Février 15, 2021
Par Le Monde Libertaire
305 visites


« Ils sont à table
ils ne mangent pas
ils ne sont pas dans leur assiette
Et leur assiette se tient toute droite
verticalement derrière leur tête.
»
Jacques Prévert

photo extraite du film Viridiana de Luis Buñuel (1961).

Par ce poème Jacques Prévert s’emploie à tourner en ridicule les saints et les apôtres de Jésus Christ, à son dernier repas, la cène et dépeint une caricature de l’un des tableaux de l’iconographie chrétienne. Il montre et également toute la fourberie et les mensonges véhiculés pour l’Église.

A défaut de masques, de tests, de respirateurs et de vaccins les Bretons ne manqueront pas d’eau liquide ou de gel hydroalcoolique bénit (sic). Et pourquoi pas de vin, ce qui aurait pour avantage de multiplier les fidèles. Une bonne cuite au pinard permettrait de voir double. Depuis qu’un certain Jésus, celui dont ses représentants sur terre nous font l’éloge de ses facultés à transformer l’eau en vin. Que de miracles ! C’est clair que pour faire avaler l’hostie, cet étouffe chrétien, cela passerait beaucoup mieux avec une bonne dose de pinard. Car après quelques verres de vin, tous les fidèles verraient au fond de leur verre la vierge Marie les seins nus, donnant la tétée à son rejeton et croiraient à un miracle. Il est vrai que dans la tradition chrétienne, les premières représentations de la vierge Marie montraient celle-ci les seins nus allaitant l’enfant Jésus. Et pour un peu qu’ils voient double, après cette messe d’ivresse, ils se perdront corps et âmes dans les limbes célestes.

Un distributeur d’eau bénite à pédale (sic) à la place d’un bénitier

C’est ainsi que le diocèse de Vannes, dans le Morbihan face aux contraintes sanitaires qui empêchent l’accès aux bénitiers, l’archiprêtre de la cathédrale le Père Patrice Marivin (cela ne s’invente pas) a fait installer un distributeur d’eau bénite, à pédale (sic) à l’entrée de la cathédrale Saint-Pierre de Vannes, juste à côté de celui prévu pour le gel hydroalcoolique. Son explication est plutôt alambiquée ! « On nous a demandé de vider nos bénitiers qui pouvaient être un risque de contagion,… il nous fallait retrouver un système qui nous permette d’allier le sanitaire à l’esprit de notre vie chrétienne. »

C’est bien la preuve que la religion ce n’est qu’une question d’alcool mais en abuser est corrosif et l’accoutumance à la religion et à l’alcool attaque la foi et le foie…

Comme le disait si bien, le grand-père Justhom : « Si tu crois que je te crois, tu crois une chose que je ne crois pas. »




Source: Monde-libertaire.fr