Mars 20, 2021
Par Le Poing
100 visites


Dans le cadre de d’un appel national lancĂ© par le Syndeac – syndicat national des entreprises artistiques et culturelles – de nombreuses initiatives ont eu lieu en France s’inscrivant dans le cadre d’un mouvement collectif qui compte aujourd’hui prĂšs de 70 institutions culturelles occupĂ©es.

A Montpellier c’est une aprĂšs-midi de tables rondes qui Ă©tait organisĂ©e sur le parvis du ThĂ©Ăątre des 13 Vents Ă  Grammont. Une centaine de personnes a suivi deux tables rondes animĂ©es par Jean Marie Dinh journaliste Ă  altermidi.

N. Dubourg, directeur du thĂ©Ăątre de La Vignette Ă  l’UniversitĂ© Paul ValĂ©ry et Ă©galement prĂ©sident du SyndĂ©ac, explique les enjeux de ces tables rondes : « Ce mouvement vient de loin, il est liĂ© Ă  une lente dĂ©liquescence des Services Publiques et l’urgence maintenant c’est d’entamer une rĂ©flexion fondamentale sur comment on construit les services publics que sont La Culture, l’UniversitĂ©, la SantĂ© qui ont terriblement souffert dans la pĂ©riode. Pour cette raison nous avons invitĂ© l’UniversitĂ©, les Ă©lus, les artistes, les responsables de salles, les diffuseurs et le public, car c’est le moment de se demander s’il s’agit de revenir au systĂšme d’avant ou bien d’en profiter pour changer la donne ; par exemple en refusant les logiques de rentabilitĂ© en tant que Service Public »

Beaucoup de questions Ă  aborder qui ne le seront pas toutes dans cet aprĂšs-midi oĂč ce mouvement parti de la Culture tient Ă  prĂ©server un systĂšme, Ă  l’élargir mais aussi Ă  dĂ©battre des conditionnalitĂ©s d’un plan de relance que le gouvernement, sans concertation ni avec le secteur ni avec les collectivitĂ©s, ne met pas en place.

La jeunesse qu’on appelle la gĂ©nĂ©ration Ă©mergente a introduit la premiĂšre table ronde

Les directeurs(trices) sont lĂ , ont les clefs des lieux et on ne peut pas rentrer ! On ne doit pas s’habituer Ă  tout ! ce sera l’introduction de J.M Dinh.
De futur(e)s comĂ©dien(ne)s qui participent Ă  l’occupation d’ ICI- CCN de Montpellier depuis 8 jours permettront d’ouvrir la problĂ©matique Ă  l’ensemble de la prĂ©caritĂ©, de sa fabrication d’une part et affirment d’autre part la vivacitĂ© et l’incandescence des jeunes en formation Ă  rejoindre le mouvement d’occupation des lieux culturels en France depuis le dĂ©but. Mais il va y avoir un bouchon dans la possibilitĂ© d’accueillir et de programmer la gĂ©nĂ©ration Ă©mergente. Certaines structures sinon toutes en sont Ă  leur troisiĂšme re-programmation , quelle place faire aux futurs artistes dans les deux ans Ă  venir si ce n’est le financement de quelques rĂ©sidences de travail sans plus
 Par ailleurs le cloisonnement, la fermeture de l’espace public, de la rue, finalement des espaces dĂ©mocratiques, tout cela ce sont des choix politiques.

La mise en Ɠuvre d’une politique qui s’attaque aux fondements du Service Publique fera l’objet de la deuxiĂšme table ronde. La destruction constante de l’UniversitĂ© comme tous les autres services publics sera dĂ©taillĂ©e par les universitaires prĂ©sentes. « On ne voit plus le passĂ© ni l’avenir et le prĂ©sent est irrespirable Â». On ne peut que remarquer l’ignorance dans laquelle nous sommes de cette nouvelle fabrication de la prĂ©caritĂ© qui produit l’intermittence de l’emploi. Les nĂ©gociations avec le gouvernement seront prĂ©sentĂ©es par le syndeac : elles ont Ă©tĂ© Ă  l’arrĂȘt pendant deux mois et n’ont repris que depuis un mois avec l’attente de la rĂ©union du Conseil National des professionnels du spectacle qui aura lieu ce lundi 22 mars.




Source: Lepoing.net