Avril 25, 2016
Par La Rotative (Tours)
89 views


Candidat à la présidentielle de 1974, Jean Royer, maire de Tours depuis 1959, verra plusieurs de ses meetings chahutés en raison de ses positions réactionnaires, notamment sur l’avortement. Au lendemain du meeting de Toulouse, dans une tribune télévisée, il dénoncera les « professionnels de la subversion (…) armés de barres de fer ».

La campagne officielle, lancée suite à la mort de Georges Pompidou, démarre le 19 avril 1974. Six jours plus tard, Royer est à Toulouse pour un meeting. Et se fait bordéliser par une foule qui scande « Royer, puceau, le peuple aura ta peau » ou « Une seule solution la masturbation ». Des affiches pornographiques sont exposées, une femme danse les seins nus.

Monsieur Royer à Toulouse

Le lendemain, Jean Royer revient sur l’événement, qui l’a conduit à annuler son meeting prévu à Lyon :

« Il est inadmissible que la liberté de réunion soit, dans notre pays, perturbée par des minorités violentes comme ce fut le cas cette nuit à Toulouse, où celui qui vous parle a dû affronter, dans le vacarme et sous la pression de menaces physiques, plus de mille gauchistes encadrés par de véritables professionnels de la subversion, casqués, armés de chaînes et de barres de fer. »

Allocution télévisée de Jean Royer

Dans cette même vidéo, il adresse un message aux femmes qui témoigne bien de la mentalité qui l’animait. On vous laisse savourer :

« Je voudrais aussi m’adresser aux épouses, aux mères de famille, aux jeunes filles, pour leur dire à quel point elles sont l’âme de nos familles. En raison de leur tendresse, de leur passion, en raison aussi de la délicatesse de leurs intuitions qui les poussent à comprendre l’homme dont elles se sont fait les compagnes. »

Pas étonnant que certaines soient allées orner sa statue de capotes il y a quelques temps. Au premier tour de l’élection, Royer ne recueillera que 3,2 % des voix.




Source: