Octobre 20, 2021
Par Dijoncter
312 visites


L’UNSA Divia appelle à la grève à partir de vendredi 22 octobre pour empêcher Divia de faire payer à ses employé.es un couac de la direction et de l’assureur Klésia.

En 2019 les taux des cotisations retraite ont augmenté chez Divia. Mais la direction a changé de mains à ce moment là et ces taux n’ont pas été appliqués. Un bordereau erroné de l’entreprise Klésia, l’assureur responsable, aurait porté à confusion. Deux ans et demi après le couac, la direction veut récupérer ses indus auprès de ses employé.es.

Dans un tract interne, l’UNSA Divia demande :

« Pourquoi la direction n’a pas vérifié en janvier 2019 l’application de ses nouveaux taux ? »

Les salarié.es sont entré.es en négociation avec la direction afin qu’elle prenne en charge sa dette envers Klésia. Ils et elles refusent de payer pour une erreur qui n’est pas la leur, et qui découle de décisions dans lesquelles i.elles n’ont pas leur mot à dire.

Vendredi 15 octobre, la direction a refusé catégoriquement de payer sa dette, et a proposé une « prime de type Macron » pour que ses employé.es acceptent de la payer. Elle souhaite aussi décaler l’échéance à 2022 pour ne pas engendrer de conflits pendant la négociation de la nouvelle DSP (Délégation des Services Publics) avec Dijon Métropole.

L’équipe UNSA DIVIA appelle à trois jours de grève « éventuellement reconductible » :

Vendredi 22 octobre / Samedi 23 octobre / Lundi 25 octobre




Source: Dijoncter.info