Septembre 25, 2019
Par Le Monde Libertaire
67 views


Communiqué du Secrétariat du Comité confédéral de la CGT Espagnole

Ce 28 septembre, comme chaque année, nous participerons à la mobilisation mondiale pour le droit à l’avortement.

Parce que :
– Dans l’État espagnol malgré les lois actuelles, nous les femmes continuons de ne pas avoir le droit de décision sur nos corps et notre avenir. Nous avons toujours une Loi sur les Délais (Ley de plazos) qui ne nous garantit ni le droit d’avorter librement, ni de le faire gratuitement dans le système de Santé Publique.
– Nous craignons que l’actuel panorama politique s’en prenne aux timides droits obtenus avec cette loi (des délais).
– Les mineures de moins de 18 ans n’ont toujours pas le droit d’interrompre une grossesse non désirée. Nous exigeons que ni sa famille, ni ses tuteurs légaux ne puissent décider de sa maternité.
Pour elles aussi, avortement libre !
– Plus de 80 % des personnels sanitaires de la Santé Publique se déclarent objecteurs dans la plupart des Communautés autonomes, ce qui provoque chaque année un report dans le secteur hospitalier privé de plus de 80 % des demandes.
Gynécologue, si tu n’es pas d’accord avec les lois qui régissent ta profession, ne l’exerce pas dans la Santé publique, cesse de mettre des obstacles à notre droit à avorter !
– Le système capitaliste a besoin de main d’œuvre et de consommateurs pour se perpétuer, c’est pour cela qu’il s’oppose à ce que nous décidions pour nous.
Pour une maternité libre et consciente !

– L’Éducation publique continue de ne pas garantir le droit à l’éducation sexuelle, ni la promotion d’une sexualité libre non nécessairement hétéro-normative, l’anticonception et la prévention des MST.
Nous dénonçons le fait que l’éducation sexuelle de nos filles et de nos fils reste aux mains de l’industrie du porno.
– L’illégalisation condamne aussi toutes et tous les professionnels de la santé défendant le droit à avorter librement dans des conditions de sécurité.
– À bas l’avortement du Code pénal !

-Dans le reste du monde, la situation ne s’améliore pas. L’illégalisation de l’avortement provoque la mort de nombreuses femmes suite aux avortements clandestins, pour d’autres ce sont des complications médicales dont elles souffriront toute leur vie.

– C’est pour ça que nous nous joignons à la campagne internationale pour le droit à l’avortement en Argentine et dans les autres pays où cette question ne peut même pas être posée.

La Confédération Générale du Travail (espagnole) se joint à l’appel de mobilisation mondiale du 28 septembre pour la dépénalisation de l’avortement. Occupons les rues pour nos droits, pour qu’ils deviennent Loi.

Pour une éducation sexuelle dans les écoles publiques !
Pour l’avortement libre, sûr et gratuit dans la Santé Publique !
Jusqu’à ce que nous soyons toutes libres !

Traduction de Ramón Pino
Groupe anarchiste Salvador-Seguí




Source: Monde-libertaire.fr