La gestion politique de la crise du COVID-19 creuse les inégalités femmes-hommes. Malades, professionnelles, contaminées, aidantes, toutes les femmes sont touchées, culpabilisées et rendues responsables de choix économiques inadaptés et déviants.

Lui : « c’est vraiment dégueulasse… ». Elle : « qu’est-ce qu’il a dit ? » Les policiers : « vous êtes vraiment une dégueulasse ». Elle pour finir : « Qu’est-ce que c’est dégueulasse ? ». Sans jeu de mot sur le titre, ou à peine, ces derniers dialogues du célèbre film de Jean-Luc Godard pourraient s’appliquer à la crise sanitaire que nous vivons. En inversant les rôles : elle à terre en train de mourir, lui la regardant hébétée, les autorités le culpabilisant. Enfin presque. Ce que nous vivons : les femmes sont les premières exposées à tous les niveaux par le COVID-19, les hommes ne s’en soucient guère et les gouvernants renvoient « leur » responsabilité sur les populations écrasées sous les restrictions et aujourd’hui la répression. C’est dégueulasse.

La pandémie et la façon de la gérer sont pour le moins genrées.

PERSONNES CIBLÉES

Commençons par les personnes ciblées prioritaires par les gouvernements pour lutter contre la contamination. Jugées « fragiles », elles sont atteintes de maladies chroniques, de handicaps ou âgées de plus de 70 ans. Qui sont ces personnes ? Majoritairement des femmes.

Au niveau international, l’OCDE affirme que la fréquence des handicaps est plus élevée chez les femmes que chez les hommes. La Banque mondiale estime quant à elle que 20% des personnes les plus pauvres sont handicapées (soit 16% de femmes, celles-ci représentant 80% des plus pauvres). En plus de souffrir de désavantages multiples (viols, stérilisation forcées,…) liés à leur situation, ces femmes ont moins accès aux soins.

Publiez !

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info


Article publié le 04 Avr 2020 sur Rebellyon.info