Janvier 6, 2021
Par Le Numéro Zéro
372 visites


Figure importante de l’anarchisme français.

Il fut séminariste avant d’être libre-penseur, et socialiste du parti ouvrier avant de devenir anarchiste en 1888. Après l’exécution d’Auguste Vaillant en 1894, il devient le tuteur de sa fille Sidonie. Il est jugé six mois plus tard lors du Procès des trente, il y sera acquitté.

En 1895, il fonde avec Louise Michel [1] : « Le Libertaire » [2]. Lors de l’affaire Dreyfus, il soutient activement celui-ci et céera « Le journal du Peuple ». En 1900, il publie le journal « Les Plébeiennes » puis en 1901-1902 « Le Quotidien ».

En 1904 il crée, près de Rambouillet, une école libertaire « La Ruche ». Elle ne cessa de se développer (jusqu’à la guerre qui la contraindra à fermer en 1917). En 1916, Sébastien Faure lance le périodique « Ce Qu’il Faut Dire », qui sera de nombreuses fois censuré. En 1918, il est emprisonné pour avoir organisé un meeting interdit.

En 1928, en désaccord avec « L’Union Anarchiste Communiste Révolutionnaire », il crée « L’Association des Fédéralistes Anarchistes », mais reviendra à l’Union Anarchiste en 1934. Il meurt à Royan, le 14 juillet 1942.

Outre ses qualités de pédagogue et d’orateur, il est aussi l’auteur de nombreux libres. « La douleur universelle » (1895), « Mon communisme » (1921), « L’imposture religieuse » (1923), « Propos subversifs », etc.

Il est également l’initiateur de l’Encyclopédie Anarchiste.

P.-S.




Source: Lenumerozero.info