Le Poing relatait une mobilisation large et massive mais qui se cherchait encore des perspectives. En ce samedi 21 novembre, le mouvement féministe héraultais semble avoir emprunté un chemin clairement plus revendicatif, inclusif et largement débroussaillé par des mouvances aussi anti-patriarcales qu’anti-capitalistes et décoloniales.

Si nationalement, « Nous Toutes » s’était reporté sur une mobilisation en ligne, on ne peut que se réjouir que décision ait été prise à Montpellier de se réunir aussi en chair et en os et de se sentir, vivantes, lutter. Ainsi, peu avant 11h30, arrivant par grappes, la centaine de militant·es attrapait du cabas de All Inclusive une fausse pierre tombale, parfois deux, pour pouvoir représenter chaque morte et se positionner de part et d’autres de la devanture de l’Opera. Le temps d’un essai à peine et voilà la massive mobilisation contre la loi « sécurité globale » qui déboulait du bout de la rue de Maguelone. Loin d’être un problème, la masse manifestante se tut presque à l’arrivée sur la Comédie comme pour ne pas importuner ce qu’il s’y passait. Des femmes se mêlèrent à l’action-photo en cours : « je peux t’aider à porter une de tes mortes ? » Oui. Nous ne serons jamais assez de plus de la moitié de la population mondiale pour porter nos mortes, tombées sous les coups patriarcaux. Puis décision fut finalement prise par les personnes organisatrices de faire une pause pour pouvoir se mêler à l’autre manifestation qui repartirait plusieurs instants après. Mais ça. C’est un autre article du Poing (même deux).

Crédits photo : Samuel Clauzier

Et si l’état d’urgence sanitaire précise que lors des manifestations les systèmes sonores amplifiés sont interdits (sait-on jamais que le virus aime à se loger dans une sono), la voix des femmes n’en avait que faire pour se faire entendre. La photo enfin prise, des prises de paroles ont dénoncées « les violences perpétrées par la société patriarcale sur les femmes et personnes perçues comme telles : silenciation, injures, humiliations, menaces, discriminations, exploitations, agressions, coups, viols, etc. » Ont été également dénoncé « la défaillance de l’État et de la justice dans l’accompagnement et la prise en charge des victimes de violences sexistes et sexuelles. » Au gouvernement, funeste Darmanin, accusé de viol et d’harcèlement sexuel (en plus de sa loi « sécurité globale »), n’est pas la seule blague graveleuse à l’adresse des militantes féministes. En effet, nos dirigeants ayant décidément le sens de l’agenda, annonce fut faite il y a quelques jours que le 3919, numéro d’écoute destiné aux femmes victimes de violences créé et géré associativement, serait prochainement ouvert à un marché concurrentiel pour pouvoir être accessible 24h/24 et 7j/7. Cela alors même que l’association avait fait état du besoin d’une subvention publique plus importante pour que cela soit possible.

Des corps et des voix en lutte

Enfin, elles ont réaffirmé leur « solidarité avec toutes celles et ceux qui luttent pour construire une société débarrassée des inégalités, de l’exploitation capitaliste, des rapports de domination et des violences qui en découlent. » Et ce qu’il y a de bien avec cette phrase c’est qu’elle n’est pas qu’une suite de mots. Mais incarnée par des femmes, des trans, des précaires, personnes racisées, colleuses ou latinxs (« néologisme de genre neutre parfois utilisé à la place de Latino ou Latina pour désigner des personnes vivant aux États-Unis dont la culture est principalement latino-américaine ou qui appartiennent à une ethnie d’Amérique latine ») luttant effectivement au carrefour de toutes les luttes. De la Comédie à la Préfecture, rejoignant le mouvement contre la loi « sécurité globale », le collectif des Sudakas, n’a pas seulement « animé » le rassemblement avec la chorégraphie de Un violador en tu camino mais l’a galvanisé, offrant à celles et ceux prêtant oreille peu attentive aux prises de paroles l’occasion d’une catharsis féministe, anti-capitaliste  et anti-colonialiste sur laquelle revient pour nous Adelita, membre de ce collectif.

Cette chorégraphie, née du collectif inter-disciplinaire Las Tesis il y a un an à peine pendant l’explosion du mouvement féministe au Chili et offerte au monde pour « s’unir dans la rue avec juste notre voix et notre corps » était pour les Sudakas « une manière de vivre la lutte avec nos sœurs et adelphes [équivalent neutre de frère ou soeur] latinxs autrement que derrière un écran ». Face à un féminisme en France « parfois trop institutionnalisé, pas assez décolonisé, qui s’appuie sur des privilèges que subissent directement nos sœurs de l’autre côté du globe ». Les Sudakas appellent a plus d’inter-sectionnalité et saluent la remise en question nécessaire des organisatrices du jour. « En France, les luttes féministes s’appuient parfois trop sur leurs acquis, c’est vrai que les urgences ne sont pas les mêmes qu’au Chili, en Argentine ou au Mexique, mais il n’y a jamais d’acquis ».

Crédits photo : Samuel Clauzier

Et puisqu’il n’y a jamais d’acquis, Montpellier remet ça ce mercredi 25 novembre et donne rendez-vous en inter-asso-orga (Union communiste libertaire, Women’s March, Planning Familial, etc) de 11 heures à 15 heures pour une conférence de presse puis « occuper visuellement la rue […] accrocher pancartes, affiches, slogans, créations féministes sur et devant les grilles des jardins du Peyrou de Montpellier. »

Nous, on vous laisse sur ces quelques lignes :

Et le coupable ce n’est pas moi, ni mes fringues, ni l’endroit
Le violeur c’était toi
Le violeur c’est toi
Ce sont les policiers, les juges, l’État, le président
L’État oppresseur est un macho violeur




Source: Lepoing.net