Suivi de la journée de mobilisation du 31 mars. Au programme, la manifestation lycéenne à 11h place de la Nation, puis le rassemblement de travailleur.ses et d’étudiant.e.s, 13h30 place d’Italie. Enfin une mobilisation est appelée pour continuer la journée et tenir la rue le soir.

1er avril

  • 10h15 : Appel à la manif lycéenne à 11h à Nation puis à réoccuper la place de la République à partir de midi
  • 9h20 : Si vous avez été témoin d’arrestations, contactez le groupe de soutien juridique : 07.53.82.19.10 ou defcol [a] riseup.net
  • 9h : De nombreux lycées bloqués aujourd’hui. Au moins une trentaine en région parisienne (Paris, Gennevilliers, Aubervilliers, Aulnay-sous-Bois, Le Blanc-Mesnil). Le rendez-vous de la manif lycéenne est à 11h, à Nation.
  • 6h30 : les flics ont évacué les occupant-es de la place de la République vers la bouche de métro. Ils appellent à revenir plus tard dans la journée.

Bilan de la répression (le 31 à 18h) : De vingt à trente arrestations (plus d’une centaine sur toute la France) dont cinq arrestations devant le lycée Condorcet, une arrestation et plusieurs matraquages autour de gare de Lyon (au moins deux personnes à l’hosto), une arrestation devant Italie-2 pour cause de fumigènes, de nombreux blessés par tirs de grenades sans doute offensives (au minimum une quinzaine de grenades tirées, souvent en plein milieu de la foule) tout au long de la journée dont un ouvrier de Goodyear, deux arrestations rue Crozatier, six ou sept à Nation.

Numéro du groupe de soutien juridique : 07.53.82.19.10 (lire infos juridiques ci-dessous dans les deux PDF).

1er avril

  • 10h15 : Appel à la manif lycéenne à 11h à Nation puis à réoccuper la place de la République à partir de midi
  • 9h20 : Si vous avez été témoin d’arrestations, contactez le groupe de soutien juridique : 07.53.82.19.10 ou defcol [a] riseup.net
  • 9h : De nombreux lycées bloqués aujourd’hui. Au moins une trentaine en région parisienne (Paris, Gennevilliers, Aubervilliers, Aulnay-sous-Bois, Le Blanc-Mesnil). Le rendez-vous de la manif lycéenne est à 11h, à Nation.
 - 52.9 ko
  • 6h30 : les flics ont évacué les occupant-es de la place de la République vers la bouche de métro. Ils appellent à revenir plus tard dans la journée.
  • 5h : une quinzaine de fourgons se positionne au long de la place, celle-ci est encerclée par une centaine de flics qui ordonnent d’évacuer, invoquant un “rassemblement illégal”. Plus d’une centaine de personnes sont encore présentes et une partie refuse de quitter la place.

31 mars

  • 00h : les flics sont repartis, ambiance festive : musique, discussions à plusieurs endroits de la place, encore plusieurs centaines de personnes présentes
  • 21h : concert, débats, projection de “Merci Patron”, barnum infirmerie, bouffe, de soutien aux Baras.
  • 20h : 3 000 à 4 000 personnes sur la place de la République. Des CRS sont placés autour de la place et il y en a à la station République.
  • 19h : Plusieurs centaines de personnes sur la place de la République : concerts, bouffe, groupies de Lordon et Ruffin. Enormément de flics, notamment dans le métro.
  • 18h30 : Au moins une vingtaine d’arrestations sur Paris.
  • 17h30 : Les flics annoncent entre 26 000 et 28 000 manifestants. Gros gros foutage de gueule (il y avait beaucoup plus de monde que ça).
  • Plusieurs personnes ont été blessées aux pieds et aux jambes juste avant l’arrivée sur Nation, a priori par des tirs de grenades, sans doute offensives.
  • 16h20 : La tentative de départ sur boulevard Voltaire a été empêchée par les flics.
  • 16h05 : Le cortège tente de repartir sur le boulevard Voltaire.
  • 16h : Au moins six ou sept arrestations à Nation. Plusieurs centaines de manifestants font face à des policiers très agressifs et provocants.
  • 15h48 : Il semblerait que des CRS bloquent la rue de Charenton, place de la Bastille.
  • 15h45 : Grosse tension sur la tête de la manifestation, vers Nation. Grenades et lacrymos contre pierres et bouteilles.
  • 15h25 : Deux arrestations ont eu lieu vers la rue Crozatier.
  • 15h20 : La BAC s’est fait chasser du cortège à l’angle de la rue Crozatier et du boulevard Diderot. En réponse, les gendarmes mobiles chargent et gazent les manifestants, qui se défendent à coups de pierres et divers objets.
  • 15h14 : Un ouvrier de Goodyear a été blessé au pied par une grenade, probablement de désencercelement.
  • 15h : Comme pendant la matinée, vitrines de banques et distributeurs automatiques de billets sont systématiquement attaqués. Les panneaux de pub prennent cher également.
  • 14h47 : Les derniers manifestants ne sont pas encore partis de place d’Italie.
  • 14h40 : Les flics gazent vers quai de la Rapée.
  • 14h20 : “Les bourgeois sont foutus : St-Denis est dans la rue” chantent des manifestants derrière une banderole “Saint-Denis en lutte”.
  • 14h10 : Les lycéens, étudiants et autres prennent la tête de la manif.
  • 14h : La BAC contrôle et fouille de façon aléatoire autour d’Italie-2, attention à vous. Une arrestation a eu lieu pour possession de fumigènes.
  • 13h50 : Mouvements de SO en tête de manif, un important dispositif encadre le carré de tête.
  • 13h30 : Difficile d’estimer la foule à Place d’Italie, sans doute plusieurs dizaines de milliers de personnes, le Boulevard est rempli jusqu’à Campo-Formio.

    Le cortège lycéen, étudiant et indépendant tente de prendre la tête de la manifestation, à l’entrée du boulevard de L’Hôpital (la manif de l’après-midi prend le chemin inverse…).
  • 13h25 : Un cortège venant de Jussieu arrive à Place d’Italie.
  • 13h18 : Le cortège lycéen est bien arrivé à Place d’Italie. Juste avant, le comico situé boulevard de l’Hôpital a été visé par un cocktail Molotov.
jaune sur fond bleu, Pablo Picasso, 2016 - 1.4 Mo
jaune sur fond bleu, Pablo Picasso, 2016
  • 12h 40 : Les manifestants sur le pont d’Austerlitz. Les flics temporisent en bloquant la manifestation.
  • 12h35 : Tout du long de la manifestation, malgré la très forte présence policière, des manifestants réussissent à s’attaquer à des banques, des agences immobilières et des panneaux de pub (bris de vitrines, tags et jets de peinture).
  • Pendant ce temps là, grève à la SNCF où la direction annoncerait un quart de grévistes.
  • 12h30 : Au moins une arrestation rue Audubon. Mais il risque d’y en avoir d’autres.
  • 12h 20 : Les CRS contiennent la manifestation toujours gare de Lyon. Mais il est impossible de créer une nasse du fait du nombre encore conséquent de gens. De nombreuses personnes se sont pris des coups de matraque mais on n’a pas vu d’arrestations.
  • 12h10 : Arrivés près de la gare de Lyon, les manifestants courent en criant “gare de Lyon ! gare de Lyon !” mais les flics ripostent rapidement : lacrymos dans la foule, rangées de bacqueux et de CRS pour refroidir les ardeurs… Demi-tour. L’ambiance est assez tendue, les flics sont vraiment au contact des manifestants.
 - 117.1 ko
  • 12h : La foule répond au lacrymos par des pierres et des bouteilles. Les flics essaient de cerner la manifestation. Ils tentent peut-être de créer une nasse.
  • 11h 50 : Gaz lacrymos. Les flics bloquent la manif au croisement boulevard Diderot/avenue Daumesnil. Pendant ce temps la police en profite pour charger sur les côtés.
  • 11h44 : Début des affrontements au niveau de la rue Crozatier. Ça se calme dans la foulée. Les flics sont vraiment proches des manifestants.
  • 11h40 : La manifestation a dépassé Reuilly-Diderot.
  • 11h35 : Environ 3 000 personnes (d’après plusieurs camarades) dans le cortège lycéen sous une pluie battante.
  • 11h25 : La manif lycéenne part sur le bd Diderot. Elle a été bloquée rue du Faubourg st Antoine. La circulation est pas bloquée. Les flics encadrent la tête de la manif sans bloquer le cortège.
  • 11h20 : 300 personnes en AG à Tolbiac. Mais la fac a des vigiles qui demandent aux gens leur carte d’étudiant. Les cours ont été banalisés.
  • 11h15 : Le Château de Versailles est aussi fermé. On leur laisse Versailles, prenons Paris !
  • 11h10 : Environ 1 000 lycéens sur le rond-point de Nation. Autour, c’est la fête à la police. Il y a au moins 11 cars de CRS rue du Faubourg St Antoine, autant rue Picpus. Les gendarmes mobiles patrouillent tout autour de la place. Quant au nombre de flics en civil, il est proprement délirant.
  • 10h45 : la Tour Eiffel est fermée toute la journée pour cause de grève.
  • 10h40 : Lock-out à l’usine PSA de Poissy. Les patrons prétextent une non livraison de pièces. C’est évidemment faux et c’est pour freiner la mobilisation. Cela n’empêchera en rien les ouvriers d’être nombreux et déterminés à Paris ! La direction demande à FO d’organiser le départ en bus des ouvriers. Des chefs sont organisés pour les encadrer et les empêcher de se mélanger à la CGT. La plupart des ouvriers vont à Paris pour la manifestation de 13h30 place d’Italie. L’information vient de la CGT-PSA de Poissy.
  • 10h : Mobilisation très forte dans la presse. Notamment au Parisien où 100% des correcteurs sont en grève, ainsi qu’une grande part des journalistes et secrétaires de rédaction. Raison de plus pour lire Paris-luttes.info !
  • 9h30 : Près de 70 lycées bloqués en région parisienne selon la presse bourgeoise. C’est nettement plus que les précédentes journées !
Au lycée Hélène-Boucher. Image : A. Kraland - 467 ko
Au lycée Hélène-Boucher. Image : A. Kraland
  • 9h : Des nouvelles du Blanc-Mesnil (93) : Il y a une AG interprofessionnelle des employés de la commune qui s’est organisée. Le lycée Mozart est bloqué. Juste à côté, à Drancy, les lycéens du lycée Delacroix craignaient une intervention policière en cas de blocage.
  • 8h10 : Aucun quotidien national ne sortira aujourd’hui : les imprimeries sont bloquées, de même que les réseaux de distribution.
  • 8h : Le nombre de lycées bloqués n’est pas encore clair, le lycée Louis-Le-Grand l’est.

Le 30 au soir :

  • Appel à la grève sur tous les sites Renault de la région parisienne pour le 31.
  • Blocage total et illimité de la fac de Nanterre voté largement pour le 31, dès 7h.
  • Au moins 25 lycées devraient être fermés administrativement mais l’Académie de Paris donne des consignes ambigües en appelant les établissements à accueillir ceux et celles qui veulent aller en cours.

    Rendez-vous dès 6h30 devant les bahuts pour s’assurer qu’ils soient bien fermés. Besoin d’aide notamment à Henri-IV, Louis-le-Grand et Turgot. Le gouvernement joue l’épreuve de force en voulant nous empêcher de nous organiser au moment où le mouvement peut redécoller. Pas grave : on bloquera vendredi et aussi longtemps que nécessaire !
  • Assemblée générale interprofessionnelle dans le 92 : 9h30 à l’université de Nanterre (bâtiment F)
  • Assemblée interprofessionnelle dans le 93 à la bourse du travail de St denis à partir de 10h.

Infos juridiques et informations sur le groupe de soutien juridique qui assurera la veille tout au long des mobilisations du 31 mars :

 - 1.3 Mo
 - 3.3 Mo

P.-S.

Medical team : 07 51 30 64 57 (ils et elles sont dans la manifestation).

N’hésitez pas à envoyer sons, infos et photos à greveloitravail@riseup.net