Janvier 13, 2022
Par Le Poing
261 visites


Une journée de grève et de manifestation particulièrement suivie dans l’éducation a mis près de 3000 personnes dans les rues de Montpellier ce jeudi 13 janvier. Récit de cette journée avec Le Poing.

Une mobilisation historique

Dès 13h une petite foule se masse derrière les grilles du jardin du Peyrou, pour une assemblée générale appelée par l’ensemble des syndicats participants au mouvement à Montpellier. Soit onze organisations, sans compter les associations de parents d’élèves.

S’y expriment de belles congratulations, alors que les premiers chiffres de la participation à la grève dans l’éducation nationale sont déjà tombés. C’est qu’ils impressionnent : les syndicats annoncent, à l’échelle du pays, 75% d’enseignants grévistes dans le primaire, 62% dans le secondaire ( le ministère avance respectivement 38,4% et 23,7 % ). “En 23 ans de carrière, je n’ai jamais vu ça, avec en plus une telle unité syndicale, c’est extraordinaire”, nous confie Sabine, enseignante à l’école élémentaire Sigmund Freud de Montpellier, syndiquée à Force Ouvrière.

Précarité, absurdistan protocolaire et austérité budgétaire

On y égrène aussi les raisons de la colère. On parle des successions abracadabrantesques de protocoles sanitaires. “On en est à plusieurs dizaines de protocoles différents depuis le début de la crise sanitaire !”, s’exclame un instit. Il faut dire que le ministère n’a pas un don inné pour la communication : un des tout récents changements de protocole a été annoncé, avant même que l’info ne circule en interne dans l’institution, dans les colonnes du Parisien… dans un papier réservé aux abonnés. 

Mais la colère liée à la gestion de la situation sanitaire trouve des racines bien plus profondes. Dans le sentiment que les moyens ne sont pas mis là où il faut, que l’agitation ministérielle cherche à grand peine à masquer un désastre que personne ne peut plus ignorer dans l’éducation nationale. “Des milliers d’heures de cours ont sauté l’année scolaire précédente, faute de remplacements des profs isolés ou absents. Et plutôt que d’investir des moyens à la hauteur de la situation en créant les postes nécessaires, le ministère préfère embaucher des étudiants précaires pour faire la garderie, ou se reposer sur les familles via les cours à distance”, tonne un tribun au milieu de l’assemblée. Même constat de désinvestissement de l’Etat au niveau du matériel de protection sanitaire : les professionnels présents se plaignent d’avoir dû tout au long des différentes vagues de Covid acheter eux-mêmes leurs masques, après avoir été laissés complètement livrés à eux même pendant le douloureux premier confinement. 

“Le pire c’est qu’alors même que sur le terrain ça craque de tous les côtés faute de moyens, Blanquer rend chaque année une partie du budget alloué à son ministère à l’État. Il n’en a pas besoin, soi-disant. On parle de 75 millions en 2021, 600 millions pour 2020 !”, s’exclame un gréviste.

Un ressurgissement des luttes des mois précédents

On retrouve aussi tout ce qui ce qui s’était déjà manifesté de colères dans le monde de l’éducation ces derniers mois, ces dernières années. Les collectifs de parents-profs-personnels des différents collèges de la ville, qui à force de mobilisation locale avaient fini par arracher au rectorat la création de quelques postes supplémentaires, ressortent les banderoles. On recroise un des moteurs de la lutte, historique elle aussi, des AEDs ( les pions comme on les appelle plus souvent ), qui nous assure que les collègues sont très mobilisés, et que beaucoup de vies scolaires sont fermées dans la région. Avec les AESHs, ils sont les fers de lance de la lutte contre l’utilisation croissante de contrats précaires dans l’éducation nationale. Les associations de parents d’élèves sont de la partie.  

Une large plateforme de revendications, portée par une large unité syndicale

Cette mobilisation générale, tous statuts confondus, mêlant associations, syndicats, collectifs de lutte, parents, profs et personnels d’encadrement, débouche tout naturellement sur de très larges revendications. Liste non exhaustive.

La hausse du point d’indice, qui doit venir compenser la montée tous azimuts des prix, et qui sera au cœur des enjeux d’une journée de mobilisation interprofessionnelle le 27 janvier. La titularisation des nombreux précaires qu’emploie désormais l’institution, dont les AEDs et les AESHs ( Accompagnants des Élèves en Situation de Handicap, qui ont eux aussi connu leur mouvement local récemment ). Le réabondemment des listes de professeurs dispos pour des remplacements, pour pallier aux nombreuses absences sanitaires, et des embauches massives à tous les niveaux pour réparer les dégâts causés par les coupes budgétaires successives des dernières décennies. Des protections sanitaires, auto-tests, masques, doses de gel hydroalcoolique, en quantité décente pour se mettre à l’abri du virus, sans devoir payer de sa poche pour travailler dans des conditions raisonnables. Le rétablissement de tous les postes de RASED supprimés (les réseaux d’aide spécialisés aux élèves en difficulté rassemblent des psychologues et des profs spécialisés, qui travaillent avec les enfants en groupes nettement plus petits que dans les classes classiques, et s’adressent à des élèves qui ne peuvent qu’être complètement perdus dans un système éducatif à flux tendu).

Le tout porté avec une unité rarement vue dans l’éducation nationale. Au côté des différents collectifs d’établissement ou de précaires, et des associations de parents d’élèves, onze syndicats sont de la partie. Dont certains ne sont pas parmi les plus porteurs d’une tradition de lutte sociale, comme le Snalc, présent en masse et incontestablement vecteur de dynamisme dans la manif montpelliéraine. Un symptôme de la profondeur des racines de ce mouvement social. 

Plan d’économie ou Plandémie ?

Parmi les gens présents à l’assemblée au Peyrou, on retrouve bien quelques têtes connues des manifs contre le pass sanitaire/vaccinal, et l’obligation vaccinale. Certains sont par exemple des syndicalistes de l’enseignement, opposés au pass comme contraire aux libertés publiques, à l’obligation vaccinale comme contraire au code du travail. 

On retrouve aussi quelques pancartes du collectif des “Mamans Louves”, qui militent par exemple contre le port du masque obligatoire pour les enfants dans les écoles, mettant en avant les dégâts psychologiques que cela engendrerait. La contradiction commence à se faire sentir avec la teneur des discours syndicaux, qui ont plutôt tendance à souligner l’incapacité de l’Etat ( et pour certains plus largement de notre économie capitaliste) à fournir à la population le matériel nécessaire pour se protéger. 

La même contradiction devient à priori indépassable, quand on tombe sur certaines des personnes qui remettent un à un en question à grands renforts de tracts “argumentés” tous les moyens de protection sanitaire, toutes les mesures de restriction. On bascule dans le cocasse quand on croise le très controversé Denis Agret, très en avant dans les manifs du samedi, en train de haranguer la foule : “Vous n’avez rien compris, enlevez vos masques !” Certains lui jettent des regards amusés… 

Si beaucoup sont attirés par l’idée de contester les protocoles sanitaires du ministère Blanquer, une partie du mouvement anti-pass aura à priori beaucoup de mal à trouver sa place dans ce mouvement naissant dans l’Education Nationale… 

Une délégation envoyée au rectorat

Quand le cortège se met en route, environ trois mille personnes sont au rendez-vous. Le trajet, déposé en préfecture, et scrupuleusement respecté, est très classique : boulevard du Jeu de Paume, grand rue Jean Moulin, Comédie, rue de la Loge, et enfin rue de l’Université.

Le cortège, dynamique, énergique, n’est pas disposé à attendre que sorte la délégation attendue au rectorat pour 16h. C’est la dispersion.

Et après ? 

Alors que l’Education Nationale a pu être un véritable bastion pour des grèves longues et soutenues, les grands mouvements sociaux d’ensemble s’y font rares ces dernières années. Le terrain des luttes y est plutôt occupé par différents collectifs de précaires, types AED/AESH, qui luttent courageusement avec les moyens du bord, limités puisqu’ils sont en attente perpétuelle de renouvellement de leur contrat, et abonnés aux bas salaires.

Mais ce jeudi 13 marque un taux de participation à la grève tout simplement historique, d’autant que la grève a été préparée au tout dernier moment, ces cinq derniers jours. Alors, vers un grand réveil de l’éducation ? Le gouvernement stresse très visiblement à ce propos, et a déjà accordé dès ce jeudi 13 au soir une entrevue aux syndicats représentatifs. Quoi qu’il en soit, la lutte n’en est qu’à ses débuts. 

Pour commencer, les associations de parents d’élèves montpelliérains organiseront une marche le 26 janvier. Autre échéance : le 20 janvier sera discutée à l’assemblée nationale une proposition de loi déposée par la députée PS Michèle Victory, qui propose de recruter les AESHs et les AEDs déjà mentionnés plus hauts en CDI, et de les faire bénéficier de la prime REP+ que touchent presque tous les autres personnels qui travaillent dans des établissements difficiles. Les premiers concernés seront donc en grève ce jour-ci, pour mettre la pression sur les parlementaires. Enfin, le 27 tout le monde participera à la journée de grève et de manifestation interprofessionnelle, qui porte principalement sur les salaires et le coût de la vie.

Parlons maintenant stratégie syndicale. L’intersyndicale nationale se réunira de nouveau demain, vendredi 14 janvier. Malgré le succès historique de cette grève, la grève reconductible n’est pas mise à l’ordre du jour pour le moment. Même les assemblées générales qui sont traditionnellement les plus combatives, comme celles de Paris, Nantes ou Saint-Denis, optent plutôt pour une nouvelle journée de grève dès la semaine prochaine. Option clairement défendue aussi par Sud Education et la CGT. Mais le syndicat majoritaire dans l’éducation est la FSU. Laquelle ne se prononce pas clairement, évoque d’autres modes d’action possibles comme des occupations ou des happenings, et attend à la fois de prendre la température auprès du gouvernement dès ce soir, et de discuter avec le reste de l’intersyndicale, pour prendre une décision. En interne, une autre proposition émerge à la FSU : une journée de manif samedi 22, sans grève. Il s’agirait ainsi de ménager l’unité syndicale : le second syndicat de l’éducation nationale, l’Unsa, peut être habituellement assez frileux sur le recours à la grève. 

Enfin, autre inconnue : les lycéens, qui se sont illustrés par des blocages d’établissement réprimés par les forces de l’ordre comme à Nantes ou Paris.




Source: Lepoing.net