Novembre 1, 2021
Par Lundi matin
363 visites


Sur les hauts filets de la liquidation

la réalité augmentée met ses gains en boutures.

Le bruit ambiant s’enfonce dans la chair de l’ouïe ;

c’est toute la santé mentale qui y passe.

J’y suis.

La société s’affaisse sur elle-même, amnésique :

ce n’est plus un trou d’ozone dans la mémoire que l’on a,

c’est la forêt qui brûle !

J’y suis.

La croissance du progrès a un prix qui remonte par les égouts. J’y suis.

Ma tête s’embourbe, mes os se fanent ;

relents des heures creuses sous les paupières ;

le costume de fonction mange le corps jusqu’à l’à-vif des nerfs. J’y suis.

Mais je ne vais pas aux vaccins de masse qui orientent

pour mieux continuer comme avant.

Je ne vais pas aux discussions savantes

où se décident les chaines de production de nos rêves induits. Je ne vais pas

à la vie esthétique échouée dans le temple des marchands.

Je n’y vais pas.

Le noir de mes mots s’enflamme à fond de cale.

J’éprouve des colères antiques – neuves, jamais éteintes.

Je creuse une crypte du cœur

et sa non résignation claire face aux narcissismes inculqués. L’extra-vagance m’est vivre et savoir-vivre dans l’échec ! Évasions à cloches pied pour déranger l’attendu.

Je forme des phrases-asymptotes

conscientes jusque dans la fosse du dernier jardin.

Je ne reviendrai pas à vos sols artificialisés,

à vos temps de loisirs intégrés – travaux forcés de la modernité. Je reste dans la solitude du monde avec le monde.

Je suis plusieurs en exil des masques de votre amour

dont je ne veux pas.

Je reste

pour que ma vie noircisse comme une encre –

derniers battement d’ailes d’une langue dans la trachée.

Natanaële Chatelain, octobre 2021




Source: Lundi.am