Mars 21, 2021
Par ACTA
140 visites


Il y a 18 ans, aux premières heures du 20 mars 2003, les États-Unis lançaient leur invasion illégale de l’Irak. Depuis, plus d’un million d’irakiens ont été tués dans l’interminable guerre qui s’en est suivie.

En octobre 2002 lorsque le sénat américain a voté pour donner son accord sur le déclenchement de la guerre, Joe Biden, représentant du Foreign Relations Committee, était l’un des principaux démocrates à livrer au criminel George W. Bush les clés de la machine de guerre US.

La veille du jour de l’invasion, Biden a déclaré : « Le président est le commandant en chef. Nous avons voté pour l’autoriser à lancer la guerre. Nous devrions maintenant nous mettre en retrait et le soutenir. »

L’administration Bush a fondé son intervention sur deux mensonges : elle a prétendu que Saddam Hussein était derrière le 11 septembre et qu’il possédait des « armes de destruction massive » ; ces deux affirmations n’ont jamais été étayées que par des preuves fabriquées.

Les véritables buts de guerre étaient le pétrole, le profit et l’expansion impérialiste.

Alors que la classe dirigeante américaine a récolté les fruits du pillage de l’Irak, le peuple irakien en a payé le prix. L’occupation américaine, qui se poursuit à ce jour, a effectivement dissous le gouvernement, l’armée et toute l’infrastructure de l’État irakien.

Le vide créé par l’invasion américaine et le renversement de Saddam Hussein n’a pas seulement conduit à la destruction du pays mais à la déstabilisation de toute la région.

Malgré l’engagement pris par Barack Obama en 2008 de mettre fin aux guerres en Afghanistan et en Irak – ces promesses sont restées lettre morte. En 2016, alors même que le nombre officiel de troupes américaines en Irak se réduisait, le nombre d’entrepreneurs militaires privés montait en flèche.

Les frappes aériennes US en Irak pendant les années Obama-Biden ont tué des milliers de civils, et le nombre de frappes aériennes quotidiennes a encore augmenté sous Trump. La « guerre contre le terrorisme » a, en somme, été une guerre de la terreur, quel que soit le président ou le parti politique au pouvoir.

Aujourd’hui nous réaffirmons qu’être anti-sioniste signifie être anti-impérialiste et nous nous joignons au peuple d’Irak et à tous les peuples qui exigent que les États-Unis quittent l’Irak MAINTENANT !

Via Within Our Lifetime




Source: Acta.zone